Difficile d'y échapper (à moins d'habiter une île déserte sans aucun moyen de communication), nous fêtons aujourd'hui les 70 ans du débarquement - The D-Day . J'ai donc voulu à ma façon, avec un peu de musique, marquer moi aussi cette date anniversaire.

Saviez-vous que le V (pour victoire) donne en morse . . . _ ; et que c'est pour cela que l'indicatif de la BBC avant les messages sibyllins tel que "Jean a de longues moustaches" ou les célèbres vers de Verlaine
"Les sanglots longs de violons de l'automne
Bercent mon cœur d'une langueur monotone"
était le début de la Ve Symphonie de Beethoven (compositeur allemand et apprécié du Führer, vous voyez l'ironie.) - VeSie_de_but -

La musique de la libération (et de la liberté pour les zazous) fut d'abord et avant tout le jazz.
Car parmi les soldats américains stationnés en Grande-Bretagne figurait un certain Glenn Miller (qui malheureusement n'arrivera jamais à Paris) et son big band, connu de tous pour son In the mood (créé un mois avant le début de la guerre). Cependant les orchestres français n'avaient pas attendu sa venue pour le jouer et détourner la Saint Louis Blues March en Marche de Saint-Louis au nez et à la barbe des autorités nazies. (source - Open Jazz du 5/06/2014).

Même si il semble que certains ont plutôt débarquer au son de la cornemuse.  Comment cela vous n'avez pas remarqué le musicien sur la plage dans Le jour le plus long ?

Mais en ce jour qui va voir, sur ces mêmes plages de Normandie, Français, Anglais, Américains et Allemands ensemble, je tiens à avoir une pensée pour les millions de mort de ces années-là, morts parce qu'ils étaient Juifs, gitans, homosexuels, Résistants ; morts parce qu'ils combattaient pour la liberté, la justice et pour nous !

Alors pour tous voici un chant de paix  : Shalom

 et un peu plus festif

Nous n'oublierons pas !

* * * * *

Une des images qui m'a le plus marquée et même touchée lors de ces commémorations est celle de la poignée de main entre un soldat américain et le soldat allemand qu'il avait fait prisonnier en 1944.

JourJ-poigneedemain

Pour voir le reportage complet de FranceTV, c'est par ICI