Cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé du "petit sorcier à lunettes" et comme l'automne arrive, que c'est une saison que j'associe facilement à la série, il est temps de vous en dire encore un peu plus.
Il ne se passe pas une année (je crois que je pourrais même dire 6 mois) sans qu'une lecture commune, et de préférence complète, de la série soit lancé sur la blogosphère. J'en avais déjà suivi une au moment de la sortie des derniers films, ce qui m'avait permis de chroniquer avec plus ou moins de détails chaque tome (clic sur la catégorie en bas pour toutes les retrouver).
Et quand Asuna a relancé l'idée avec en prime des échanges par parties de quelques chapitres, ce fut l'occasion pour moi de les reprendre et cette fois en VO. Le groupe de base s'est un peu délité - souvent le cas lorsque les LC se déroulent sur le long terme -  et ce n'est que cet été que j'ai terminé ma relecture avec le 7e tome. Alors c'est le bon moment pour moi de vous préciser ce que m'a apporté le passage à l'anglais.

Harry-Potter-VO

C'est bien simple, alors que je connais les différentes intrigues par cœur, ce fut une totale redécouverte.

Pour commencer, il faut savoir que je lis plus lentement en anglais, ce n'est pas ma langue maternelle et même si je le maîtrise relativement bien, cela ne m'est pas totalement naturel. Mais, en contrepartie, j'en ai d'autant plus savouré les détails, y compris les plus infimes, ceux qui passent parfois un peu vite dans une lecture à vitesse normale et que finalement on parvient même à oublier, alors qu'ils ont leur importance. Et j'ai d'autant plus apprécié la complexité de l'univers ainsi que le fait qu'il est vraiment complet alors qu'on le découvre progressivement.

Ensuite, j'ai très rapidement admiré l'inventivité de J.K. Rowling au niveau du vocabulaire propre au monde des sorciers. Certes cela transparaît dans la traduction de Jean-François Ménard, dont je tiens à saluer le travail au passage car il est fort bien rendu, mais il a encore plus de saveur dans l'original. J'aimerais souligner d'ailleurs qu'il ne pose aucun problème de lecture tant il est clairement identifié et toujours expliqué si il en est besoin.

Au fur et à mesure de mon avancée dans les tomes, j'ai aussi été frappée par l'évolution d'écriture car si les deux premiers sont clairement enfantins, y compris dans le style, plus les héros grandissent et plus celui-ci se complexifie et se densifie pour atteindre un niveau adulte. Je ne l'avais pas ressenti en français, pour des causes évidentes, et j'ai été agréablement surprise de cet enrichissement qui apporte un vrai plus à la lecture.

Tout cela a contribué aussi au fait que j'ai ressenti les émotions et sentiments d'une manière encore plus forte et intense que lors de mes précédentes lectures. Ainsi, Harry a vraiment l'air d'un petit garçon un peu trop curieux et en même temps ravi d'être là dans les premiers tomes ; mais aussi d'un jeune ado très tête à claques dans les cinquième et sixième. Les professeurs paraissent encore plus caractérisés McGonagall avec sa sévère bienveillance, Snape un peu trop partial et Dumbledore très grand manitou et j'en passe bien sûr. Puis les différentes ambiances ressortent aussi davantage comme la chaleur familiale des Weasley, la magie du château de Poudlard ou le mystère de la Forêt Interdite.

Et l'ensemble atteint réellement son apogée dans le tome 7 : Harry Potter and the Deathly Hallows - attention ne lisez pas ce qui suit si vous ne l'avez pas encore lu ! -

HP7-VO

Ce dernier opus est celui que j'ai le moins relu, d'abord tout simplement parce que c'est le dernier paru mais aussi parce qu'une fois que j'ai su le dénouement, j'en voyais moins l'intérêt et finalement, il me semblait l'apprécier moins que les autres. Quelle erreur !
Cette lecture en VO m'a permis d'en prendre absolument toute la mesure, de le savourer comme il le mérite et de m'en délecter au point d'avoir du mal à lire autre chose ensuite. J'ai frémi, attendu avec angoisse, trépigné d'impatience, pleuré à plusieurs reprises, souri dans quelques endroits. En deux mots, j'ai vécu ce livre comme jamais ! Et du coup certains éléments sont ressortis

