4e de couverture - éd. Milady
"Réduite en esclavage quand elle était enfant, Rialla fuit son odieux maître et s'installe à Sianim… jusqu'au jour où se présente enfin l'occasion de se venger. Un seigneur se bat pour l'abolition de l'esclavage, mais certains sont prêts à tout pour l'arrêter. Chargée d'empêcher son assassinat, Rialla est entraînée dans un monde placé sous le signe de la magie, régi par des dieux cruels.
Si l'espionne ne sous-estime pas les dangers de sa mission, l'ancienne esclave, elle, sait qu'elle n'a pas le choix."

Briggs-Sianim3

Après la très bonne surprise des tomes 1 et 2, j'avais très envie de poursuivre l'aventure à Sianim. Ma toute première réaction fut une petite déception car ce tome change totalement de héros et l'on n'y voit pas du tout Aralorn et Loup , mais Rialla est une héroïne intéressante et ma déception fut de courte durée.

Sur l'ensemble, une fois ceci posé, j'ai deux regrets par rapport aux tomes précédents : d'une part, l'absence de la carte (qu'il n'aurait pas été difficile de replacer); et d'autre part un certain manque au niveau chronologique même si ce tome peut se lire indépendamment.

Pour le reste, j'ai beaucoup aimé cet opus :
- Rialla l'héroïne, ancienne esclave devenue dresseuse de chevaux, est choisie pour aller espionner un événement mondain, ce qui lui permettrait en même temps de se venger de son ancien maître. Belle, intelligente et dansant extrêmement bien, elle est aussi une empathe - don qu'elle essaie de cacher dans son monde où la magie est proscrite. Elle va pourtant devoir s'en servir pour parvenir à ses fins.
Sur son chemin, elle croise Tris, un guérisseur aux dons peu communs, qui va l'aider dans une partie de sa mission qu'elle accomplit aussi avec Laeth, frère du seigneur cité dans la quatrième de couverture.
- L'intrigue donc nous présente d'abord les deux protagonistes avant leur départ puis au château du frère de Laeth. Pendant les festivités, un drame se produit et c'est à Rialla que va incomber le soin de trouver les coupables. Ce n'est donc pas un histoire de fantasy classique, il n'y a pas non plus une enquête au sens strict du terme et pourtant l'ensemble est extrêmement bien construit. Les pistes se croisent, l'action avance régulièrement mais sans précipitation et amène un dénouement assez inattendu ; le tout sur fond de magie mais aussi d'esclavage et même de torture psychologique. Heureusement, que l'écriture de Patricia Briggs est plus suggestive et évocatrice que réellement descriptive, car ce qui est dit de ce qu'a pu subir Rialla ou certaines de ses consœurs est assez dur et insupportable. Elle parvient malgré tout par les non-dits à en rendre toute l'horreur. De même, ce que j'aime particulièrement dans cette série, est que les deux côtés de la magie sont exploités au même niveau : on en voit autant le Bien que le Mal et sous plusieurs formes ; ce qui la rend d'autant plus intéressante.
- Enfin, cette magie, comme pour Aralorn et Loup, fait partie intégrante de la relation qui va se nouer entre Rialla et Tris. J'aurais d'ailleurs aimé qu'elle soit un peu plus exploitée car sa mise en place est plutôt originale.

Au final, ce tome 3 présente une histoire intrigante et assez complexe, qui aurait mérité d'être un peu plus approfondie. Et même si je n'y ai pas retrouvé la chaleur existante dans les tomes précédents, la construction est, elle, bien meilleure et  j'ai passé un excellent moment de lecture

Et si vous voulez savoir qui est Le voleur de dragon dont je n'ai rien dit, lisez-le !

Lettre B

ABC2014

LittImaginaire-2014