4e de couverture - éd. Pocket -
"Ces dix-neuf nouvelles rendent hommage à J.R.R.Tolkien.
L'anthologiste a réuni parmi les plus grands auteurs de la fantasy ou de la science-fiction : Terry Pratchett, Robert Silverberg, Stephen Donaldson, Gregory Benford, Poul Anderson, et bien d'autres plumes enclines à saluer le maître du genre.
Différentes époques, personnages fantastiques ou réalistes, fantasy sombre ou franchement humoristique, tous ces textes célèbrent le précurseur de la fantasy avec talent, originalité et gourmandise."

chansons-pour-Tolkien

Vous connaissez tous maintenant ma passion pour l'œuvre de Tolkien ; aussi vous ne serez pas surpris d'apprendre que lorsque j'ai croisé ce livre en librairie, je l'ai pris sans me poser plus de questions sur qui écrivait quoi.

C'est donc un recueil de 19 nouvelles d'auteurs anglophones plus ou moins connus, écrites en hommage au maître de la Fantasy. Je ne sais ce que je m'étais imaginée mais je ressors avec un avis très mitigé de cette lecture sur laquelle j'ai peiné bien plus que je ne pensais le faire.

Quelques réflexions générales :
- d'abord, je ne sais si cela vient de la traduction, ou si c'est une volonté affichée de la part des auteurs mais je n'ai pas vu, ni senti énormément de différences de style d'une nouvelle à l'autre et cela m'a un peu dérangée…
- il semble que le genre "fantasy" ne soit pas facile à décliner en nouvelles : soit la mise en place est trop rapide et il manque quelque chose, soit c'est la chute qui intervient brutalement alors qu'on en voudrait un peu plus, soit j'ai eu du mal à entrer dans les univers décrits souvent en quelques mots qui même précis, étaient toujours insuffisants à mon goût…
- enfin, je dois avouer que 19 c'est trop. Et que si je relis un jour ce livre ce sera en version long cours, nouvelle par nouvelle, avec de vraies pauses entre chaque.

Malgré cela, certaines m'ont réellement plu et je vais donc vous en dire un peu plus sur celles-ci :

Les neuf fils d'or d'Andre Norton - l'histoire racontée est toute simple : une vieille femme arrive dans un "château" qui abrite une bande d'enfants mais très vite on s'aperçoit que cette rencontre n'est pas due au hasard… Elle, est une d'Eux (je cite) et vient leur apporter "son aide". Pourquoi et comment je n'en dirai pas plus…
Ce que j'ai aimé :
- la manière de conter qui nous plonge directement au cœur de l'action avec beaucoup de souffle et de mystère, puis qui dévoile les détails des pensées et du passé pour donner une vue complète des tenants et des aboutissants de l'histoire.
- la caractérisation de chaque personnage car bien que les enfants soient neuf, ils sont parfaitement distingués les uns des autres
- la richesse de l'univers sous-jacent : chacun a son histoire qui en tisse une plus grande non dite mais parfaitement lisible entre les lignes.
- enfin, la conclusion enlevée, à la fois finie et ouverte avec un air d'épopée fabuleuse.

La Nagini de Peter S. Beagle - l'histoire se présente sous la forme d'un conte oriental proche de celle de Mélusine avec une fin différente mais très belle.
Ce que j'ai aimé :
- la thématique elle-même, le mélange entre un décor indien et une légende proche fonctionne à merveille et donne un ensemble très dépaysant tout en étant familier très agréable à lire.
- le fait que ce soit un conte justement avec des références aux mythes et légendes connus dans une histoire inédite, et qui forme un tout très cohérent
- les deux héros et l'opposition entre leurs deux mondes, qui n'empêchera pas leur histoire d'exister.
Bref, une jolie histoire proche des contes de fées et qui m'a fait rêver comme j'aime que la fantasy le fasse.

La révolte des fées Dragées de Mike Resnick - une histoire totalement loufoque dans laquelle les fées Dragées mâles viennent dans notre monde pour se venger de Tchaïkovsky, Marius Petipa et Walt Disney. Ils pensent bien sûr les tuer pour les empêcher de continuer mais ils vont découvrir un moyen bien plus intéressant de prendre leur revanche …
Ce que j'ai aimé :
- l'idée de base de faire intervenir des êtres de conte dans la réalité. De plus, ils parlent un langage totalement actuel, aiment le confort et supportent très mal le ridicule ;
- l'humour de l'ensemble : c'est drôle, enlevé avec un côté un peu surréaliste absolument délicieux.
- la chute, juste géniale. J'avoue qu'il fallait y penser et qu'elle m'a bien fait rire
Au passage, cette nouvelle est très rapide mais comme elle n'a pas besoin d'installer un univers cela passe très bien.

Et puis en vrac, j'ai plus apprécié Le Roi de l'hiver de Jane Yolen qui m'a rappelé certains contes nordiques, fort joliment raconté ; Le Dragon de Tollin d'Elisabeth Scarborough dont la chute grinçante est terrible ; Longue Nuit de Veille au Temple de Robert Silverberg ou comment retourner une situation en quelques mots ; et Le Crépuscule des Dieux de Barry Malzberg, vision raccourcie et assez drôle du célèbre mythe nordique.

Au final, du bon et du moins bon, que je relirai certainement pour mieux tout apprécier.

Lettre X (collectif)

ABC2014-imaginaire

challenge1motDtitre

Session 22 : CHANSON