Tome 1 : Thya

4e de couverture - éd. Scrineo
"La Gaule, Ve siècle après Jésus-Christ.
Cerné par les barbares, miné par les intrigues internes et les jeux du pouvoir, l'Empire roman, devenu chrétien depuis peu, décline lentement.
Les vieilles croyances sont mises au rebut, les anciens dieux se terrent au fond des bois, des montagnes et des grottes, les devins sont pourchassés par la nouvelle Eglise.
Thya, fille de l'illustre général roman Gnaeus Sertor, a toujours su qu'elle était une Oracle. Il lui faut vivre loin de Rome, presque cachée, en Aquitania, perdue au milieu des forêts.
Que faire alors quand son père, son protecteur, tombe sous les coups d'assassins à la solde de son propre fils ? Il faut fuir, courir derrière la seule chance qu'elle a de le sauver… Se fier à ses visions et aller vers Brog, dans les montagnes du nord, là où autrefois, Gnaeus a vaincu les Vandales. Et peut-être, le long de ce chemin pavé d'embûches et d'incroyables rencontres, voir le passé refaire surface et réécrire l'Histoire."

Voie-Oracles1

Entre le résumé et l'idée intéressante d'un roman de fantasy antique, les avis plus que bons d'un certain nombre de copines et cette couverture magnifique d'Aurélien Police, j'ai acheté ce roman assez vite après sa sortie mais attendu pour le lire que la suite soit annoncée. Et j'ai bien fait, car j'ai quasiment enchaîné les deux premiers tomes avant de patienter pour que le troisième et dernier arrive jusqu'à moi.

C'est donc dans un Empire Romain à bout de souffle que se situe l'intrigue de ce premier opus. On en découvre peu à peu les tenants et les aboutissants à travers ce qu'en connaît l'héroïne et ce qu'elle va en voir au cours de sa fuite vers Brog qui lui fait traverser une bonne partie de La Gaule.

J'ai particulièrement aimé les personnages :
Thya est une jeune fille solitaire et renfermée par obligation, car son père, Gnaeus Sertor, général de l'armée romaine,  la cache des chrétiens qui chassent les oracles et tous ceux qui pourraient rappeler les anciennes croyances. Mais pour s'occuper elle a beaucoup lu, beaucoup étudié, en particulier les cartes militaires. C'est une érudite, consciente de son don et sachant l'utiliser. Elle se trouve brutalement arrachée à son monde tranquille par l'agression de ce père qui la protège et, découvrant que son frère est à l'origine de celle-ci, elle fuit sa maison et part sur les routes à la suite de ses visions. Au cours de son périple, elle va évoluer, grandir, et découvrir ce monde qu'elle ne connaît pas. Avec ses moments de doutes et de questionnement, ses idées parfois fort éloignées de la réalité, elle prend peu à peu conscience de ce qu'est vraiment être une oracle et des pouvoirs qu'elle a.

Mais elle n'est pas seule, car rapidement dans sa fuite elle va trouver des alliés : Mettius, le vieux soldat, toujours fidèle et loyal à son général, et donc à sa fille, et qui a un sens aigu de la justice. Il va la protéger le plus possible pour l'amener où elle doit aller. Enoch, le jeune Node, maquilleur de son état, grand séducteur et très débrouillard, va l'aider aussi du mieux qu'il peut et découvrir au passage qu'il n'est peut-être pas ce qu'il croyait. Avec Thya, ils forment un couple attachant et fort. Et puis il y a toutes ces créatures de la forêt et de l'eau qui grouillent autour d'eux et forment une chaîne d'amis improbables mais utiles, le Faune désabusé, les dryades et ondines et le minuscule Sylvain si sage, sans oublier les dieux ! Tous vont affronter tant les poursuivants de Thya car Aedon veut la retrouver à tout prix et met tout en œuvre pour cela, que la destinée qui les attend au bout du chemin.

L'histoire est donc une sorte de voyage initiatique, qu'on pourrait aussi assimiler au passage de l'enfance à l'adolescence - et à l'âge adulte dans le tome 2 - Elle met en lumière cette époque un peu nébuleuse, passage elle aussi d'une ère prospère de l'Empire romain au Haut Moyen-Age chrétien en butte à toutes les convoitises des barbares (cela me rappelle un peu ma lecture du Roi de l'Hiver de Bernard Cornwell). Et justement, ce temps ouvre la voie à tous les possibles y compris à la survivance des différentes croyances et offre une place de choix à la magie sous toutes ses formes ; ainsi les visions de Thya, les interventions des différentes créatures imaginaires ou divines semblent naturelles dans ce monde historique pourtant décrit avec beaucoup de précisions. Ceci ajoute au charme et à la force de l'intrigue qui est par ailleurs fort bien menée, sans temps mort avec un juste dosage entre explications et actions.

