Avant de commencer !
A force de voir passer sur les blogs, Facebook ou dans les conversations ce titre (autant pour les livres que pour la série qui en est tirée), j'ai succombé mais ne sachant pas vraiment à quoi m'attendre j'ai emprunté les douze premiers livres parus chez J'ai Lu ; que je vais essayer de chroniquer en les regroupant suivant le découpage original (reparu en français sous les titres "Intégrale").
Cette chronique porte donc de manière globale sur les tomes 1 et 2 ; équivalent à l'Intégrale 1.

4e de couverture - tome 1 - éd. J'ai Lu
"Après avoir tué le monarque dément Ærys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du Royaume des Sept Couronnes. Tandis qu'en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le Duc Eddard Stark rend paisiblement la justice.
Mais un jour, le Roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s'st toujours tenu éloingén des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les Terres du Nord pour rejoindre la Cour te ses intrigues. L'heure est grave, d'autant qu'au-delà du Mur qui protège le royaume depuis des siècles, d'étranges créatures rôdent …"

TronedeFer1 TronedeFer2

Ah voilà de la fantasy comme je l'aime : forte, sombre, aux intrigues complexes et pleines de mystère et pourtant si facile à lire ! J'ai littéralement dévoré chacun de ces deux tomes sans voir passer les quelques 500 pages qu'ils font chacun.

Pourtant, je partais avec un sérieux a priori, celui des dernières séries que j'avais entamé suite aux éloges  de la blogosphère et qui m'ont plutôt déçues. Alors qu'a donc (ou n'a pas) ce Trône de fer de particulier ?

J'ai véritablement adoré être plongée directement au cœur de l'intrigue sans long préambule et surtout sans un tome entier (voir plus) sur l'apprentissage du héros qui ne savait pas qu'il en était un ; sans parler du fait qu'on évite aussi la version "Je suis vieux, j'ai eu une vie palpitante que je vais vous raconter depuis le début en long, en large et en travers". Et bien G.R.R. Martin zappe joyeusement (enfin façon de parler) tout cela pour nous immerger immédiatement dans son univers sans autre forme de procès. Déstabilisant certes sur le moment, et il faut quelques chapitres pour s'y retrouver mais finalement cela m'a permis d'accrocher tout de suite et ça, j'aime !

La construction du roman est elle aussi assez éloignée de l'habitude. Puisqu'il n'y a pas UN narrateur unique, on s'attend à une version un peu omnisciente. Ce qui est certes le cas mais en passant de manière très rapide (en fait presque à chaque chapitre) d'un personnage  à un autre, ceux-ci pouvant être très éloignés les uns des autres ou au contraire juste à côté dans le même espace temps. Cela donne un rythme incroyable à l'ensemble  et ce d'autant plus que ces personnages sont fort nombreux, portant chacun nom, prénom, surnom et titre. De quoi s'y perdre (certains lecteurs peu chevronnés trouvent même cela difficile) personnellement je n'ai eu aucun mal à m'y retrouver et au contraire je me suis réellement éclatée face à ce kaléidoscope humain.

D'ailleurs, il faut noter que tous ces personnages sont tous parfaitement caractérisés mais sans jamais sombrer dans la caricature. Il est donc difficile de les confondre. Et bien sûr, on s'y attache assez vite. Sans les nommer tous, sur ces deux premiers tomes certains m'ont plus marquée que d'autres notamment Eddard Stark et sa femme si droits et loyaux mais aussi finalement si torturés intérieurement ; Jon Snow qui cherche sa place ; Tyrion le Nain qui semble cultiver à la fois le mystère et l'opportunisme ainsi que Dænerys, qui est celle qui a sans doute le plus évolué au cours de cette première partie et dont la destinée risque de faire basculer toute l'intrigue.

L'intrigue ! il n'est pas possible de vous résumer tous les croisements, complots et rebondissements qui ne cessent pratiquement pas tout au long du livre. Je me suis plainte sur certains livres qu'il ne se passait pas assez de choses utiles à l'action. Ici c'est l'inverse tout semble lier et converger et chaque détail contribue à tisser une toile certes dense mais passionnante et absolument addictive.

Si l'on ajoute à cela, une plume fluide, enlevée que même la traduction (paraît-il un peu retravaillée) ne parvient pas à alourdir, vous obtenez une série qui n'est qu'un régal à lire d'un bout à l'autre. Et moi qui m'attendais à peiner sur des tomes d'introduction, je me suis retrouvée déconcertée par la facilité avec laquelle j'ai fini ces deux premiers tomes. C'est donc un quasi coup de cœur … et promis je ne vais pas tarder à lire la suite.

Plein d'autres avis ICI ou ICI.

Lettre M ABCI-2013