Début de l'intrigue
Par un soir très froid d'hiver, Meg Corbyn parvient à l'Enclos de Lakeside et demande à y être embauchée, bénéficiant ainsi d'un logement et d'une certaine protection. Mais elle n'est pas une humaine comme les autres et son arrivée va bouleverser la donne…

4e de couverture - éd. Milady -
Je vous conseille de ne pas la lire pour garder un certain suspense même si ce n'est pas vraiment un spoiler.
"Meg Corbyn est une cassandra sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et va la pousser à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux…"

MegCorbyn1

Voilà une série découverte grâce aux nombreux très bons avis de la blogosphère que je suis ravie d'avoir suivis. Le tome 4 étant paru en poche il y a un mois, j'ai profité de mes vacances pour tout relire afin de vous livrer mon ressenti complet. Mais je peux d'ors et déjà vous dire que j'ai eu un véritable coup de cœur pour ce roman et que celui-ci ne s'est pas démenti au fil des tomes. J'irais même jusqu'à dire que c'est un roman hors normes pour le genre (sans aller jusqu'à la dithyrambe citée sur la couverture - "de tous les temps" me parait exagérée pour un genre qui a une trentaine d'années).

J'y ai surtout trouvé trois points forts qui le démarque et forment une bonne partie de son charme.

Ce qui marque dès le départ est l'univers créé par l'auteur, qui nous est présenté dans une sorte de prologue intitulé "Brève histoire du monde". Elle parle ainsi de la création du monde, des humains et du fait que la planète soit en grande majorité occupé par les Autres. "Ceux-ci virent (dans les humains) une viande d'un genre nouveau". Ces Autres ou terra indigene sont tous des prédateurs plus ou moins dangereux : métamorphes - Loups, Ours, Corbeaux… -, vampires, Elémentaires etc ; qui contrôlent l'eau et les ressources naturelles de Thaisia (continent où se déroule la majorité de l'action). De plus dans les villes humaines importantes existent des Enclos occupés par les Autres pour surveiller l'activité humaine et servir de base aux quelques interactions indispensables entre les espèces. Ce prologue termine par ces phrases un peu terrifiantes "Mais les humains, s'ils font preuve de prudence, survivent. Parfois, ils survivent."
A l'inverse de la plupart des romans d'urban fantasy que j'ai lus jusqu'ici, le monde est donc différent de celui qu'on connait (une petite carte aurait d'ailleurs été bien utile), même si il semble reposer sur un schéma assez identique des continents. Il est surtout dominé par d'autres espèces que les hommes qui se retrouvent en infériorité n'étant considérés que comme des "singes intelligents" ou de "la viande spéciale". Cela lui confère une forme de sauvagerie mais aussi de dureté un peu crue, fort bien rendu au cours du livre.
Malgré tout, on y retrouve une partie de notre technologie et de nombreux points communs avec notre monde actuel, ce qui rend d'autant plus fort le reste de l'environnement.

C'est donc là que l'on fait connaissance de Meg Corbyn, jeune femme vulnérable qui arrive un soir d'hiver à l'enclos de Lakeside. Cette héroïne, que d'emblée j'ai eu envie de comparer à un chaton perdu, est loin d'être aussi faible qu'il y parait et recèle un étrange pouvoir qui lui donne une aura de mystère pendant tout le premier tiers du roman. Lorsque l'on apprend (si on n'a pas lu la 4e avant) ce qu'elle est et ce qu'elle a vécu, chacun de ses actes prend un relief particulier. En tant que lecteur, nous comprenons aussi mieux sa vision de l'Enclos et la découverte qu'elle en fait, elle qui ne connait finalement rien du monde extérieur, ce qui donne de l'intérêt à ce tome d'ailleurs.
De plus, sa présence, sa particularité ainsi que sa candeur mettent en évidence le fonctionnement des Autres entre eux, avec les humains en général et avec ceux qui dépendent de leur juridiction ; ce qui va permettre à Meg de rapidement être entourée d'une "meute humaine" pour l'aider à prendre ses repères.
C'est aussi à travers son regard neuf que nous faisons connaissance avec les terra indigene : Simon Wolfgard le "méchant loup" (c'est elle qui le dit), chef de l'Enclos et vite intrigué par Meg ; Vladimir Sanguinati - rien à ajouter, j'adore le clin d'œil - et le patriarche Erebus qui le premier la qualifie de "sang doux" ; l'étrange et effrayante Tess, les Crowgard, les poneys (je vous laisse découvrir ce qu'ils sont) et les sœurs Hiver et Printemps ainsi que l'inspecteur humain Monty chargé des relations entre la police et l'Enclos ; sans oublier Sam le louveteau, que Meg va appréhender à sa manière le sauvant de lui-même puis des vrais méchants.
L'ensemble tisse une intrigue relativement simple : d'un côté, on suit l'adaptation de Meg à sa vie dans l'Enclos et comment elle gère son don ; de l'autre, on suit de loin des protagonistes secondaires qui sont à la recherche de Meg, car c'est une d'abord une fugitive qui coûte chère. Ces diverses histoires se croisent pour mettre en place le monde voulu par l'auteure et laisse déjà entrevoir un certain nombre d'indices pour la suite, en particulier lors du final impressionnant (et je n'en dis pas davantage).

Mais tout cela ne serait rien sans le talent d' Anne Bishop. Son écriture est totalement addictive et nous plonge totalement au cœur de son univers, parfois d'une manière hyper réaliste et crue, à d'autres moments avec un brin de légéreté et d'humour. Elle parvient aussi à brouiller les cartes rendant les Autres - grands prédateurs je rappelle - très attachants malgré leurs capacités de destruction ; et les méchants paraissent du coup plus manipulateurs encore. De plus, il se dégage de son style une certaine mélancolie comme une musique un peu triste mais tellement belle qu'elle fait du bien et qu'on l'écoute sans se lasser, cela donne au texte une force telle qu'il vous hante même une fois le livre refermé.

Au final, j'ai adoré ce roman d'urban fantasy qui propose une vision originale du monde avec des personnages intéressants, et quasiment pas d'histoire d'amour. L'intrigue en elle-même n'est pas le plus important dans l'histoire mais permet de découvrir l'univers et de poser des bases solides qui donnent envie d'en savoir plus. Le tout est porté par une écriture qui happe le lecteur et ne le lâche jamais, ce qui fait que j'ai pris un réel plaisir à enchaîner les tomes pour cette relecture.

Coup-de-coeur