Comme souvent, je terminerai avec le style. Estelle Faye a une écriture soignée, à la fois précise et douce. On sent qu'elle s'est documentée sur l'époque qu'elle utilise : ses us et coutumes, son habillement et elle le restitue de fort belle manière, sans complication, ni trop de simplification ; permettant ainsi au lecteur jeune ou moins jeune de s'immerger totalement dans le monde qu'elle dépeint.
Au final, ce premier tome m'a totalement conquise et n'est pas passé loin du coup de cœur. Je ne pouvais donc que lire très rapidement le suivant.

ABCImagin-2016-logo
Lettre F

* * * * *
Tome 2 : Enoch

4e de couverture - éd. Scrineo - Attention spoilers sur le tome précédent
"Poursuivis par les hommes d’Aedon, Thya, Enoch et Aylus fuient dans les terres barbares…
Sur les routes, les trois acolytes vont découvrir un monde très divers, coloré, fabuleux, où des magies et des mystiques plusieurs fois centenaires côtoient des aspirations farouches à la liberté. Un monde plus vaste et plus étrange que tout ce qu’ils auraient pu imaginer.
Au cours de ce nouveau voyage, Thya et Enoch vont à nouveau être mis à l’épreuve, et se révéler, ou se perdre…. Avec, en fond, la menace grandissante d’Aedon, soutenu cette fois par un nouvel allié surnaturel…"

Voie-Oracles2

Dans cette suite, Thya, Enoch et leur nouveau compagnon reprennent la route fuyant l'Empire pour s'enfoncer vers de nouvelles contrées sur les traces d'Alexandre le Grand. Mais le voyage s'annonce périlleux et les trois compères pourraient bien y laisser plus que la vie…

J'ai aimé
- la carte du monde décrit ! elle m'avait manqué dans le premier tome et est encore plus indispensable dans celui-ci. Merci à l'éditeur.
- le nouveau duo formé par Thya et Aylus qui va apporter à cette dernière son expérience en tant que devin et peu à peu la conforter dans ses choix ;
- l'évolution des deux jeunes héros de plus en plus sûrs d'eux, parfois même jusqu'à l'arrogance mais qui vont aussi découvrir ce qu'ils sont capables de faire, apprendre à faire des choix bons ou mauvais et qui vivent pleinement chaque instant sans jamais oublier leur but ;
- l'univers qui s'agrandit à la fois géographiquement et spirituellement, ainsi que les nouveaux personnages qu'il amène avec une mention particulière pour Adur le cavalier d'Orient et la vieille femme du désert ;
- le tournant que prend l'intrigue même si parfois j'ai eu du mal à comprendre (en terme d'identification pas de compréhension globale entendons-nous bien !) les motivations qui pousse Thya toujours plus en avant.

J'ai regretté
- ne pas en savoir plus sur ce que fait Enoch alors même que le tome porte son nom ;
- le fait que l'action soit permanente avec de très nombreux rebondissements, parfois un peu rapides. Je crois qu'à l'instar de Thya à certains moments, j'aurais apprécié une pause un tout petit peu plus longue au cours de cette folle épopée ;
- la multiplication des interventions divines aux motivations pas toujours très claires, et surtout de la part de dieux de plus en plus nombreux. J'avoue m'être un peu perdue pour certains même si cela ne nuit absolument pas au récit.

Cependant, ce tome est à la hauteur du précédent et le dernier retournement de situation promet au lecteur un final haletant.

* * * * *
Tome 3 : Aylus

Attention spoilers sur toute la série !

