Résumé de l'histoire :
William Monk, inspecteur de police chevronné, se réveille à l'hôpital.
Violemment agressé il y a quelques semaines, il a perdu la mémoire. Ce qu'il s'empresse bien de taire à ses supérieurs, qui auraient tôt fait de l'exclure manu militari de la police londonienne. Revenu à la vie professionnelle, il mène parallèlement une enquête sur le meurtre d'un jeune aristocrate, survivant de la bataille de Crimée, et sur lui-même. Il découvre d'abord qu'il n'était ni très sympathique ni très aimé, et qu'il avait laissé tomber sa famille, d'origine trop modeste, pour mieux réaliser ses ambitions. (source Livraddict)

Un étranger dans le miroir

Perry-Monk1Deuxième série d'Anne Perry, que je découvre et cette fois avec beaucoup plus d'enthousiasme que le premier tome que celle des Pitt qui m'avait laissé un sentiment mitigé (même si la suite est beaucoup mieux passée).

L'histoire se déroule quelques années après la guerre de Crimée soit au milieu du XIXe siècle ; et va nous plonger au cœur de la haute société dans laquelle tous les soldats, morts comme vivants,  sont d'abord considérés comme des héros avant que d'être des hommes. Leur souvenir est vivace et particulièrement entretenu.
Dans ce contexte, l'assassinat sauvage de l'un d'entre eux sonne comme une tragédie ; et la police a une forte pression sur cette affaire. Elle est confiée à William Monk qui revient de convalescence après un accident ayant provoqué une amnésie qu'il essaie de cacher le plus possible.

J'ai aimé le personnage de Monk, et le fait qu'on le découvre en même temps que lui-même réapprend qui il est. En effet, cela permet à l'auteur de nous faire entrer directement dans les pensées de l'enquêteur, ce qui est intéressant à tous points de vue. De plus, bien qu'il se découvre comme un homme antipathique et très ambitieux, on sent en lui une réelle envie de changer. Enfin, les souvenirs qui arrivent par bribes donnent lieu à des rebondissements spectaculaires pour une simple enquête policière - mention spéciale au moment où il pense être le coupable qu'il recherche - , ce qui m'a beaucoup plu.

J'ai particulièrement apprécié la place importante du contexte historique et sociale. Ainsi le major Joscelin Grey, qui a été assassiné a un statut à part : troisième de la fratrie, il est entré dans l'armée par obligation mais il revient de la guerre auréolé d'une certaine gloire. A côté de cela, il n'a pas réellement de place dans la société, ni propriétaire, ni entrepreneur, ni travailleur ; on se demande un peu de quoi il vit en-dehors de la rente octroyée par la famille. L'enquête nous permet ainsi d'entrer dans différentes couches de la société : la noblesse ainsi qu'une certaine bourgeoisie d'une part. Et de l'autre, les bas-fonds, la domesticité et les gens de la rue parmi lesquels Monk recherche des témoins et bien entendu au départ l'assassin. On parcourt donc toute la hiérarchie et les rapports entre les uns et les autres sont loin d'être tendres, sans parler de la place des femmes que l'auteur exploite d'une manière intéressante (et moins caricaturale que celle de Charlotte Pitt).

Ceci m'amène aux autres personnages qui forment un panel plutôt éclectique : de la fière Fabia, Lady Shelburne à Hester Latterly jeune femme intelligente mais un peu trop directe pour l'époque ; du novice Evan au supérieur hiérarchique jaloux de Monk - Runcorn qui semble tout aussi méchant que le héros le fut d'ailleurs ; en passant par les gamins qui nettoient les carrefours, le portier ou les escrocs divers et variés croisés au hasard de l'intrigue. C'est tout un monde qui défile sous nos yeux et cela renforce énormément le contexte cité au-dessus.

L'enquête en elle-même s'avèrerait assez classique si elle ne croisait pas l'amnésie de Monk. Mais le tout est tellement bien mené avec des épisodes si surprenants qu'il est difficile de lâcher le livre. Quand au dénouement, il  se met en place comme la dernière pièce d'un puzzle qui en révèlerait l'ensemble. Du coup, même si j'avais compris qui était le coupable depuis quelques temps déjà, je suis restée scotchée par l'accélération des dernières pages.

Au final, c'est un excellent policier historique porté par une plume à la fois réfléchie et alerte et qui rend bien tant le contexte que l'intrigue. De plus, l'introduction de ce nouveau détective est originale et donne envie de lire de nouvelles aventures pour savoir comment il va gérer les suites de son amnésie - et sa relation avec Hester -, ce que je ne manquerai pas de faire rapidement.

L'avis de cassie qui l'a lu en même temps que moi, et que je remercie pour ces échanges passionnants.

Lu dans le cadre

challenge-licorne3-logo

* * * * *
Un deuil dangereux

Perry-Monk2Après l'excellente surprise du tome 1, je n'ai pas tardé à retrouvé l'inspecteur Monk dans une nouvelle enquête, surtout que ma partenaire de lecture était sans doute encore plus impatiente que moi. Et non seulement je l'ai autant aimé que le précédent mais en plus, j'ai aussi réellement envie de connaître la suite.

