Tome 1 : Etiquette et Espionnage

4e de couverture - éd. Orbit
"Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre môman : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mrs Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady… aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Melle Géraldine pour le Perfectionnement des Jeunes Dames de Qualité. Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr. Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante."

pensionnatGéraldine1

Vous vous souvenez certainement combien j'ai aimé la série Le Protectorat de l'Ombrelle et son héroïne, Alexia Tarabotti. Aussi quand j'ai appris que Gail Carriger écrivait une nouvelle série, je n'ai pas hésité une seconde. Mais il faut avouer que j'ai moins apprécié celle-ci.

Sophronia est une jeune fille un peu spéciale : intelligente, extrêmement curieuse, elle préfère explorer, démonter les objets etc plutôt que d'apprendre à bien se tenir ou veiller à sa toilette. Et c'est ainsi qu'elle se retrouve dans une étrange école qui en plus des cours traditionnels pour les demoiselles, leur dispense certains savoirs d'espionne. Mais bien entendu, cela ne suffit à pas Sophronia qui va se retrouver mêler à une affaire plus complexe.

Situé dans le même univers que Le Protectorat, cette histoire classée ado est moins prenante. Sophronia a beau avoir du caractère, les réparties sont moins décapantes et l'ensemble reste plus superficiel et oserais-je dire gentillet.
Cependant, l'intrigue (et la curiosité de l'héroïne) nous permet de voir les dessous du steampunk avec promenade dans la chaufferie, petit tour dans un atelier … et beaucoup, beaucoup, beaucoup de petites et grosses machines fort intéressantes.

Au final, j'ai passé un bon moment au Pensionnat de Melle Géraldine. Même si cela manque un peu de vampires et de loups-garous et que l'ensemble souffre un peu de l'étiquette YA, je me suis suffisamment amusée pour avoir envie de lire la suite.
Lu en octobre 2014

* * * * *
Tome 2 : Corsets et complots

4e de couverture - éd. Orbit - Attention spoilers !
"A-t-on vraiment besoin de quatre digitales pour décorer une table pour six personnes ? Ou bien est-ce six digitales pour tuer quatre invités ? La première année d’école de Sophronia a certainement été enthousiasmante. D’abord, son pensionnat pour jeunes dames de qualité l’entraîne à devenir espionne (Maman sera si surprise !). Ensuite, elle est mêlée à une intrigue à propos d’un appareil volé et on lui jette une tourte au fromage dessus. Aujourd’hui, Sophronia connaît chaque recoin de l’école, laisse traîner son oreille dans les quartiers des enseignants et monte clandestinement à la chaufferie du dirigeable où elle apprend qu’un simple voyage scolaire à Londres peut cacher davantage que ce qu’elle croit… Vampires, loups-garous et humains sont tous après le prototype récupéré par Sophronia dans Étiquette & Espionnage, qui a le potentiel d’améliorer le transport aérien surnaturel. Sophronia doit découvrir qui est derrière un dangereux complot pour contrôler le prototype… et survivre à la saison de Londres munie d’un carnet de bal complet."

pensionnatGéraldine2

Le premier opus ayant posé l'univers, ce tome entre tout de suite dans l'action. Afin d'entamer une nouvelle année au sein du Pensionnat, Sophronia et ses camarades sont soumises à quelques tests. Bien entendu, ceux-ci ne se passent pas tout à fait comme prévu et notre héroïne va chercher à découvrir la raison du problème.
A cela s'ajoute un voyage à Londres … avec des garçons de l'Académie concurrente et donc cours communs ainsi que les indispensables danses et flirts presque obligatoires.

Dans l'ensemble, j'ai trouvé cet opus mieux que le précédent. L'intrigue globale et les enjeux donnés sont plus clairs ; la construction plus carrée aussi même si la trame est proche de la précédente dans son déroulement. Puis la partie à Londres permet de retrouver les personnages du Protectorat tels que la ruche et l'inénarrable Lord Akeldama.

Cependant, ce que j'ai le plus apprécié est l'évolution des relations entre les différents personnages que ce soit Sophronia et Savon, Geneviève ou les filles entre elles et bien sûr les filles avec les garçons qui donnent des situations fort sympathiques, le tout sans avoir l'air d'y toucher bien entendu.

