4e de couverture - éd. Milady
" Des cendres de Colossaë est né le peuple des Voyageurs, qui vont à travers le monde pour combattre l'Ombre. Craints de ceux qui redoutent la magie, les clans Voyageurs ont été décimés par les hommes qu'ils ont juré de protéger...
Séraphe est l'une des dernières Voyageuses, un Corbeau-Mage, qu'un ancien soldat a sauvée in extremis. Ensemble ils se sont construit une vie tranquille loin de tout danger. Séraphe se sent enfin libérée du fardeau de sa mission… Jusqu'au jour où sa destinée la rattrape brusquement."

Briggs-Corbeau

Vous le savez maintenant, c'est avec gourmandise que j'ouvre un roman de Patricia Briggs (j'en garde même de côté avant que les prochains sortent pour être certaine d'en avoir toujours un dans ma PAL). Celui-ci n'a pas dérogé à la règle et je me suis encore une fois régalée avec cette fantasy pas tout à fait comme les autres.

Dès le début, l'auteur nous plonge au cœur d'une action qui nous laisse tout de suite entrevoir les problèmes que vont rencontrer les héros ; alors même que les lecteurs les a à peine aperçus. C'est une façon assez habituelle chez elle de commencer ses romans fantasy et j'avoue que je trouve agréable de connaître rapidement le contexte de l'histoire.
La suite immédiate permet de faire connaissance avec Tiër, ancien soldat et Barde qui s'ignore, et celle qu'il vient de recueillir, Séraphe, jeune Corbeau-mage, qu'il va ramener chez lui dans le village de Reidern. En quelques dizaines de pages, nous prenons conscience de la magie mise en œuvre, de la façon dont elle est perçue par le peuple et de ce qu'elle peut produire tant de bon que de mauvais. Tout semble donc aller très vite mais à la fin de la première partie, l'aventure ne fait que commencer.
Au début de la partie suivante, la donne est complètement modifiée et ce d'un seul coup. Attention spoilers, surlignez - Tiër et Séraphe sont installés à la ferme avec leurs 3 enfants. Pour compléter leurs revenus, Tiër part à la chasse une partie de l'hiver mais cette année-là, il ne revient pas. Que lui est-il arrivé ? Tout le reste du premier tome va donc raconter la quête de Séraphe pour savoir exactement ce qu'il s'est passé et retrouver son époux…

J'ai particulièrement aimé :
- la construction et la narration de chaque tome,  que ce soit le début en fanfare suivi d'une quête relativement lente mais qui avance en permanence grâce aux changements de points de vue qui permettent au lecteur de suivre parallèlement le voyage de Séraphe et ce que vit Tiër. De chaque côté, l'intrigue évolue et s'éclaire petit à petit pour converger vers un dénouement commun, à la fois clos et laissant planer une menace suffisante pour amener la suite.
Le tome 2 va donc réunir les protagonistes et les voir cheminer ensemble pour découvrir le responsable du mal qui affecte le royaume et les Voyageurs en particulier. Le rythme y est ainsi très différent et en lisant les 2 à la suite, cela permet de ne pas se lasser. Puis le schéma global est vraiment intéressant et très clair bien qu'un peu classique du genre - une bataille gagnée à la fin du tome 1, suivi d'une nouvelle quête pour éradiquer le méchant et permettre à l'Empereur d'asseoir son pouvoir - cela me rappelle étrangement quelque chose ; mais en fait je ne m'en suis aperçue qu'après avoir terminé et digéré le livre.

- les personnages qui sont particulièrement travaillés et évoluent sans cesse le long des 2 tomes. Tiër, fils de boulanger, ancien soldat, choisit de devenir fermier et se découvre Barde d'un très haut niveau. Séraphe, la Corbeau-mage est torturée, culpabilisant sans cesse face au passé, à ses responsabilités et à sa magie plutôt difficile à contrôler et à vivre. Elle s'inquiète aussi pour leurs enfants surtout Jës le Gardien fragile émotionnellement, alors que Lehr semble de plus en plus fort et à l'aise avec son don de Chasseur au fur et à mesure du livre, la petite Rinnie restant plus en retrait. Il y a un personnage que j'ai particulièrement apprécié : c'est l'Empereur, jeune débauché totalement sous influence et qui va reprendre sa vie et son pouvoir en main grâce à nos héros. Chacun a ainsi un poids à porter ou des fautes à effacer et se faire pardonner. Tous ont leur part d'ombre dont ils vont émerger plus forts mais toujours aussi humains et sans doute plus compatissants.
Parmi les personnage secondaires, je noterai la vieille Brewydd, le méchant qu'on ne découvre que très tard et l'Ombre, référence fascinante aux vampires.

- l'univers magico-religieux car les deux sont totalement liés dans ce roman ; les  six Ordres étant à la fois la base de la magie et des différentes religions du royaume. L'auteur en profite d'ailleurs pour dénoncer au passage les dérives de l'interprétation des textes.
Comme dit précédemment, on découvre le système très rapidement dans le premier tome et pourtant il ne va pas cesser d'être complété, de s'approfondir pour former une véritable mythologie, passionnante à découvrir et dans laquelle, les clins d'œil et les références sont finalement nombreux si l'ont veut s'y arrêter.

Je ne peux terminer sans parler une nouvelle fois de l'écriture toujours aussi soignée, agréable et forte en émotions de Patricia Briggs, de sa manière de traiter ses personnages qui en font rapidement des personnes proches du lecteur et de l'incroyable chaleur qui s'en dégage, malgré des passages assez sombres.

Au final, j'ai beaucoup aimé ces deux tomes, qui m'ont marquée par une histoire construite de manière classique dans un univers original avec des personnages forts mais pas monolithiques. Un très bon moment de fantasy un peu douce-amère et très agréable à lire.

Lu dans le cadre du

 ChallengeLicorneLogo