4e de couverture - éd. du Masque (Labyrinthes)" Isobel Payne, comme beaucoup de jeunes filles désargentées de son époque, a fait un mariage de raison avec le vieux lord Scargrave.Elle voit alors disparaître ses ennuis financiers mais aussi ses rêves d’amour romantique. Jusqu'au jour où elle fait la connaissance du charmant neveu de son mari. Mais voilà que lord Scargrave meurt brutalement, laissant la jeune femme dans une situation délicate. Avec une si jeune et jolie veuve, les méchantes langues ont vite fait de se déchaîner. Jane Austen viendra au secours de son amie Isobel mais aura fort à faire pour éviter le scandale et la protéger des médisants qui jugent la mort du lord un peu trop opportune…"

JA1-ScargraveManor

"Peinture fidèle de l'Angleterre du XIXe siècle, la série Jane Austen nous plonge au cœur du quotidien de l'auteur et de ses contemporains. Stephanie Barron fait la part belle aux héroïnes féminines tout en montrant à quel point les contraintes sociales étaient grandes pour les femmes à l'époque" (fin de la 4e de couverture).

Quand je n'ai plus de réelle envie en terme de lecture, j'ai tendance à me tourner vers des relectures de mes romans préférés, ou à chercher quelque chose qui m'emmène dans un univers que je sais d'avance apprécier. Ce fut le cas en ce début de décembre, ce qui me permis de sortir de ma bibliothèque ce premier tome des aventures de Jane Austen par Stephanie Barron. Et j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre malgré une grosse réticence autour de la moitié.

L'auteur commence par jouer avec le lecteur dans un avant-propos tellement bien fait que je me suis laissée prendre, jusqu'à ce que j'aille vérifier un point et tombe sur son site. Puis une préface de la narratrice - Jane Austen elle-même - nous indique que les pages qui suivent sont retranscrites à partir de son journal et des lettres qu'elle a envoyées au moment des faits. Et c'est ainsi qu'on entre de plein pied dans le quotidien de la célèbre auteure, devenue ici héroïne de roman.

J'ai particulièrement apprécié l'ambiance générale et le ton utilisé qui sont extrêmement proches de ce que Jane Austen a elle-même écrit : des petits faits, des promenades, des conversations etc dans lesquels un grand souci des convenances permet d'éviter les détails trop crus mais en même temps empêche parfois chacun de s'exprimer librement et donc l'enquête d'avancer.
Le tout est tellement bien rendu que je me suis demandé pendant un certain nombre de pages si je n'avais pas déjà lu ce livre, jusqu'à ce que je me souvienne que le déroulement judiciaire ressemblait étrangement à celui déjà rencontré dans le livre de P.D. James La Mort s'invite à Pemberley. Cette importante ressemblance m'a occupé pendant une partie de ma lecture mais heureusement l'intrigue prend un tour plus original dans la deuxième moitié du livre.

Car si l'on retrouve l'atmosphère de la société de Jane Austen avec ces caractères assez définis - il est facile de retrouver les traits de différents personnages,  y compris dans les prénoms tous ou presque utilisés dans ses romans, normal puisqu'elle-même piochait dans son entourage plus ou moins pour nourrir ses écrits (et la boucle est bouclée)- , l'histoire ici est d'abord et avant tout une enquête policière (enfin de police il est quand même fort peu question et je devrais plutôt utiliser le terme de judiciaire). Donc une enquête menée par la narratrice afin de sauver son amie Isobel de la corde pour avoir tué son époux. Mais quand on est une femme au début du XIXe en Angleterre, il faut savoir ruser pour obtenir des confidences, l'emploi du temps des uns et des autres ou même des preuves. Et il faudra toute la sagacité  et l'obstination de Jane aidée de l'avocat Mr Cranley pour réussir à démasquer le coupable. J'ai pourtant trouvé qu'elle y mettait un peu de temps car les indices s'accumulent et j'avais deviné bien avant le dénouement le fin mot de l'histoire. Cependant l'ensemble est bien amené et réserve son lot de surprises et d'anecdotes savoureuses au passage.

Je n'ai rien à ajouter à propos des personnages, à la fois fidèles à ceux qu'on trouve dans les romans austeniens et suffisamment torturés pour offrir des coupables idéals à un moment donné de l'action. Quand au portrait de Jane Austen qu'il en ressort, j'ai du mal à me prononcer réellement m'étant aperçue au fil de ma lecture que je ne connaissais finalement pas grand-chose de sa vie réelle. Mais j'ai trouvé une jeune femme très intelligente, avec un grand sens de l'observation et une lucidité sur les événements et l'âme humaine, qui m'ont semblé bien correspondre à ce qu'on retrouve dans ses écrits. Pour le reste, elle est décrite comme une personne de son époque, très à cheval sur les convenances et ne dédaignant pas vouloir faire un beau mariage avec une personne qu'elle aurait choisie.

Pour conclure, j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman policier et para-austenien, et si l'impression de déjà-vu a perduré un peu, elle a été effacée par une enquête rondement menée dans sa deuxième moitié avec des personnages, y compris la narratrice, intéressants et surtout une peinture de la société de l'époque tout à fait dans la lignée de Jane Austen. Je lirai donc les autres aventures avec plaisir.

challenge-licorne3-logo
Policier n°2