4e de couverture - éd. Gallimard (Jeunesse)
"Londres, avril 1812. Lady Helen Wrexhall s'apprête à faire son entrée dans le monde. Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l'espoir de faire un beau mariage. Mais d'étranges faits surviennent qui la plongent soudain dans les ombres de la Régence : une bonne de la maison disparaît, des meurtres sanglants sont commis et Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse. Il appartient au Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons qui ont infiltré toutes les couches de la société. Lady Helen est dotée d'étranges pouvoirs mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite de privilèges et d'insouciance pour basculer dans un monde terrifiant ?"

LadyHelen1

Une fois n'est pas coutume voilà un livre que j'ai repéré par sa couverture ; elle me donnait tellement envie de l'ouvrir que je n'ai même pas lu le résumé avant de le lire et me suis contenté de la phrase d'accroche  - Entre Jane Austen et fantasy gothique - qui m'a encore plus motivée. Et je dois dire que le contenu est à la hauteur et que j'ai beaucoup aimé ce roman fantastique qui se déroule en pleine Régence anglaise, ce malgré les quelques défauts inhérents à la littérature ado actuelle.

J'ai particulièrement apprécié
- le contexte historique, précis, bien rendu tant du côté social - les bals, les convenances et attitudes à respecter mais aussi la misère dans les bas-quartiers et les grèves ouvrières (déjà !) - que de l'Histoire avec les guerres napoléoniennes et toute l'inquiétude et la méfiance qu'elles engendraient en Grande-Bretagne ;
- l'héroïne Lady Helen, jeune femme à marier, orpheline, un peu bas-bleu, mais surtout qui n'a pas sa langue dans sa poche. Elle m'a en effet, par certains côtés, fait penser aux héroïnes austeniennes. J'ai trouvé notamment que, bien qu'elle découvre un nouveau monde et même des pouvoirs étranges, elle ne s'en laisse pas facilement conter et garde un certain recul, y compris par le fait de ne pas accepter ce qu'on lui propose ;
- les autres personnages, même si certains sont un peu caricaturaux, sont aussi fort intéressants et les raisons qui les poussent à agir semblent pour beaucoup encore obscures à la fin du livre, y compris pour le duc de Shelburn qui voue un intérêt étrange à Helen ;
- l'univers fantastique est plutôt bien amené et original car teinté d'un certain mysticisme qui mêle plusieurs religions et donne une idée du Bien et du Mal très réussie, d'autant plus que les gentils ne sont pas tout blancs apparemment (mais j'espère qu'on en saura plus dans le tome suivant) ;
- l'écriture soignée et travaillée ; loin du présent et de la première personne du singulier qui pullule dans la littérature ado américaine (la Young Adult) ; elle reprend au contraire les codes du roman historique avec une certaine maturité et c'est très agréable à lire.

J'ai cependant regretté
- le côté un peu cliché de l'intrigue - attention spoilers : la jeune héroïne qui découvre qu'elle a de grands pouvoirs et peut sauver le monde, que ses parents n'étaient pas ce qu'elle croyait ; voilà qui a franchement un goût de déjà-vu ;
- à cela s'ajoute un faux triangle amoureux - je dis faux parce que pour moi il n'y a pas réellement d'amour dans ce tome, tout juste peut-être un sentiment naissant d'un côté et une certaine fascination de l'autre ; malgré tout beaucoup vous diront qu'il y a une romance dans ce livre alors qu'elle reste clairement en retrait et sonne un peu faux (oui je me répète) ;
- mais par dessus tout, c'est le dénouement final qui m'a le plus frustrée - attention spoilers : j'ai déjà dit que j'ai aimé l'idée du choix que devait faire Lady Helen et je trouve que celui-ci perd tout son sens car l'action prend le pas sur la réflexion et l'oblige à basculer d'un côté d'une manière un peu trop rapide à mon goût - bien que nécessaire pour la suite - .

Au final, c'est un premier tome de série très réussi que ce roman qui prend le temps d'installer tant le contexte que l'univers parallèle proposé, avec un héroïne qui réfléchit et n'est pas trop casse-cou. J'ai aussi beaucoup aimé le fait que les codes de départ du fantastique soient respectés, le tout écrit dans  un vrai style qui aide à faire passer les quelques défauts de l'intrigue. Je lirai la suite avec plaisir.

ABC-logo
3/26  Lettre G