4e de couverture - éd. Métailié Noir Attention, spoilers !
" Une pluie continue épuise les hommes et les bêtes.
Alors que les éleveurs du clan Balva procèdent à l’abattage annuel des rennes, des ossements humains sont retrouvés dans l’enclos, au pied de la Montagne rouge.
Or, le clan est opposé à un groupement de forestiers et de fermiers dans un procès exceptionnel à la Cour suprême de Stockholm. L’enjeu – le droit à la terre – est déterminant pour tous les éleveurs de rennes du pays : qui était là le premier ?
La patrouille P9 de la police des rennes est chargée de l’affaire, mais l’identification du squelette, en l’absence de crâne, est difficile. Klemet et Nina commencent une enquête auprès des musées et des institutions, et découvrent un XIXe siècle collectionneur de types humains et un XXe siècle porté sur les idéologies purificatrices, perdus dans les tréfonds nauséabonds de l’histoire suédoise. Ils se heurtent à l’inertie, à la défiance voire à l’hostilité de l’administration. Ils découvrent aussi une mystérieuse vague de disparition d’ossements et de vestiges sami, autant de preuves potentielles de la présence originelle des Sami.[…]"

truc-montagen-rouge

Après l' excellente surprise du tome 1 et la confirmation du tome 2, j'ai très vite emprunté ce troisième volet des enquêtes de Klemet et Nina (enfin dès qu'il est arrivé dans ma bibliothèque préférée) et l'ai lu en ce début d'année. Si j'y ai retrouvé une grande partie des éléments qui font que j'ai aimé les précédents, mon ressenti final reste plus mitigé pour deux raisons principales. Alors revue de détails !

J'ai apprécié de retrouver nos deux enquêteurs de la police des rennes et j'aurais aimé voir leur relation évoluée davantage mais dans ce tome, elle reste clairement au second plan. Ils se côtoient, travaillent ensemble ou séparément , font chacun à leur manière avancer l'enquête mais ils ne semblent pas interférer réellement l'un avec l'autre ; sans doute suffisamment empêtrer dans leur problèmes personnels, mis à rude épreuve ici. C'est un simple regret de ma part car cela ne change rien au déroulement de l'histoire.

Ils sont entourés d'une galerie de personnages très éclectiques, voire même pour certains assez excentriques et plutôt marginaux, sans qu'aucun ne m'intéresse particulièrement. Même le chef de clan sami m'a laissé indifférente tant il semble enlisé dans le conflit qui l'oppose aux forestiers et son envie de continuer coûte que coûte, avec un brin de fatalité finalement.

Dans la série "je regrette", le Grand Nord m'a un peu manqué car la majorité du livre se déroule plus au sud, en automne et la façon de décompter le temps qui paraissait si importante dans les tomes précédents est ici plus annexe, les nuits et les jours se déroulant d'une manière quasi similaire aux nôtres. L' atmosphère est donc moins nordique si je puis dire dans cet opus-ci.

Ce qui est vraiment original et surprenant est l'intrigue elle-même. Alors que les éleveurs samis sont en plein abattage des rennes avant l'hiver, ils tombent au sens strict sur un os, plus exactement un squelette presque complet qui pourrait bien jouer un rôle déterminant dans leur procès contre les forestiers et fermiers suédois. Pour Nina et Klemet, il ne s'agit pas de retrouver un meurtrier mais le crâne manquant. Cela m'a déroutée quelque peu et surtout entraîne une enquête assez longue, voire fastidieuse dans les musées et les collections d'ethonologues aux idées souvent révoltantes.
Hors, ces idées sont à la fois le point fort et la pierre d'achoppement du livre. Le point fort car il est important de rappeler sans cesse les côtés sombres de l'Histoire, que ce soit comme ici celle qui cherche à nier la place d'un peuple ou à justifier la purification ethnique, quand ce n'est pas le pillage pur et simple de cimetières. Mais cela donne aussi à l'intrigue un côté très glauque, plombé. La tension qui règne est poisseuse et j'ai eu la sensation d'être engluée dans cette histoire sans trouver de possibilités de respiration ; ce d'autant plus qu'elle a un fort goût d'inachevé au final.

En bref, malgré ses nombreux personnages, l'écriture toujours aussi efficace d'Olivier Truc et une intrigue soigneusement menée, je ne parviens pas à garder un souvenir très positif de ce très bon policier à l'atmosphère trop pesante et au dénouement incomplet. Cependant, si un quatrième tome paraît, je me précipiterai encore une fois sans poser de questions sur les aventures de Klemet et Nina.

ABC-logo
2/26 lettre T