4e de couverture - éd. Hachette -
"Salicande est en effervescence. L’équinoxe approche, et avec elle la fête du "Temps Vert" qui célèbre les retrouvailles avec la vie, la lumière et  la fécondité.
Quatre lunaisons ont passé depuis le tournoi et l’incendie, depuis le mystérieux phénomène des sphères qui a entraîné la mort de Bahir et d’Eben, la disparition de Jad et de Jwel.
Quelques décades à peine se sont écoulées depuis l’attaque des bandits. Et au contact du peuple des Arbres, c'est tout Salicande qui s'éveille, frissonne, s'ouvre à de nouvelles sensibilités.

Mais la menace d'un ennemi inconnu pèse encore sur cette fragile harmonie. Il faut convaincre le village de se préparer à affronter des dangers qui ne seront pas ceux qu'il imagine."

Des ennemis jurés qui règlent leurs comptes. Des deuils qui s'égrènent, des amours qui s'ébauchent.
Des échanges qui se tissent, des dons qui éclosent.
Un enfant magique. Des départs, des retours
C'est le temps du Passage.

eveilleurs4

Le quatrième tome de cette série que j'adore est LE livre que j'attendais le plus en cette fin d'année et dès que je l'ai eu dans les mains, je l'ai lu. Encore une fois, j'en suis ressortie émue, bouleversée et terriblement frustrée parce que je ne voulais pas quitter Salicande tout de suite.

L'histoire est assez bien résumée dans la 4e de couverture puisque tout se passe pendant la préparation de la fête du Temps Vert à Salicande. Et nous suivons les personnages maintenant familiers du village dans leurs préparatifs, au quotidien avec les bons et les mauvais jours, les petits tracas, les grands chagrins et les histoires de chacun. Et bien que ce ne soit qu'une suite de petits faits, la tension monte au fur et à mesure du livre et c'est avec la même impatience mêlée d'appréhension que les protagonistes, que le lecteur attend cette fête, à la fois sommet et dénouement du livre.

J'ai particulièrement apprécié d'en savoir de plus en plus sur Le Peuple des Arbres et leur interaction avec les Salicandais ; et puis la grande place laissée aux adolescents du village. J'ai aussi beaucoup ri des aventures de Chandra (non je n'en dirai pas plus), du Mandarin et du siffleur.
J'ai vibré avec eux dans leur découverte de l'ouverture, me suis apaisée avec Maya et Tierra et me suis encore une fois fait surprendre par les événements de la fin.

Pauline Alphen maîtrise parfaitement l'évolution de son univers et de ses personnages que l'on voit changer par petites touches à chaque tome, s'épanouir doucement comme une fleur au printemps et arpenter chacun leur voie (vers l'Eveil ?).
Et puis encore une fois, et je ne cesserai pas de le répéter, la plume de Pauline nous transporte, nous emmène loin, et donne sous sa poésie et sa délicatesse plus d'un sujet de réflexion ; y compris aux adultes. Elle a su toucher ma corde sensible, et son écriture résonne en moi d'une façon très forte.

Un petit bémol : Claris, le Nomadstère (qu'il me tarde de mieux connaître) et les réflexions sur l'Ecriture et le Lecteur m'ont manqué dans ce tome. Mais je sais que la suite viendra comblée mon attente. Alors je ne vais pas bouder mon plaisir pour dire que j'ai encore une fois adoré cet opus.

Retrouvez ma chronique des tomes 1 et 2 ICI et du tome 3 ICI.
Et le blog de Pauline Alphen

JAUNE
4/10

LittImaginaire-2014

1/12