"Je m'appelle Isabella Swan" (mais non pas moi ! l'héroïne de Twilight)

Dès le départ ce nom m'a intriguée sans que je sache pourquoi. Ce n'est qu'à la relecture (je ne dirai pas combien de fois) que je me rappelais la traduction du mot Swan.
Stephenie Meyer sur son site explique approximativement comment elle a donné des prénoms aux deux héros : elle dit que ce sont les héros des romans de Charlotte Brontë (Mr Rochester) et Jane Austen (Mr Ferrars) qui lui ont donné l'idée d'appeler son vampire Edward. Quand à Isabella, c'est juste le prénom de sa fille. (source)
Mais aucune piste pour les noms de famille, et pourtant cette jeune fille "à la peau d'ivoire, très pâle presque translucide" qui se trouve sans grâce et maladroite (Souvenez-vous du vilain petit canard !) est un ... CYGNE ! je ne m'avancerai pas dans des analyses psychologiques de comptoir (je n'en ai pas ! de comptoir s'entend) sur le choix conscient ou pas de ce nom;  mais voilà, moi, quand on me dit cygne,  je pense Tchaïkovsky et son Lac (des Cygnes évidemment !) - mélodie ultra connue mais si belle -

et pour le plaisir deux petites vidéos : Pas de quatre puis Scène (la perfection de la danse classique m'a toujours paru relever de la magie )

Cependant, c'est l'extrait du Carnaval des animaux de Saint-Saëns qui reflète le mieux la grâce du cygne glissant sur l'eau.

cygnes

cygne_2
Merci à Framboise pour les photos.

Quoi de plus magnifique que deux cygnes enlacés sur l'eau avant de prendre ensemble leur envol au soleil couchant ! Mais soyons un peu plus réaliste enfin : il faut bien que ça mange ces bestioles, et puis sur terre avouez qu'ils ont l'air fort patauds non ?
En fait, si le cygne a inspiré tant d'auteurs et de compositeurs c'est pour son chant. Comment vous ne connaissez pas le chant du cygne ? (allez par là). Bon d'accord, c'est une métaphore pour une œuvre d'adieu, il n'empêche que cela donne de bien belles pages. Je vous laisse donc vous endormir (ah non pas tout de suite, il faut écouter d'abord). Prenez un peu de temps et savourez Schwanengesang (littéralement Le Chant du Cygne - mais ce titre est apocryphe) de Schubert.

Si jamais vous en entendez un chanter ainsi, prévenez- moi :)