4e de couverture - éd. Points / Essais
"Potocki, Nerval, Gautier, Villiers de l'Isle-Adam : Tzvetan Todorov nous introduit d'abord au plaisr de les relire en nous enseignant à construire les limites d'un genre : dans l'hésitation non résolue du lecteur entre le naturalisme de l'étrange et le surnaturel du merveilleux. Puis il nous conduit au repérage de deux grands groupes de récits fantastiques que commandent respectivement le rapport du personage au monde et son rapport à autrui : ce n'est pas dans un attirail thématique, mais dans un réseau sous-jacent que s'organise le fantastique. Ainsi comprend-on que le fantastique soit du XIXe siècle très précisément."

Todorov-Fantastique

J'ai lu ce livre il y a maintenant plusieurs années pour un cours sur le fantastique dans les Arts au XIXe siècle. C'était à l'époque "La Bible" concernant le genre en littérature et comme dans le même temps, je ne lisais pas énormément de parutions récentes étiquetés fantastique, il m'avait paru tout à fait exhaustif.
Depuis mon arrivée sur Livraddict et les challenges qui ont suivi mais aussi à la suite de conversations avec des professeurs et étudiants de lettres, j'ai eu envie de m'y replonger, comme pour un retour aux sources sur ce qu'est réellement la littérature fantastique.

Il n'est pas évident de commenter un essai, surtout en voulant éviter de parler technique, c'est pourquoi je vais essayer de pointer de manière un peu simplifié le propos de Todorov et ce que j'y apprécie.

Après une partie assez complexe sur ce qu'est un genre littéraire, Todorov lance une première définition avec cette idée que, non seulement dans un monde familier intervient un événement qui ne peut s'expliquer par les lois de ce monde mais qu'en plus, il faut que le narrateur et le lecteur avec lui tranchent : soit les lois sont valides et il s'agit d'une illusion soit il faut remettre ces lois en doute.

"Le fantastique occupe le temps de cette incertitude […] c'est l'hésitation éprouvé par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel." p.29

Ceci met clairement l'accent sur la nécessité du doute pour qu'il y ait fantastique. De là apparaît la nécessité de définir les autres genres proches quand le doute est levé : l'étrange - il existe une explication au phénomène observé - ou le merveilleux - le narrateur et le lecteur accepte qu'il existe d'autres règles que les lois de ce monde - ; c'est ce qui se passe dans les contes par exemple.

A partir de là, Todorov énonce quelques procédés importants à connaître que ce soit au niveau des genres (poésie et allégorie) ou du discours avant d'aborder une partie que je trouve absolument passionnante, les thèmes du fantastique. Il réunit ceux-ci en deux grandes catégories : le thème du Je dans lequel s'exprime le rapport de l'homme avec le monde ainsi que sa personnalité et le thème du Tu qui a trait au désir sous toutes ses formes et à la mort. Freud avec son Eros et Thanatos n'est pas loin et en cela on sent que le travail de Todorov ne peut être lié qu'à la littérature du XIXe siècle, avant non seulement la naissance de la psychanalyse mais aussi son acceptation par la société. Car au final, il présente, entre autres choses, le fantastique comme une transgression, un moyen de s'exprimer dans une société très régentée sur des sujets tabous qui vont peu à peu perdre ce statut suite aux travaux de Freud.

Deux mots sur le style de Todorov très universitaire avec un vocabulaire très précis et souvent complexe, loin de sa signification courante pour certains mots. Il est donc important lorsqu'on se lance d'avoir du temps pour s'imprégner des différents concepts utilisés. S'ajoutent à cela les nombreux exemples - très intéressants - qu'il peut être bon de connaître un minimum afin de comprendre le propos.

Malgré cela, j'ai vraiment apprécié de me replonger dans ce texte qui m'a permis de me remémorer un certain nombre d'idées et donner envie de lire (ou relire) certains auteurs que j'ai laissé de côté depuis longtemps comme Poe ou Nerval.
Reste que,  si comme l'indique le dernier chapitre, le genre a disparu, on est en droit de se poser la question de ce qu'est et veut dire  le fantastique actuellement. Sans doute la réponse est-elle encore en devenir et manquons-nous de recul pour la donner avec certitude/

ABC2014

Lettre T

Challenge-un-genre-par-mois-logo

challFantClassique-logo