Si j'ai apprécié de retrouver les ingrédients de base de l'histoire : un meurtre assez sordide dans la haute société dont il faut retrouver l'auteur le plus vite possible et sans faire de vagues, ainsi qu'un contexte historique fort - les séquelles de la guerre de Crimée sont toujours présentes -, j'ai encore plus aimé certains éléments relativement originaux.

Ainsi, cette enquête enchaîne totalement avec le tome précédent, puisqu'on y retrouve aussi le procès de ce dernier. J'ai l'habitude des personnages récurrents comme avec Erica Flack ou Nicolas Le Floch' par exemple mais c'est la première fois que je vois ça dans une série policière et cela donne une image plus complète de l'intrigue tout en accentuant la continuité d'un livre à l'autre ; ce qui m'a énormément plu.

On continue aussi à découvrir Monk qui fait toujours face à son amnésie et supporte de moins en moins celui qu'il était. Du coup même si il garde toute son intégrité, on le sent soucieux de donner une autre image de lui, de s'améliorer pour devenir ce qu'il veut être réellement. Là aussi Anne Perry nous plonge dans les pensées intimes de l'enquêteur, bien plus que ce qu'on a l'habitude de voir par ailleurs.

A tout cela s'ajoute de multiples rebondissements qui vont jusqu'à arrêter un coupable en laissant clairement entendre que ce n'est pas lui. L'enquête s'en trouve relancée et totalement modifié. Je ne vous dis rien sur le dénouement que je n'avais pas vu venir et qui est à la fois tordu et génial.

Comme dans le tome précédent, l'inspecteur est épaulé par Hester Latterly , ce qui permet à l'auteur de nous montrer la condition féminine déplorable de l'époque - Pensez par exemple qu'une veuve  d'un certain âge soit obligée de revenir vivre chez son frère !!! - Ce qui m'a énormément posé question car il semble  que le moment où la femme est sans doute le moins considérée en Angleterre est celui où le pays est dirigé par une femme forte. Je trouve ça vraiment étrange et me dit que la Reine Victoria aurait pu faire bouger les choses plutôt que de renforcer l'étiquette et les lois du pays…

Enfin, il faut avouer que le style d'Anne Perry  est particulièrement addictif. Il permet au lecteur de se plonger au cœur de l'époque évoquée tout en respectant celle-ci et de l'enquête d'une manière formidable. On tourne les pages sans pouvoir s'arrêter.

Au final, c'est un excellent roman policier et historique que cet opus, qui confirme tout le bien que je pensais de cette série que je poursuivrai avec plaisir, ne serait- que pour savoir ce qu'il va advenir de Monk maintenant que tout le monde sait qu'il avait raison ; et des autres personnages tels qu'Hester mais aussi Lady Callandra et l'avocat Rathbone.

 Lu dans le cadre des challenges

ABC-logo
Lettre P

* * * * *
Défense et trahison

Perry-Monk3Troisième opus de la série William Monk que je lis et troisième bonne surprise avec un tome qui parvient à se renouveler tout en apportant plus sur les personnages principaux. Je l'ai donc dévoré ayant eu beaucoup de mal à reposer le livre et le reprenant au moindre moment de libre.

J'ai particulièrement apprécié la construction de l'intrigue que ce soit la manière dont on apprend qu'un meurtre a été commis, par quel biais non seulement Hester Latterly mais aussi Oliver Rathbone puis Monk vont se retrouver à enquêter de nouveau ensemble et surtout le déroulement de cette enquête.
En effet, la majeure partie des romans policiers visent à démasquer le coupable du crime perpétré au début de l'œuvre et s'arrêtent une fois celui-ci découvert. J'avais déjà noté sur les tomes précédents l'originalité du fait que l'on aille plus loin que cette étape et ce tome-ci continue dans cette lignée. En effet, il ne s'agit pas ici de trouver le coupable - elle s'est elle-même dénoncée - mais nos héros doivent tout faire pour la sauver de la potence et vont donc rechercher le mobile tant de son geste que de son explication plus que boiteuse. Et il leur faut déployer des trésors de patience et de persuasion pour parvenir à faire éclater la vérité - aussi horrible soit-elle -. C'est là qu'intervient un deuxième point fort : celle-ci n'interviendra aux yeux du public (mais pas du lecteur) qu'au cours du procès auquel on assiste entièrement avant de connaître le verdict final.
L'ensemble donne une histoire avec beaucoup de tension et même un peu d'angoisse sur la fin tant le dénouement n'apparait pas si évident que cela avant les toutes dernières pages.

A cela s'ajoute l'ébauche d'une relation entre certains personnages (que je ne citerai pas pour ne pas spoiler), toujours le message sur la condition féminine catastrophique au milieu du XIXe et les débuts de la prise de conscience de celle-ci par les femmes elles-même ; sans oublier le passé de Monk qui ressurgit toujours par bribes et permet à chaque fois de le connaître un peu mieux.

