Tome 3 : Sans Honte

4e de couverture - éd. Orbit
" Lady Alexia Woolsey est indiscutablement le scandale de la saison londonienne.
Après les événements survenus en Ecosse, elle est retournée vivre chez ses parents. La reine Victoria l'a exclue du Cabinet fantôme, et la seule personne qui pourrait donner une explication à sa délicate condition actuelle, Lord Akeldama, a inopinément quitté la ville. Pour couronner le tout, Alexia découvre que les vampires de Londres ont juré sa mort.
Tandis que Lord Maccon met toute son énergie à boire, et que le Professeur Lyall tente désespérément de maintenir la cohésion au sein de la meute de Woolsey, Alexia s'enfuit en Italie à la recherche de mystérieux Templiers. Ils sont les seuls à pouvoir l'aider. Mais ils pourraient aussi s'avérer pires que les vampires. Surtout armés de pesto."

AlexiaTarabotti3

Dans ce tome, l'action prend le pas sur le couple Alexia / Lord Maccon car, ce dernier ayant très mal supporté les révélations du tome précédent a tout simplement renvoyé sa femme chez sa mère (laquelle a bien du mal à survivre à une telle indignité). Mais Alexia est attaquée de toutes parts : par la bonne société qu'elle scandalise, mais aussi par les vampires de Londres qui semblent décidés à l'éliminer. Elle doit donc fuir à la recherche d'une explication plausible sur son état.

On peut dire que ce tome ne souffre d'aucun temps mort, on y croise aussi bien des coccinelles tueuses qu'un ornithoptère, un horloger inventeur et un savant fou ainsi que des Templiers fanatiques, avides d'expériences biologiques fort peu orthodoxes (oui je sais elle est facile). Ajoutez à cela la fougue d'Alexia - et ses réparties toujours aussi décapantes - , une enquête parallèle du BUR à Londres au sujet des vampires et vous obtenez un roman trépidant qui mêle d'une manière formidable steampunk, ambiance victorienne, humour et fantastique.
L'ensemble met de plus en place les éléments pour la suite et on en redemande.

J'ai donc autant aimé ce troisième tome que les deux précédents et n'ai pas attendu très longtemps pour me procurer le quatrième.

chronique-express

Tome 4 : Sans Cœur

4e de couverture - éd. Orbit
"Lady Alexia Maccon a de nouveau des problèmes.
Sauf que cette fois, elle n'y est vraiment pour rien. Un fantôme fou menace la reine ! Alexia mène l'enquiête… jusque dans le passé de son époux. Pendant ce temps, sa sœur rejoint le mouvement des suffragettes, Madame Lefoux met au point sa dernière invention mécanique et des porcs-épics zombies envahissent Londres, le tout une nuit de pleine lune.
Alexia découvrira-t-elle qui tente d'assassiner la reine Victoria avant qu'il ne soit trop tard ? Loups-garous et vampires verront-ils le soleil se lever ? Et qui, ou quoi, exactement, a élu résidence dans le deuxième dressing préféré de Lord Akeldama ?"

AlexiaTarabotti4

Ce quatrième tome est sans conteste le meilleur de la série car on y retrouve tous les ingrédients des précédents avec en prime une intrigue originale et palpitante.

Retour à Londres donc où Alexia reprend le cours de sa vie conjugale et de mujah dans uns atmosphère tendue en raison de la méfiance qui continue à régner autour du "désagrément embryonnaire", mais un nouveau problème surgit avec l'avertissement d'un fantôme qui amène Alexia à enquêter encore une fois au mépris du danger (sans parler du qu'en-dira-t-on).
Lord Maccon, de même que Lord Akeldama sont extrêmement présents dans ce tome, ce qui nous offre quelques échanges mémorables. Mme Lefoux semble mériter son nom et on en apprend beaucoup plus sur le fonctionnement tant de la meute que de la hiérarchie des vampires à Londres. Ivy se révèle d'une manière surprenante de même que la sœur d'Alexia dont les frasques offrent quelques situations cocasses.
L'enquête en elle-même est bien menée, le dénouement reste longtemps imprévisible, et offre quelques scènes d'action fortes avec en prime des conséquences qui annoncent un tome final des plus passionnants.
J'y ajoute - pour le plaisir - le nombre incalculable de thés qui peuvent être bus en quelques centaines de pages. Ah ces anglais !

Et je n'oublie pas le style toujours aussi délicieux et comme le dit la couverture "dangereusement spirituel", qui fait de cette série un must du genre.

Je suis donc sortie de cette lecture avec un mot en tête : JUBILATOIRE et un grand bravo pour réussir à tenir aussi bien la distance. Bref, j'ai adoré et attends avec impatience le suivant.

New-Pal-2013