Qui ne connaît pas l'histoire tragique des "Amants de Vérone",  ces deux jeunes gens qu'un coup de foudre unit et qu'un autre du destin va rassembler dans la mort ?
Car on peut résumer la pièce ainsi : Roméo voit Juliette - Juliette voit Roméo ; ils s'aiment et meurent … Si vous voulez tous les détails, je vous invite à aller par ICI.

Roméo&Juliette-1967
Photo extraite du film de Franco Zeffirelli (1967)

Pour mémoire, Roméo et Juliette est une tragédie en 5 actes de William Shakespeare écrite dans les années 1590 et dont le succès ne s'est quasiment jamais démenti depuis la création.

J'adore cette pièce depuis mes premières lectures au lycée. A l'époque je n'en voyais que le côté histoire d'amour, le coup de foudre étant le rêve absolu (ou presque) et la fin tellement touchante pour mon petit cœur d'adolescente.
Et puis je l'ai relue pour l'étudier et là j'ai été frappée par la construction en quelques nuits (je me souviens avoir écrit là-dessus quelques pages sous le titre 3 nuits pour s'aimer et mourir - aucune idée de ce qu'elles sont devenues par contre) et de la rapidité des faits (qui n'étaient pas tout à fait pour me déplaire à ce moment-là).
Adulte, j'en ai retenu plus le côté politique : il est clair que dénoncer ainsi les duels à mort et bagarres incessantes et ensanglantées des deux familes ne peut être totalement anodin dans le contexte historique ; et surtout l'importance du destin, le moindre petit grain de sable venant contrarier tous les projets et mettant en péril rien de moins que la vie des deux amants.

Dans cette nouvelle lecture, je ne devais pas être d'humeur tragique car j'ai particulièrement retenu :
- les nombreux jeux de mots qui émaillent le texte, faciles à repérer grâce aux notes de mon édition mais également bien traduits, ainsi que le côté comique du personnage de Mercutio ;
- la versatilité de Roméo (qui m'a, je l'avoue, un peu agacée) - il peut jurer sur "la lune changeante" car il l'est tout autant - ;
- mais aussi les raisonnements tout aussi variables du père de Juliette - pas pressé de la marier au premier acte et prêt à le faire contre son gré au quatrième ;
- les scènes de batailles - je ne me souvenais pas qu'elles étaient aussi nombreuses et importantes et finalement ce sont elles qui rythment la pièce, car les moments entre Roméo et Juliette sont eux comme suspendus dans le temps, un rien éthéré ;
- enfin le rôle plutôt étrange de Frère Laurent. Au final, une bonne partie de ce qui arrive est de sa faute, car c'est lui qui marie Roméo et Juliette, c'est lui qui conseille le stratagème du "sommeil de mort", quand il n'aurait peut-être eu que quelques mots à dire pour tout éviter (ou pourquoi ne pas aider Juliette à rejoindre Roméo ?) - en fait, cela manque un peu de crédibilité, à moins qu'il ne soit tout simplement lâche et fasse tout pour que personne ne voit son intervention. En tout cas, c'est vraiment LE truc qui m'a dérangée cette fois-ci.

Malgré tout cela reste le mythe, la merveilleuse scène du balcon, le dialogue au matin de la nuit de noces "C'est le rossignol… - C'était l'alouette", l'évocation de tous les astres, de la lumière, des ténèbres et une forte dualité sous-jacente. Bref tout ce qui fait que cette pièce, pourtant ancrée dans son temps, sonne pour nous comme terriblement romantique. Alors certes je suis sortie un peu déçue de cette Xème relecture, mais je ne peux m'empêcher d'aimer cette histoire tragique et intemporelle que je vous conseille fortement de découvrir si ce n'est pas déjà fait.
Et bien entendu, je reviendrai ultérieurement sur quelques adaptations en particulier musicales.

Lettre W (tricherie) ABC option Classiques

http://2.bp.blogspot.com/-0VIbCEmWlOM/UkwngcoQAMI/AAAAAAAADD8/VMWaLmEc3VI/s320/banni%C3%A8reABC2014.jpg

ChallengeClassiquePar Mois