4e de couverture - éditions Hachette -

"En quittant l'île, je décidait de rejoindre le Nomadstère.
Jad avait choisi de rester dans les Limbes.
A Salicande, Blaise, Chandra, Ugh, Maya et ses filles se retrouvaient. Eux, ensemble ; moi, seule : Jad, ailleurs.
Commes les fils se tissent, se coupent et se nouent,
la trame des Eveilleurs prenait forme : nomades, mage, guerriers, Elémentaux, Anges et les autres, tous les autres…
De l'ombre grandissante des Temps d'Avant,
l'Alliance émergeait."

Carnets de Claris, extraits, in Archives de la Guilde des Nomades de l'Ecriture.

Quand l'écriture est un voyage.
Quand le voyage est écriture.
Quand les frontières sont abolies.
Non pas pour faire naître le chaos.
Mais pour éveiller…

eveilleurs3

L'histoire : Les Trois Vallées ne sont plus la région paisible où ont grandi les jumeaux. Le château a été incendié, les routes ne sont plus sûres et le petit village isolé de Salicande est attaqué par des bandits portant des armes surgies des Temps d'Avant. Revenue de l'île dans ce monde changé et qui lui est inconnu, Claris chemine seule vers le Nomadstère pour y accomplir ce qu'elle pense être son destin : devenir Nomade de l'écriture. De son côté, Jad poursuit ses explorations dans les limbes, guidé par Gabriel, et les limbes s'avèrent être un univers lui aussi soumis aux surprises et aux changements. A Salicande, se réunissent les autres personnages : Ugh, de retour des limbes se retrouve héros malgré lui ; Blaise, qui arrive en compagnie de l'énigmatique Peuple des Arbres ; Maya, qui est là avec Ellel et Blanc-Faucon. Ensemble, ils vont s'attacher à comprendre les nombreuses énigmes qui sillonnent l'univers des Eveilleurs.

Coup-de-coeur

Mon avis : troisième tome de la série et troisième coup de cœur bien qu'il soit relativement différent des précédents. Moins contemplatif, il permet aussi d'appréhender les Trois Vallées dans leur ensemble et plus seulement du côté de Salicande tout en donnant de nouvelles clés à l'intrigue. Lu avec l'impatience que procure une suite très attendue, j'en suis sortie enchantée et sans aucune déception.

On retrouve les personnages exactement où les quitte le deuxième tome : Claris sur l'Île se préparant à revenir, Jad et Ugh dans les Limbes, les autres à Salicande tentant de comprendre et de continuer à vivre. Mais un événement extérieur va bousculer la donne et chacun va prendre une nouvelle place sur l'échiquier afin de renouer les fils du passé au présent... pour quel futur ?
Si les changements à Salicande même sont très intéressants, j'ai particulièrement apprécié le temps passé sur les routes, que ce soit avec Ellel ou Claris ainsi que LE nouveau personnage de l'histoire : l'Engrillagée  (sur laquelle je ne dirai rien de plus, si ce n'est que j'ai adoré d'emblée son personnage et tout autant les messages qu'elle porte)
Les "messages" sont d'ailleurs un autre des points forts de ce tome car, en plus de l'écologie - ou plutôt d'ailleurs du respect de la Nature (je trouve le mot écologie plus que galvaudé ces derniers temps) - se greffent ici les valeurs de tolérance, de non-violence,  de solidarité en plus de la force de la famille (au sens large du terme) et beaucoup, beaucoup de bon sens et de petites leçons de vie -

"La relation des Temps d'Avant avec l'argent était complexe. Ils lui accordaient un pouvoir absolu mais aucune réalité…"

"Le trop-plein d'amour peut être aussi difficile à gérer que l'absence d'amour. Le problème avec les sentiments, c'est l'équilibre. Le problème avec l'équilibre, c'est qu'on ne sait plus si on a encore des sentiments"

De plus c'est avec beaucoup d'humour qu'est présenté le choix "d'un nouveau chef" pour Salicande et j'ai vraiment aimé ces chapitres qui traitent d'un sujet extrêmement sérieux d'une manière légère à lire.

Car encore une fois, c'est sous le charme de la plume de Pauline Alphen que je suis tombée ! J'ai lu dans certains commentaires et avis, que le message était simpliste, que le livre sonnait très jeunesse. Alors oui sans aucun doute le public visé au départ est jeune (collège certainement) mais des livres écrits comme ça j'en redemande toujours. Parce que, réussir à allier de cette manière poésie, discours engagé, fantasy, science-fiction et même politique dans un style délicat, ouvragé comme de la dentelle, qui ne lasse jamais et qui donne envie de rêver, de reconstruire le monde, de croire que tout est possible - bref dans un style qui emporte loin, loin du quotidien pour y revenir plus fort - cela faisait très longtemps que je ne l'avais pas trouvé et pour ça je dis encore une fois Bravo et merci Pauline !

Je sais déjà que cette série fera partie de mes relectures régulières et je vais attendre avec impatience le tome 4.

Vous pouvez retrouver Pauline Alphen, avec des extraits des livres,  sur son blog et quelques fans des Eveilleurs sur Facebook !