4e de couverture - éd. Pocket
"Hiver 1620 : après s'être acquitté d'une délicate mission pour l'Ordre des Templiers, le Chevalier Kantz revient à Wielstadt, cité allemande protégée depuis toujours par un mystérieux dragon.
Chasseur de démons initié aux arts secrets de la Kabbale, Kantz est un exorciste qui mène contre le mal une croisade solitaire et implacable. Rapière au poing, il va devoir traquer une insaisissable meute de goules qui répand la terreur dans la ville."

Au sommaire :
Les Ombres de Wielstadt - Grand prix de l'Imaginaire 2011
Les Masques de Wielstadt
Le Chevalier de Wielstadt

trilogieWielstadt

Voilà un livre pour le moins surprenant, un peu OVNI même : dans un contexte historique très précis et fort bien amené, le chevalier Kantz, exorciste mène l'enquête sur des phénomènes totalement surnaturels : goules et démons croisent son chemin et sèment la terreur dans la ville de Wielstadt.

De cette ville imaginaire, l'auteur brosse un portrait idyllique, modèle de tolérance et de prospérité au sein d'une époque troublée par les guerres de religion. On y trouve aussi bien des centaures, des nains, des géants que des personnes bien pensantes ou des bandits de grand-chemin. Mais alors que la vision qui en est donnée est très lumineuse, les intrigues qui s'y déroulent sont plus que sombres, noires et même glauques par endroits. Le contraste est d'ailleurs saisissant au début pour s'estomper de plus en plus et laisser totalement place au côté désespéré.

Seul réel point de lumière : une petite fée  joliment nommée Chandelle mais qui a quand même de drôles de mœurs puisqu'elle mange comme quatre, rote et dort n'importe où.

Le personnage principal est assez intrigant et mystérieux. On ne sait quasiment rien de lui et le peu que nous en apprenons au cours des trois intrigues ne contribue pas à mieux le connaître, tout juste à expliquer ses actes. Cependant cela fait aussi partie du charme du livre.
Son entourage est essentiellement masculin et des plus éclectiques: faune, nain, libraires érudits ou templiers et même le prévôt de police.

Le premier tome est une enquête policière de facture assez classique ; alors que le deuxième amène davantage de questions politico-religieuses ce qui rend l'intrigue plus complexe et retorse. Le troisième tome qui commence sur les chapeaux de roue par une sombre histoire de meurtres va croiser les précédentes histoires dans un complot où s'affrontent factions secrètes et démons en tout genre, le tout mené d'une manière magistrale.

Au niveau du style, les chapitres sont courts et visent toujours une partie de l'histoire, ce qui donne un rythme soutenu. L'écriture est plutôt enlevée, les combats sont très vivants et les descriptions visuelles. Du coup, malgré la noirceur et le mélange un peu étrange d'historique et de fantasy, ça se lit tout seul.

Au final, cela donne des romans originaux, ouvrant une nouvelle branche de la fantasy sans quête, ni créatures mais avec une bonne dose de réflexion dans les méandres des liens entre la religion et la politique, qui se rapproche un peu de Druide d'Olivier Peru, mais dans un style beaucoup plus facile qui j'avoue m'a un peu lassée dans le troisième tome. Peut-être qu'il vaut mieux ne pas les lire à la suite ?

Lettre P

ABCI-2013 

New-Pal-2013

LittImaginaire-2014
2/12