4e de couverture - éd. Orbit.
"Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté. Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ?"

AlexiaTarabotti1

L'histoire pourrait se résumer à cette phrase de la couverture : "Une histoire de Vampires, de Loups-garous et d'ombrelles" …
Dans l'Angleterre victorienne, les loups-garous, les vampires et autres créatures surnaturelles sont intégrés à la société. Miss Alexia Tarabotti, vieille fille et bas-bleu (j'adore cette expression :D) en fait partie car elle est sans âme, ce qui lui octroie un avantage non négligeable sur les autres créatures de la nuit (je ne veux pas en dévoiler trop). Nonobstant, la voilà bien ennuyée car non seulement elle a  tué accidentellement un vampire, mais la voilà supecte des disparitions d'autres créatures et aussi victime de plusieurs tentatives de kidnapping... donc protégée par le chef du BUR (Bureau du Registre des Non-naturels) en personne, Lord Maccon, comte de Woosley et loup-garou Alpha de la meute londonienne. De rebondissements en découvertes (et pas qu'au sein - sans jeu de mots -  de l'enquête), ils vont ensemble (sisisi) résoudre le problème non sans avoir mis la mère d'Alexia dans tous ses états au passage.

Mon avis : ce livre est un petit bijou, une sorte d'ovni lancé dans les récentes sagas vampiriques, et si on y trouve quelques clichés du genre comme, l'héroïne avec quelques pouvoirs et un sacré caractère ou le beau mâle ténébreux (dans tous les sens du terme ) de service, le style lui est très particulier et absolument délicieux.

J'ai particulièrement aimé
- Miss Alexia Tarabotti, vieille fille donc, adorant la lecture de préférence instructive, à cheval sur les convenances (nous sommes à l'ère victorienne) mais n'ayant pas sa langue dans sa poche, voire l'ouvrant un peu trop et souvent de manière inopportune - ce qui donne quelques échanges absolument savoureux et piquants - notamment avec Lord Maccon.  Cette héroïne est pour moi un génial mélange d'Elizabeth Bennett et de Miss Marple, ce qui est pour le moins détonnant. J'ajoute que n'ayant pas d'âme, elle n' a pas non plus d'émotions mais des sensations ce qui donne aux quelques passages un peu érotiques un recul des plus hilarants ; même si Lord Maccon est comment dire… (bref j'y reviendrai)
- le contraste entre cette héroïne au fort caractère et les autres personnages féminins qui l'entourent : sa mère d'abord, une peu hystérique, complètement débordée par le caractère (et le physique) italien de son aînée et qui rêve de marier au mieux ses deux autres filles ; les demie-sœurs donc d'Alexia, toutes les deux dans le ton : petites choses blondes et sans cervelle (enfin c'est ce qu'elles laissent croire) prêtes à alpaguer n'importe quel mâle, pas trop vieux et riche de préférence ; enfin Ivy, la meilleure amie d'Alexia, très prude oserai-je dire collet monté, d'un mauvais goût à mourir de rire mais d'une loyauté à toute épreuve (une sorte de Dr Watson féminin)
- l'histoire, eh oui Miss Marple, Dr Watson, enquêtes , ce livre est construit comme une intrigue policière avec des indices semés un peu partout  - trop c'est mon seul regret, le dénouement devenant un peu trop prévisible (désolée pour Mrs Carriger mais n'est pas Agatha Christie qui veut) - mais l'univers créé et la mythologie qui en ressort tient largement la route que ce soit le découpage temporel entre Ages Sombres (notre Moyen-Age) et Age des Lumières, l'organisation des êtres surnaturels, les vampires en particulier (parce que la meute de loups-garous n'a rien de nouveau pour tout twilighter qui se respecte ;)), le côté "steampunk" est très convaincant lui aussi. Quand au Londres de ces années-là, il est magnifiquement retranscrit.
- ce qui m'amène au style de ce livre et là je dis bravo ! Que cela fait du bien de savourer des phrases travaillées dans lesquelles chaque mot est à sa place, chaque ponctuation veut dire quelque chose ! Mrs Carriger a opté pour une écriture "à la XIXème" qui donne vraiment tout son charme à ce livre. Alors bien sûr certains trouveront cela rétro, que ça manque d'action,  que c'est parfois un peu alambiqué (du mot alambic ce qui pour un roman classé "steampunk" est un comble !)  mais quel plaisir à lire !
- je ne serais pas complète si je ne m'arrêtais pas un instant sur Lord Maccon - comme le dit la 4ème "beau et compliqué, écossais et loup-garou - autant vous dire que cela rend tout contact rédhibitoire a priori d'autant plus que le monsieur n' a pas un sens des convenances très poussé et est parfois un peu (passez l'expression) brut de décoffrage - seulement l'enveloppe de tout ça "imposant, il avait des yeux fauves d'une beauté déraisonnable, des cheveux acajou et un très beau nez" est, elle, des plus prometteuses et les regards qu'il lance à Miss Alexia sont tout sauf raisonnables justement. Bref, cet homme (enfin ce loup) a une classe folle et peut faire ou dire ce qu'il veut sans qu'une seule des objections de la belle ne soit convaincante - a posteriori, me voilà encore avec un loup-garou sur les bras et il vaut bien mon cher Jake :P -
Je pourrais aussi vous parler des personnages secondaires comme le professeur Lyall ou le vampire lord Akeldama etc, je me contenterai d'une petite citation, une de ces petites phrases qui m'ont particulièrement fait sourire :

"Lord Maccon, dit mademoiselle Tarabotti, comment se fait-il que lorsque vous êtes là je finis toujours à plat ventre dans une position inconvenante ?"

Vous avez compris j'ai un véritable coup de cœur pour ce roman plein d'humour et très pétillant que je vous conseille de déguster  comme on prend un Earl Grey, tranquillement et sans en perdre une goutte :)

Coup decoeur_116

Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune organisée par Pando' sur Livraddict : Azilis, Sookies, Frankie, TheChouille, Cathy, Azilys, RevelineEverbook, Evy, blueverbena, Platinegirl, love-of-book, Wilhelmina, SabruhuKarline, Malorie57, LefsÖ, Acsylé