4e de couverture - éd. Orbit / Calman-Lévy
"Diana Bishop et Matthew Clairmont reviennent dans le présent pour affronter d’anciens ennemis et de nouveaux dangers. Dans le domaine ancestral des Clairmont à Sept-Tours, la sorcière et le vampire vont retrouver presque tous les protagonistes du Livre perdu des sortilèges – à une exception près. Une terrible menace pèse sur leur avenir, et elle ne se dissipera que s’ils parviennent à récupérer les pages manquantes de l’Ashmole 782. Mais ils ne sont pas les seuls engagés dans cette quête et le temps presse, car la grossesse de Diana arrive à son terme. Des vieux châteaux en laboratoires universitaires, s’appuyant sur des savoirs séculaires aussi bien que sur les sciences modernes, depuis les collines de l’Auvergne jusqu’aux palais vénitiens, Diana et Matthew, décidés à protéger leur amour défendu coûte que coûte, finiront par découvrir le secret extraordinaire que les sorcières ont percé voilà des siècles et des siècles."

Harkness-livre-Perdu3

Cela fait deux ans qu'on attendait avec impatience cette conclusion. Après un premier tome brillant, un deuxième qui peinait à démarrer pour finir sur les chapeaux de roue, j'espérais avoir un dernier opus sans défauts et apportant toutes les réponses. Encore une fois, j'ai beaucoup aimé mais

Attention ! spoilers
(je n'ai pas réussi à faire sans)

L'histoire : de retour du XVe siècle, Diana et Matthew poursuivent leur quête afin de reconstituer l'Ashmole 782. Mais leur union a brisé le pacte et la communauté des créatures surnaturelles n'est pas prête à les laisser faire. Ajoutez à cela quà Sept-Tours Baldwin n'accepte pas facilement une sorcière chez lui, surtout alors qu'elle est enceinte. Les obstacles se multiplient donc pour les deux héros et il leur faut faire face à plus d'une menace en plus de leurs recherches.

Cela donne certes une action à forts rebondissements mais aussi avec beaucoup de politique tant vampirique (et il ne faut pas se perdre dans leur curieuse généalogie et ses dédales) que plus générale avec la présence de la Congrégation. J'ai d'ailleurs bien aimé ces passages même si là aussi, il n'est pas facile de suivre les raisons des uns et des autres.

Dans le même temps, nous retrouvons aussi le chemin des laboratoires et des expériences scientifiques que j'avais apprécié dans le tome 1. Si les informations données peuvent parfois paraître un peu complexes, j'ai surtout trouvé qu'elles allaient un peu vite et il m'a manqué quelque chose dans ces moments-là ; comme un goût d'inachevé (mais des recherches peuvent-elles être totalement terminées ?)

Heureusement, il y a aussi beaucoup de passages plus détendus et d'autres surprenants ; comme ceux dans la maison Bishop - j'adore cette maison - ou les réactions de certains personnages  (OMG ! Gallowglass !) et des revirements tout à fait passionnants.

Les personnages : Ce tome est aussi une vaste réunion. Il faut dire que tous ceux croisés auparavant, un peu, beaucoup vont refaire une apparition et cela donne des rencontres assez inattendues. J'ai notamment apprécié (surlignez pour lire) les conversations fantômatiques entre Philippe et Emilie, les étincelles entre Myriam et Chris ou le rôle que va jouer Jack ; puis je le redis, mais Gallowglass quoi !
J'ai détesté le "fils" de Matthew et sa cruauté (même si il a des circonstances atténuantes). Mais ce sont surtout Matthew et l'évolution de Diana qui m'ont le plus interpellée.

Matthew est plus que jamais surprotecteur, chef de meute et même très insupportable par moments. J'avais déjà souligné ses défauts dans le premier tome et j'ai de nouveau été exaspérée par certaines de ses réactions. Malgré cela, il arrive aussi à être très touchant dans d'autres passages ; d'autant qu'il a à faire à forte partie avec celle qui est devenue sa femme.

Diana, qui au début du tome 1 rejette toute idée de sorcellerie, s'est remarquablement accoutumée à sa condition de tisseuse et semble à peine surprise de toutes les transformations que cela engendre pour elle. Pourtant, elle ne ressemble plus guère à la jeune femme du début. Certes elle a toujours (si ce n'est plus) un caractère très affirmé mais elle use, voire abuse, de son pouvoir d'une façon parfois cavalière et baigne dans l'ésotérisme sans que cela ne la dérange. J'ai trouvé à ce niveau-là que l'auteur allait un peu trop loin à mon goût mais ce ne sont que quelques détails qui ne m'ont pas empêché d'apprécier le livre pour autant.

Je terminerai avec le style. De prime abord, il semble moins travaillé que dans les premiers tomes ; mais ce n'est qu'une impression de surface due au fait que les atmosphères se succèdent plus rapidement. Deborah Harkness imprime un rythme soutenu à cette fin de trilogie et joue de plus avec l'alternance de narration. Il n'y a donc aucune longueur, aucun moment où la tension baisse dans ce dernier opus, tenu jusqu'au bout d'une main de maître par son auteur.

Au final, ce tome clôt magistralement la série. il répond à toutes (ou presque) les questions tout en gardant le mélange original de sorcellerie, romance et sciences ainsi que l'érudition. Il laisse aussi suffisamment de portes ouvertes pour que la lectrice avide que je suis, pense qu'il reste de la place pour une suite dans le même univers. Et ça j'aime !

Ce livre est sorti la semaine dernière alors précipitez-vous chez votre libraire préféré ;)

LittImaginaire-2014

1mois1consigne