4e de couverture - éd. Scrineo
"En modifiant les fils du temps, Thya a changé l'Histoire. Vingt ans après, grâce aux conseils de la mystérieuse Oracle Brûlée, Aylus est devenu Empereur. Il règne à Rome en basant ses décisions sur la divination et s'entoure d'oracles plutôt que de conseillers. Dans cette verions de l'Histoire, la chrétienté n'est plus qu'un culte mineu traqué par les soldats de l'Empire.
A Rome vit Thya la Jeune, la fille de Gnaeus dans ce nouveau monde. Arrachée à son père à cause de ses dons de divination, la jeune femme est tourmentée par des rêves qui la hantent chaque nuit. Des rêves dans lesquels le monde est différent… Un monde où les devins n'ont pas pris l'Empire…"

Voie-Oracles3

D'emblée j'ai qualifié ce tome de déroutant et une fois terminé ce sont les mots surprenant et bluffant qui me sont venus à l'esprit. Mais je pourrais dire aussi qu'il est brillant et d'une très grande originalité tant par rapport aux deux précédents qu'au genre même de la série.

Le début m'a totalement déstabilisée et dépaysée car le monde dans lequel il s'ouvre est radicalement différent de celui précédemment décrit. L'Empire romain a pris une nouvelle dimension. Le Sénat, les militaires et les légions ne sont plus rien face au pouvoir des oracles et autres devins. Une certaine forme de terreur domine car on arrête et exécute de manière arbitraire toute personne qui pourrait faire une mauvaise action suivant les visions (et ce même si elle ne l'a pas encore envisagé elle-même). Tout va donc à vau-l'eau et même les dieux ne sont pas plus heureux de cet état de fait.
Dans ce contexte, Thya la Jeune, nièce et héritière de l'Empereur, est aussi une des meilleures oracles mais elle vit recluse, coupée du monde et ne sort que pour aller au temple d'Apollon, jusqu'au jour où sous l'influence de l'étrange Oracle Brûlée, elle quitte Rome pour retrouver Enoch qui a disparu.
A côté de cela, Aedon son frère est gradé dans l'armée et complote contre l'Empire, lui aussi avec l'aide de l'Oracle Brûlée.

Ce tome prend le temps d'installer la nouvelle vision du monde et l'intrigue ne semble vraiment commencer que lorsque les différents protagonistes ont quitté Rome.

J'ai aimé
- ce nouvel Empire dirigé de manière irrationnelle, sous prétexte d'un futur meilleur qui n'arrive jamais. Il pose aussi un certain nombre de questions politiques intéressantes, qui trouvent d'étranges échos dans l'actualité ;
- la personnalité des personnages nouvelle version, à la fois différents de ceux du premier tome et pourtant étrangement familiers. Ils vont d'ailleurs par certains côtés rejoindre leur première version au fur et à mesure que l'histoire avance ;
- le fait que l'univers s'agrandisse encore vers de nouveaux horizons, ce qui permet de faire le tour de l'Empire et d'explorer d'autres mythologies (même si, comme dans le tome précédent, que de dieux ! je crois que j'ai besoin d'une petite révision à ce niveau-là) ;
- l'intrigue elle-même qui se déroule comme en parallèle de la première, identique sur certains aspects et suffisamment modifiée pour ne pas lasser. De plus, on retrouve aussi les moments de pause et les créatures de la nature que j'avais appréciées ;
- la fin bien sûr qui est juste parfaite !

Un détail m'a fait un peu sourciller : GROS SPOILER - habituellement, lorsqu'on remonte le temps, il est souvent noté que les protagonistes ne doivent pas croiser leur personnage de l'époque. Alors malgré son rôle important, le croisement des deux Thya m'a laissé une impression de bizarrerie spatio-temporelle.

J'ai regretté
- la disparition de la carte. Mais pourquoi ?
et l'absence d'un mini-glossaire des dieux qui personnellement m'aurait bien aidée. (oui je sais, je n'avais qu'à chercher).

Hormis ces petits bémols très personnels, ce troisième tome conclut la série d'une manière magistrale et j'en garde un excellent souvenir.
Je remercie donc d'autant plus Livraddict et les éditions Scrineo pour ce partenariat qui m'a permis de le lire si vite.

Au final, c'est une trilogie très originale et d'une grande qualité que nous offre Estelle Faye. Le mélange antiquité, fantasy et magie fonctionne parfaitement. Les personnages sont typés mais avec beaucoup d'évolutions. L'univers bien rendu et précisément décrit est plus qu'intéressant à parcourir ; quand à l'intrigue, elle tient en haleine du début à la fin. Le tout dans un style soigné, agréable à lire et sans concession. J'ai vraiment beaucoup aimé ces trois tomes et ne peux que vous les conseiller.