4e de couverture - éd. France Loisirs -
"Vendue alors qu'elle n'était qu'une enfant, Phèdre no Delaunay est devenue la propriété d'un noble qui a su reconnaître la marque rouge ornant son œil : le signe de Kushiel qui lui vaut d'éprouver à jamais le plaisir dans la souffrance. Un don unique et cruel faisant d'elle la plus convoitée des courtisanes et une espionne exceptionnelle. Lorsqu'elle découvre le complot qui pèse sur sa patrie, Phèdre n'a d'autre choix que de passer à l'action. Commence alors pour elle une aventure épique et déchirante, semée d'épreuves, qu'il lui faudra mener jusqu'au bout pour sauver son peuple."

Kushiel1

Cela fait plusieurs mois que Mabiblio1988 m'a prêté ce livre et encore plus longtemps que je voulais le lire puisqu'il faisait déjà partie du Baby Fantasy 2013. La réédition qui vient de paraître aux éditions Milady m'a re-donné envie et je me suis donc attelée courageusement à ce pavé de 1151 pages. J'en suis ressortie plus qu'enthousiaste, totalement conquise par ce roman. Bref en un mot (ou presque) :

Coup-de-coeur

J'ai simplement tout aimé dans ce livre !

L' univers est très riche, foisonnant même . Il se situe à mi-chemin entre une Renaissance idéalisée et un Haut-Moyen-Age de légendes, avec de fortes inspirations de l'Antiquité grecque. Cela crée un contexte géopolitique complexe dans lequel la religion joue un rôle surprenant, et qui est porteur de tous les possibles et propice à de nombreux complots. C'est un véritable écheveau dans lequel il n'est pas toujours facile de se retrouver mais que l'auteur prend le temps et le soin d'installer petit à petit, en guidant le lecteur à la suite des découvertes et de la formation de la narratrice.

Cet univers donne lieu à de nombreuses descriptions de décors que j'ai trouvé fabuleux que ce soit le faste de la Cour de la Nuit, les palais de la Ville d'Elua ou ses quartiers populaires rendus d'une manière très vivante, mais aussi les huttes skaldiques, le froid sauvage des plaines enneigées ou la beauté terrifiante des tempêtes en mer. Tout se déroule sous nos yeux de façon détaillée et non seulement visuelle mais aussi à travers le ressenti - odeurs, émotions - des protagoniste, ce qui renforce encore leur impact.

Il en est de même pour les scènes de bataille lesquelles sont données tant en vue d'ensemble (merci la petite carte du début) qu'avec les détails de certains duels,  un peu comme un cinéaste qui d'une vue aérienne zoomerait vers le cœur de l'action. Et tout cela sans violence inutile ni horreurs superflues.

L'action est assez lente dans un premier temps. On suit la narratrice dans ses années de formation d'abord à la Cour de la Nuit, puis chez Delaunay. On ne perçoit que peu les finalités à ce moment-là. Ce n'est qu'à partir du moment où elle entre dans le monde que son rôle de courtisane aux mœurs particulières, et d'espionne au profit de son maître se met en place. A partir de là, le puzzle se complexifie et l'intrigue s'intensifie, et il devient très difficile de lâcher l'histoire. Complots, ripostes, voyages se succèdent sans discontinuer dans une atmosphère de plus en plus prenante et passionnante. Sans oublier l'alternance fort bien menée de moments de pause avec des actions fortes et les passages où la narratrice est à l'œuvre. Ces scènes osées sont d'une troublante sensualité malgré le léger malaise que certaines peuvent générer. L'auteur parvient à décrire le plaisir dans la souffrance sans tomber dans le voyeurisme ni la pornographie et, même si ce roman est pour un public averti, la place donnée aux plaisirs de la chair sous toutes ses formes paraît d'un naturel confondant et sain.

Mais le véritable point fort de cette histoire est à mes yeux l'ensemble des personnages, avec en tête cette héroïne hors du commun. Chacun d'entre eux est à la fois haut en couleurs, très caractérisé mais toujours complexe, avec plusieurs facettes qui sont presque toutes exploitées. J'ai particulièrement apprécié Hyacinthe l'ami fidèle, Josselin, le prêtre guerrier rigide dont la carapace va fondre peu à peu mais aussi Mélisandre, perverse et effroyablement intelligente en plus d'être d'une grande beauté.
Quand à Phèdre,  enfant de rien, destinée à pas grand-chose, elle a un tout petit défaut - une tache rouge dans l'œil - qui va la rendre inestimable aux yeux de certains et lui permettre de prendre une place à part. C'est d'abord son histoire ; celle d'une ascension incroyable à travers de nombreuses aventures qui nous est contée. En soi rien de très nouveau, si ce n'est que son pouvoir la rend unique à tous points de vue, et donne à son histoire toute son originalité.

Enfin, il faudrait ajouter à cela la magie des dieux - le passage du Maître du détroit est superbe par exemple - ; les nombreuses références plus ou moins cachés à une Europe dans laquelle se côtoieraient l'Italie du Quattrocento avec le Nord des Barbares et des Iles Britanniques sous influence celtique ; et même de très belles histoires d'amour et d'amitié. Le tout est écrit dans un style à la fois très soigné et entraînant, mêlant efficacement détails et actions, avec beaucoup d'émotions. Bref une plume poétique, prenante, acérée qui m'a littéralement transportée d'un bout à l'autre de ce pavé dont la fin est bouclée tout en laissant la porte ouverte à de nouvelles aventures.

J'ai donc adoré ce livre qui représente à mes yeux quasiment le roman parfait ; car il a de plus le mérite de mêler fantasy, romans d'espionnage et historico-politiques avec une bonne dose d'érudition et peut donc plaire au plus grand nombre !

Lu dans le cadre des challenges

LittImaginaire-2014
4/12

MARRON
6/10