C'est à la suite d'un reportage sur la sortie du film de Guillaume Nicloux, que je me suis ruée dans ma librairie préférée pour me procurer ce court opus du plus connu des Encyclopédistes.

Diderot-religieuse

Sitôt acheté, sitôt lu, et j'ai vraiment aimé cette histoire pourtant fort triste d'une jeune fille, religieuse contre son gré et qui cherche par tous les moyens à quitter son état.
J'ai été particulièrement marquée par
- le personnage principal, et la narratrice
, qui se révèle d'une grande force morale avec une foi réelle et qui est aussi touchante d'innocence dans plus d'un passage.
- la modernité de l'écriture, car à part quelques expressions qui sentent leur siècle, rien dans le style de Diderot n'indique que nous sommes au XVIIIe siècle ; il va de soi que c'est extrêmement bien écrit.
- la pudeur de cet écrit qui pourrait être très glauque ou libertin vu les faits (et la personnalité de l'auteur), mais qui se contente d'être dur, juste et sans voyeurisme - c'est d'ailleurs un livre qui peut heurter ou choquer les âmes sensibles par sa violence.

De plus j'ai été agréablement surprise par la façon dont Diderot traite la religion. Car, si effectivement il vilipende  fortement les couvents et les institutions de l'époque, il donne en même temps de son héroïne l'image d'une vraie croyante, lui qui se proclamait "athée" haut et fort.
J'ai donc re-découvert avec plaisir cet auteur et prolongerai certainement avec d'autres œuvres.

chronique-express

ChallengeClassiquePar Mois