"Au cœur des Carpathes dans le sombre château de Brankovan, les princes Grégoriska et Kostaki s'affrontent pour conquérir la belle Hedwige.…"
(je coupe volontairement le résumé afin de ne pas tout révéler)

Dumas-damePale

Voilà un livre, offert par Steph/Aidoku lors d'un swap, pour lequel j'ai eu un véritable coup de cœur en première lecture … et puis pas le temps , pas l'envie je n'en avais rien dit ici. J'ai donc profité de mes différents challenges pour le relire et j'y ai retrouvé intact tout ce que j'avais aimé la première fois.

J'ai d'abord été surprise : je ne savais pas que Dumas, que je connais comme auteur de romans historiques, avait écrit des nouvelles et encore moins des nouvelles fantastiques. Et pourtant celle-ci, au moins, est un petit chef d'œuvre.

L'histoire est racontée par la principale protagoniste Hedwige, des années après, alors qu'elle est installée à Paris. Lors d'une énième guerre entre la Russie et la Pologne, le château familial est attaqué. Le père d'Hedwige l'envoie donc sous bonne escorte se réfugier dans un monastère des Carpathes. Mais le convoi est attaqué et Hedwige enlevée par Kostaki, avant d'être reçue comme invitée par son frère Grégoriska au château de Brankovan. C'est là que se noue l'intrigue, les deux frères tombant amoureux de la belle Polonaise ; la mort et le mystère sont alors au rendez-vous.

Dès le début du voyage, la Nature des Carpathes est décrite d'une manière totalement fantasmagorique : sauvage, inquiétante, violente et tourmentée comme l'âme slave ; elle préfigure tout ce qui peut arriver offrant un cadre grandiose et propice aux aventures romanesques qui vont suivre. Et quel décor : Dumas parvient à en donner une description à la fois complète et fort vivante, véritable tableau à la Caspar Friedrich David.

Puis l'aventure commence : attaque de brigands, chef sanguinaire et sans pitié, sauvetage inespéré avant un "enlèvement" à cheval qui mène droit la belle Hedwige et ses ravisseur et sauveur - demi-frères - au château de Brankovan. Là aussi ce sont les descriptions qui donnent leurs forces à l'action et en particulier les portraits des deux frères que l'on peut quasiment opposer mot à mot, laissant dès cet instant supposer que, bien que du même sang, ils sont ennemis. De plus leur caractère ressort aussi sur leur physionomie. Au passage, il faut souligner comment Dumas démontre "l'exotisme" des Moldaves face à la civilisation occidentale.

Mais il faut croire que tout cela ne suffit pas, et pour nous plonger un peu plus dans un autre monde, Dumas nous emmène dans un château du XVe siècle aux couloirs sombres, aux lourdes portes qui grincent et dans lequel règne la mère des deux princes, qui accueille Hedwige comme sa fille. Malgré cela, l'atmosphère est oppressante et les différences entre les deux frères s'accentuent au point que l'inévitable survient. Encore une fois, l'auteur gère parfaitement la montée de la tension et même si, comme Hedwige, le lecteur pressent ce qui va se passer, l'angoisse puis l'horreur restent au rendez-vous.

Quand à la dernière partie, je n'en dirai rien si ce n'est qu'elle va presque trop vite tant elle a été préparée auparavant. La dimension fantastique prend le pas sur tout le reste et la fin inéluctable donne à la toute dernière phrase une saveur incomparable.

Au final, cette nouvelle est un véritable condensé des grands thèmes romantiques : nature, passion, "exotisme", mort, fantastique  ajoutez à cela la plume d'Alexandre Dumas (controversé ou non cet homme a un style plus que reconnaissable) et vous obtenez un petit bijou à découvrir d'urgence. J'ai adoré et vous le conseille fortement.

Coup-de-coeur

Lettre D

ABCI-2013

challFantClassique-logo

3/10

ChallengeClassiquePar Mois