Ce qui me permet de terminer sur le style toujours aussi délicieusement suranné de Gail Carriger qui s'entend à merveille pour nous transporter dans ce XIXe siècle de convenances, non dénuées d'humour ou d'ironie.
Bref, j'ai aimé et la suite m'attend dans ma PAL
Lu en juin 2015

ABCImaginaire-logo2015

* * * * *
Tome 3 : Jupons et poisons

4e de couverture - éd. Orbit - Attention spoilers !
"Toujours élégante, Sophronia continue sa deuxième année au pensionnat – avec un éventail à lames d’acier dissimulé dans les plis de sa robe de bal, bien évidemment. Une arme tendance et fort à propos, puisque la jeune espionne, sa meilleure amie Dimity, l’adorable soutier Savon et le charmant Lord Felix Mersey montent clandestinement dans un train en direction de l’Écosse pour ramener leur camarade de classe Sidheag à sa meute de loups-garous. Personne ne se doute de ce qu’ils vont trouver – ou qui – à bord de ce train étrangement vide. Alors que Sophronia met à jour un complot susceptible de plonger Londres tout entière dans le chaos, elle va aussi devoir décider une bonne fois pour toutes vers qui va sa loyauté."

pensionnatGéraldine3

Pour ce 3e opus du Pensionnat, Gail Carriger bouscule encore une fois son héroïne. L'année semble se passer de manière tout à fait normale entre les cours et les professeurs un peu farfelus, quand une nouvelle bouleverse Sidheag. Et c'est lors d'une permission accordée pour les fiançailles du frère de Sophronia que l'intrigue va se nouer.
Une grande partie du tome se déroule donc en-dehors de l'école, ce qui m'a un peu manqué mais donne à l'action un côté plus trépidant que dans les précédents.
Les personnages évoluent de façon intéressante, tous mûrissent un peu, voire beaucoup et font des choix importants pour leur vie future et la suite de l'histoire. Cet opus laisse aussi la part belle aux sentiments des uns et des autres, sans pour autant qu'une quelconque romance prenne le dessus sur le reste. On retrouve aussi quelques personnages secondaires dont les actes ne sont pas sans conséquence encore une fois.
Le steampunk paraît moins marqué ou, pour être exacte, il est plus intégré à l'action. De même le style toujours impeccable reste plus en retrait pour laisser la part belle à une intrigue aux multiples rebondissements et ayant davantage d'épaisseur que les précédentes. La fin donne lieu à d'importants bouleversements pour certains personnages et relancent l'attrait de cette série toujours aussi sympathique.
J'ai encore énormément aimé ce tome que j'ai lu avec gourmandise. Et j'attends le prochain avec impatience.

Lu en février 2016

ABCImagin-2016-logo

chronique-express

challenge-vapeur-et-feuilles-de-the

* * * * *
Tome 4 : Artifices et Arbalètes

4e de couverture - éd. Orbit - Attention spoilers !
"Apprendre l’art de l’espionnage au sein de l’école volante de Mlle Géraldine est devenu fastidieux pour Sophronia, privée de la présence de Savon à ses côtés. Elle préfèrerait utiliser ses talents pour contrarier les plans des Vinaigriers, mais ses maints avertissements au sujet des lâches intentions de ces derniers sont encore et toujours ignorés et Sophronia ne sait plus à qui se fier. Quelles informations détient le bourru dewan de Sa Majesté ? Dans quel camp se place l’élégant vampire Lord Akeldama ? Une seule chose est certaine : un complot d’envergure se trame, et Sophronia doit se préparer à sauver ses amis, son école et Londres tout entier du désastre à venir – sans jamais se départir de son spectaculaire raffinement, bien évidemment."

pensionnatGéraldine4

Ce quatrième et dernier tome du Pensionnat de Mlle Géraldine est excellent à tous points de vue.
Les personnages s'affirment encore plus que dans les précédents avec moins d'hésitations et de retenue, mais toujours en respectant les convenances.  Sophronia met d'ailleurs (enfin) de l'ordre dans ses sentiments et même si le lecteur savait déjà ce qu'elle ressentait, il est agréable de la voir se positionner clairement. Et c'est toujours un plaisir de retrouver tant les filles que Lord Akeldama ou le dewan et les professeurs.
Du côté de l'intrigue, je l'ai trouvée plus consistante ; sans doute parce qu'elle s'éloigne un peu de l'éducation des jeunes filles pour résoudre l'histoire principale. Cela donne quelques révélations surprenantes, pas mal d'action avec des situations parfois cocasses mais surtout un ensemble plus sombre et plus mûr qui clôt bien la série. L'épilogue est un parfait équilibre entre fin et petite porte ouverte vers l'avenir.
J'ai donc encore une fois adoré et j'espère que nous aurons très vite en France la nouvelle série dans le même univers.

abc2016-logo
Demi-Prénoms

chronique-express