4e de couverture - éd. Métailié Noire
"Le printemps dans le Grand Nord, une lumière qui obsède, une ombre qui ne vous lâche plus. À Hammerfest, petite ville de l’extrême nord de la Laponie, au bord de la mer de Barents, le futur Dubai de l’Arctique, tout serait parfait s’il n’y avait pas quelques éleveurs de rennes et la transhumance… Là, autour du détroit du Loup, des drames se nouent. Alors que des rennes traversent le détroit à la nage, un incident coûte la vie à un jeune éleveur. Peu après, le maire de Hammerfest est retrouvé mort près d’un rocher sacré. Et les morts étranges se succèdent. En ville les héros sont les plongeurs de l’industrie pétrolière, trompe-la-mort et flambeurs, en particulier le jeune Nils Sormi, d’origine sami. Klemet et Nina mènent l’enquête pour la police des rennes. Mais pour Nina une autre quête se joue, plus intime, plus dramatique. Elle l’entraîne à la recherche de ce père disparu dans son enfance. Une histoire sombre va émerger, dévoilant les contours d’une vengeance tissée au nom d’un code d’honneur implacable.

Truc-détroit-loup

Après ma lecture du Dernier Lapon, je m'étais promis de suivre attentivement les parutions d'Olivier Truc, mais j'ai mis plus de temps que prévu pour me lancer dans la lecture de celui-ci, que j'ai tout autant aimé.

Cette nouvelle aventure de la police des rennes est à la fois très proche et très différente de la précédente.
Proche par le décor de la Laponie, les protagonistes Klemet et Nina que l'on retrouve avec plaisir, le fond qui oppose tradition et modernité, les Samis ou plutôt les éleveurs de rennes nomades contre les Norvégiens sédentaires avec au milieu un incident (mais en-est-ce vraiment un ?), d'étranges morts qui se succèdent un peu trop rapidement pour ce que ce soit une coïncidence et une plongée - dans tous les sens du terme - dans l'industrie pétrolière off-shore actuelle et passée.

Cependant, le point de vue diffère car après les prospecteurs, ce sont maintenant les plongeurs qui sont sur la sellette dans un monde difficile où il faut aller vite car chaque minute vaut son pesant de dollars et dans lequel la vie humaine ne pèse pas bien lourd. Face à cela, les Samis veulent continuer à vivre à l'ancienne ; mais sur des terres convoitées de toutes parts, quelle place ont encore les rennes pourtant symbole de ce Grand Nord ? J'ai trouvé que le propos autour de ce conflit plus ou moins latent s'est durci dans ce roman. On y sent encore plus le poids et la force de la mondialisation, de la course aux énergies et du développement à tout prix. J'avoue que cela m'a fait froid dans le dos et lire de telles choses quand on nous parle sans cesse de gaspillage, d'énergies renouvelables… montre de manière terriblement efficace le gouffre qui sépare les grands discours,  de la réalité des lobbys.

Une autre chose qui m'a marquée est la montée du printemps, car l'incident de départ a lieu lors de la transhumance et par une petite astuce et quelques phrases bien tournées, Olivier Truc nous montre ces journées qui s'allongent à n'en plus finir, ces nuits qui n'existent presque plus et les conséquences que cela peut avoir sur les hommes. Dans le même temps, la nature prend son temps pour s'éveiller renforçant davantage la différence entre les gens du pétrole et les éleveurs de rennes qui semblent ne pas vivre sur la même planète.

L'intrigue elle-même est construite comme un puzzle d'une manière assez classique finalement mais bien menée dans le style clair et direct, mais très soigné, que j'avais déjà souligné dans Le Dernier Lapon. A cela s'ajoute une touche sur la vie personnelle de Nina, qui est intéressante et éclaire d'une nouvelle façon le personnage. Je l'ai d'autant plus appréciée qu'elle entre parfaitement dans l'histoire.

Au final, c'est un bon roman policier qui sous couvert d'une enquête dans un milieu particulier, pose encore une fois la question du respect des modes de vie des uns et des autres et celui de notre environnement. J'ai passé un bon moment, et je vais attendre avec impatience les prochaines aventures de la police des rennes.

abc2016-logo
Demi-Prénoms