Petite revue de détails :
- La construction à la fois du tome, et de l'ensemble de la saga, tout ici prend du sens. Chaque détail, chaque pièce du puzzle vient prendre sa place et amener sa pierre à l'édifice. Le temps passé par les trois héros à chercher par où commencer leur mission, loin d'être inutile renforce la tension. Les différentes intrigues se rejoignent dans la quête des horcruxes et la bataille finale. Il faut bien avoir en tête des points précis sur les baguettes, les jeux de pouvoir, la force du sacrifice, celle de l'amour pour appréhender pleinement les différentes étapes de la défaite de Voldemort  et voir que, loin d'un livre bâclé ou cinématographique comme j'ai pu le lire parfois, ce septième tome est le réel aboutissement de tous les autres.
- C'est aussi le tome où Harry prend sa pleine mesure d'Elu. Je l'ai dit au-dessus entre le petit garçon un peu fouineur et l'adolescent souvent insolent, j'ai eu plus d'une fois envie de le claquer ce héros, presque trop réel. Mais là, bien qu'encore aidé, c'est lui qui dénoue les fils de l'histoire, lui qui découvre R.A.B., lui qui va comprendre où sont les horcruxes, ce que prépare Voldemort, comment le contrer et encore lui qui va accepter de mourir pour que son monde continue. Il est soutenu par ses indéfectibles amis pour qui il est prêt à tout mais aussi par son amour pour Ginny à qui il pense souvent - j'avoue que c'est un détail que j'avais oublié et qui donne aussi tout son sens à l'Epilogue - et par sa confiance quasi aveugle en ce que croyait Dumbledore. Il est totalement et irrémédiablement celui qui peut mettre fin à l'histoire, le vrai héros. Je peux vous assurer que mon petit cœur de midinette aurait eu encore 16 ans, il tombait désespérément amoureux de cet Harry-là.
- Pour compléter cela, les autres personnages ne sont pas en reste. Ron et Hermione vont enfin se trouver (ce n'est pas comme si Elle le cherchait depuis plusieurs tomes hein ! d'ailleurs cela m'a choquée quand J.K. a dit que Harry aurait dû finir avec Hermione :'S ), Neville - vous savez comme je l'apprécie - se bat comme un lion et montre l'exemple, alors que Luna est fidèle à elle-même et toujours plus à ses amis. Le pauvre Dobby meurt heureux et Bellatrix paraît encore plus folle. Remus et Tonks, en combattants acharnés, sont incapables de ne pas être au cœur de l'action malgré les conséquences de même que les Weasley encore et toujours. Puis il y a le professeur Snape, ah Snape ! combien ont craqué face à cet incompris - en quelques pages, comme Harry, le lecteur lui pardonne tout et ces pages-là ont pris un pouvoir incroyable ici. Je pourrais continuer à tous les citer…
- enfin, je ne peux éluder LA bataille moment fort et sombre, les morts que Voldemort voudrait rendre vaines en laissant croire qu'un seul aurait dû périr,  et le duel final qui, loin du fracas montré dans le film, est presque intimiste entre le jeune homme qui n'a rien à perdre parce qu'il a tout compris et l'autre trop sûr de lui mais qui a oublié l'essentiel.
S'en suit dans le livre une scène de liesse qu'on a envie de partager comme un exutoire à un trop-plein d'émotions fortes. Je sais que beaucoup de lecteurs ont regretté l'Epilogue mais là il m'a fait du bien, car après tout cela, je l'ai vécu comme un apaisement, un rappel que la vie a repris le dessus et "que tout est bien".

Je crois que je pourrais en écrire encore des pages et disséquer chaque recoin de l'histoire. Il me suffit de dire que, suite à cette relecture en VO, ce tome est devenu mon chouchou de la série et que Cette lecture-là va garder une place spéciale dans ma mémoire de lectrice.

Coup-de-coeur

ABC2015-logo
Lettre R