4e de couverture - éd.10-18 "Grands détectives"
"Suffragette avant l'heure, l'indomptable Charlotte Ellison contrarie les codes et manières victoriens et refuse de se laisser prendre aux badinages des jeunes filles de bonne famille et au rituel du tea o'clock. Revendiquant son droit à la curiosité, elle parcourt avec intérêt les colonnes interdites des journaux dans lesquels s'étalent les faits divers les plus sordides. Aussi bien le Londres des années 1880 n'a-t-il rien à envier à notre fin de siècle : le danger est partout au coin de la rue et les femmes en sont souvent la proie. Dans cette nouvelle série « victorienne », la téméraire Charlotte n'hésite pas à se lancer dans les enquêtes les plus périlleuses pour venir au secours du très séduisant inspecteur Thomas Pitt de Scotland Yard"

Perry-CaterStreet

Que dire de ce livre ? Classé comme policier historique, il ne ressemble à aucun autre roman de ces deux genres et se présente plutôt comme une étude de mœurs sur fond de meurtres.
Encore une fois, il vaut mieux ne pas se fier au résumé car l'enquête demeure en arrière plan, au point que même si on passe d'un suspect à un autre, cela reste quasi sous-entendu ; sans parler de l'explication finale qui est expédiée.
Alors que reste-t-il ? Un semi huis-clos dans une famille bourgeoise bien pensante de la société victorienne - M.& Mrs Ellison ont trois filles ; Sarah mariée mais qui continue à vivre sous le toit paternel avec son époux, Emily qui cherche à s'élever socialement par le mariage et Charlotte qui veut sortir du carcan dans lequel les femmes sont enfermées et réclament le droit de lire les journaux, de discuter de ses lectures… S'y ajoutent les domestiques, l'indispensable pasteur et sa femme et bien sûr, l'inspecteur Thomas Pitt dont les questions vont bouleverser ce petit monde figé.
Ainsi, une série de meurtres dans le quartier va amener peu à peu chacun à faire face à ce qu'il est vraiment et le lecteur voit se dévoiler les personnalités réelles, se lever les mensonges et les secrets qui sont mis à jour, non sans produire quelques changements importants dans le comportement de la petite famille.
Du coup, si l'enquête m'a laissé un peu indifférente, j'ai par contre apprécié de suivre chaque membre de la famille, son évolution ainsi que de vivre dans cet univers victorien extrêmement codifié où l'on peut fréquenter le pasteur et sa femme mais pas le policier, où les riches nobles sont vite vus comme des débauchés profiteurs et où finalement les apparences sont plus que trompeuses et l'hypocrisie de mise en tout instant. Cela m'a fait penser à certains romans de Zola comme La Curée, Nana ou Pot-Bouille, le style en moins.
Car si il y a une chose qui m'a déçue dans ce livre c'est l'écriture. Les chapitres sont longs et manquent de cohésion. J'ai trouvé les sentiments et réflexions des personnages peu travaillés, alors que beaucoup de choses passent par eux. De plus, il y a fort peu de suspens et l'ensemble manque de rythme.

Au final, une lecture sympathique au niveau des personnages et de l'étude sociologique mais qui laisse à désirer côté policier où on est bien loin de la reine du genre Agatha Christie à qui pourtant Anne Perry est souvent comparée. Je lirai sans doute la suite maintenant que je sais à quoi m'attendre mais je ne me jetterai pas dessus.

historique2013

Lettre P du challenge ABC 2013

ABC-2013

Challenge-10-18