Au final, c'est un très bon roman policier que ce tome, qui confirme tout le bien que je pensais déjà de cette série en passe de devenir une valeur sûre à mes yeux. Et je lirai la suite avec grand plaisir.

1mot-des-titres-logo2
Session ET

* * * * *
Vocation fatale

Perry-Monk4Quatrième opus des enquêtes du détective William Monk, Vocation fatale est l'un des plus étonnants jusqu'ici (et pourtant j'ai déjà souligné combien cette série me surprenait à chaque fois).

Tout commence par une une première affaire qui semble vite résolue, et il faut un peu de temps avant que la seconde (et principale) se mette en place. Cependant, on s'aperçoit rapidement qu'il va y avoir un lien entre les deux, même si celui-ci ne se dévoile que tardivement. L'attrait de l'intrigue qui fait se retrouver tous les personnages récurrents réside dans la construction proche d'un course contre la montre judiciaire  à la poursuite de preuves permettant d'incriminer le bon suspect.
J'ai encore une fois totalement adhéré à cette histoire malgré un petit bémol. En effet, j'ai trouvé qu'alors que Monk, Hester ou Rathbone avaient toutes les cartes en main, ils mettent beaucoup de temps à interpréter correctement le sens des paroles et des écrits de la victime - mais sans doute sont-ils trop engoncés dans leur éducation pour imaginer autre chose - et je n'en dis pas plus pour ne pas spoiler les révélations finales. D'ailleurs le côté historique transparaît moins dans cet opus pour laisser davantage de place au sociétal et à ces différences très importantes entre les hommes et les femmes que ce soit dans la vie quotidienne que dans les aspirations que chacun peut avoir et dans les études pour les réaliser.
J'ai aussi énormément apprécié l'idée que l'enquête ne s'arrête pas avec l'arrestation d'un coupable mais bien sa condamnation. La partie du procès est d'ailleurs très intéressante et haletante avec beaucoup de tension.
Bref, encore un tome passionnant et la suite attend sur mes étagères.

chronique-express

* * * * *
Des âmes noires

Perry-Monk5Cinquième opus de cette série que j'apprécie particulièrement, Des âmes noires tout en gardant un cadre type parvient à renouveler l'ensemble grâce à plusieurs points vus différemment :
- D'abord c'est un des héros principaux - en fait l' héroïne - qui est sur la sellette et jugée pour meurtre ; ce qui permet au lecteur de vivre l'histoire de l'intérieur que ce soit sur les conditions de détention ou  la tenue du procès. De plus, cela donne encore plus le sentiment d'urgence pendant l'enquête qui frôle par moments le désespoir et le découragement, émotions peu ressentis dans les tomes précédents.
- Ensuite, l'intrigue est délocalisée et quitte Londres que l'on voit très peu pour Edimbourg, dont il faut dire qu' on ne voit pas grand-chose mis à part les rues parcourues sans beaucoup de descriptions, mais cela implique des règles différentes au niveau de la justice et un tour de passe-passe de la part de l'auteur qui permet de relancer l'histoire.
- Et donc la construction de cette  intrigue diffère des précédentes. On pourrait la découper en 3 grandes parties : le meurtre et l'enquête, le procès en lui-même et enfin conclusion de l'enquête ; qui exceptionnellement se termine bien après le premier jugement.
Si j'aime toujours autant cette idée d'aller au bout de l'histoire avec le procès, souvent à rebondissements, j'ai eu un peu plus de mal avec la fin - surlignez pour lire - d'abord certains faits ne m'ont pas paru très réaliste ; ensuite, c'est une parole presque anodine qui va lancer Monk et Hester sur leur dernière piste et une erreur d'un complice qui permet d'arrêter le véritable coupable. De plus la toute fin qui va à toute vitesse clôt l'affaire d'une manière abrupte mais que moyennement satisfaisante à mon goût.

A côté de cela, j'ai aimé retrouver tous les personnages et les voir s'interroger sur leurs sentiments respectifs. J'ai aussi trouvé intéressant que l'auteur prenne davantage de temps dans ce tome pour replacer chacun et faire des rappels des tomes précédents - il peut quasiment se lire séparément -. Il m'a aussi plu de voir encore les conséquences de la guerre de Crimée mais aussi des guerres napoléoniennes qui donnent à cette série un fond historique solide.

Au final, j'ai aimé l'ensemble de ma lecture et trouvé cette enquête plus haletante et prenante que certaines auparavant, mêem si j'ai regretté certains faits qui cassent un peu cette atmosphère. Le fait que l'histoire se passe à Edimbourg peut ajouter un certain charme mais ne m'a pas paru si fort que cela. Et bien entendu, je vais continuer la série afin de savoir ce qu'il adviendra de nos 3 héros : Rathbone, Hester et Monk.

Challenge-10-18

chronique-express