Résumé de l'intrigue :
Plusieurs cadavres exhumés sont retrouvés à différents endroits de Londres. Thomas Pitt, soupçonnant que cela cache un meurtre, enquête pour tous les identifier et comprendre qui a commis un tel acte et surtout pourquoi.
Encore une fois le code de bonne conduite de la bonne société londonienne de la fin du XIXe est mis à mal et recèle bien des surprises.

Perry-Pitt4

 Quatrième tome de la série des enquêtes de Charlotte et Thomas Pitt, Resurrection Row se démarque légèrement de ses prédécesseurs grâce à une intrigue moins répétitive et un peu moins sordide. Bien qu'au final l'ensemble reste assez classique, cette enquête m'a beaucoup plu justement à cause de cette petite originalité.

La mise en place de l'enquête réelle est très lente et se fait tard dans le roman car l'histoire se concentre d'abord sur la profanation des tombes. Cette quête qui occupe près des 2/3 du roman prend son temps et permet d'appréhender les habitants de Gladstone Park - d'où est issu l'un des morts - sous toutes les facettes. Elle semble donc comme souvent chez Anne Perry un prétexte pour explorer la société victorienne qui dans un premier temps parait plutôt innocente et même engagée. Car quelques-uns d'entre eux veulent ouvrir les yeux de leurs congénères à la réalité des hospices afin de faire passer une nouvelle loi pour l'éducation des enfants dans de meilleures conditions (pour tout dire, elles ne peuvent de toute façon pas être pires). On suit donc certains personnages des salons aux bas-fonds en passant par les clubs très privés de ces messieurs. On croise aussi au passage de vieilles connaissances des Pitt : Dominic Corde, beau-frère veuf de Charlotte, et la tante Vespasia toujours au courant de tout et d'une précieuse aide pour connaître les dessous domestiques de ses voisins. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et me fait un peu penser à la Comtesse douairière dans Dowtown Abbey.
Cependant, les recherches et les questions de Pitt suscite bien des rumeurs et peu à peu tout le monde devient aussi suspicieux que lui - la rumeur allant bon train d'ailleurs - , jusqu'au moment où ayant un macchabée de trop, Thomas découvre un véritable meurtre. Le roman prend alors une vraie tournure policière très minutieuse. L'action s'accélère et les masques de la bonne société tombent. Mais les indices semblent ne mener nulle part  et il faut un ultime éclairage de Charlotte pour que l'affaire soit bouclée en quelques pages, d'une manière un peu rapide et laissant un goût un peu amer tant la fin est abrupte. J'en aurais bien repris quelques pages pour connaître le devenir de plusieurs personnages (à moins que ceux-ci ne réapparaissent par la suite).
En plus de cette façon détournée d'aborder l'enquête proprement dit, j'ai bien apprécié le temps passé chez les Pitt où l'on voit Charlotte dans son quotidien de femme de policier, finalement peu éloigné de travailleurs actuels ; ainsi que l'évolution de la relation entre les deux héros qui bien que mariés depuis quelques années se surprennent encore, ou font des compromis sur de petits faits de tous les jours.

Au final, c'est un opus très intéressant que ce quatrième volet de la série, avec une enquête originale qui prend d'abord son temps pour se résoudre d'une manière surprenante. La dimension sociologique de la fin de l'ére victorienne est toujours présente avec de nouveaux enjeux qui donne une autre image des riches du temps même si cela ne change pas grand-chose. Et je suis curieuse de savoir comment les choses vont évoluer par la suite, y compris pour nos deux héros.

challenge-licorne3-logo

Challenge-10-18