4e de couverture - éd. Milady
"Héritier d'une lignée mortellement dangereuse, le prince Imriel est troisième dans l'ordre de succession au trône de Terre d'Ange. Pion majeur sur l'échiquier politique, il n'a guère le choix de son destin. Lorsqu'il sacrifie l'amour au devoir, les dieux eux-mêmes ne peuvent rien pour le protéger. En Alba, de sombres puissances œuvrent pour utiliser ses passions contre lui.
L'aventure l'entraînera encore plus loin qu'il ne l'avait rêvé, jusqu'à un pays déchiré par la guerre où, d'une foi ancienne, une nouvelle est en train d'éclore. Lorsque tout sera fini, la justice divine de Kushiel se fera sentir sur la Terre comme au ciel…

Kushiel-Imriel2

De tome en tome, cette série est toujours aussi prenante et ce tome 2 est un nouveau coup de cœur, je dirais même plus un énorme coup de cœur tant j'ai eu du mal à me sortir les personnages et  l'histoire de la tête une fois le livre refermé. Sans doute parce qu'il a eu des répercussions importantes dans ma propre vie intérieure à ce moment-là mais pas que… alors revue de détails de ce que j'ai aimé.

Coup-de-coeur

L'évolution du personnage principal qui était déjà un des points forts du tome 1 est encore au cœur de celui-ci. Alors que dans le premier, Imriel nous racontait les premières années de sa vie et son adolescence, c'est ici un jeune adulte qui parle. Et il continue à mûrir ainsi qu' à s'accepter, à assumer petit à petit son passé et son héritage que ce soit celui transmit par le sang - il est de la lignée de Kushiel et en porte les désirs - que par ses parents adoptifs Phèdre et Joscelin. Amoureux fou, il va aussi devoir apprendre à dompter son cœur et son corps pour s'ouvrir davantage aux autres  - ne plus être "aussi préoccupé de lui-même" - et aller au-delà de ses propres limites.

Mais bien qu'Imriel soit le narrateur et le centre de l'histoire, les personnages qui gravitent autour de lui ne sont pas des faire-valoirs. Si certains jouent des rôles plus secondaires, d'autres tiennent une place importante dans sa vie passée, actuelle (et future). J'ai ainsi apprécié de voir grandir ses amis et cousins : Alaïs qui devient adolescente, Sidonie qui ressemble terriblement à sa mère par moments alors qu'à d'autres elle est si … que dire puisque c'est avec les yeux d' Imri qu'elle nous est décrite. Eamonn et sa jeune femme mais aussi Mavros et d'autres encore forment un groupe de jeunes qui tient le route face aux "anciens" (mais non pas si vieux que cela) héros de la trilogie précédente que soit Phèdre et Josselin ou Ysandre et le Cruarch', sans oublier les fantômes des absents avec en tête la mère d'Imriel, Mélisande.
A côté de ceux-là apparaissent de nouvelles têtes ou en tout cas, elles prennent une nouvelle place. Et là ce sont les Albans qui m'ont le plus marquée : la douce Dorelei mab Breidaia complètement amoureuse de son d'Angelin, sa mère et les guerriers qui vont former le nouvel environnement d'Imriel avec très rapidement une loyauté indéfectible quelque soit les circonstances, qui m'a rappelé la Légion Phèdre. J'ai envie de dire que tous et chacun laissent une trace importante dans l'intrigue et lui donnent vie d'une manière formidable.

L'intrigue justement permet comme dans les tomes précédents une ouverture vers une partie inexplorée  ou peu entrevue du monde créé par Jacqueline Carey. Si le début se déroule en Terre d'Ange et même presque exclusivement à la Ville d'Elua, le reste du roman permet de voyager d'abord en Alba dont les descriptions font rêver tant elle semble terre de légendes. D'ailleurs celles-ci y prennent vie sous la forme des Anciens et de leurs croyances qui rappellent les Celtes. Plus tard, quand l'aventure reprend, Imriel part au Nord passant par les Plats Pays pour rejoindre des royaumes étrangers aux accents slaves. De plus, les religions et leurs interprétations ont toujours une part importante. C'est encore une fois un miroir déformé d'une Europe rêvée que nous offre l'auteur dans "cette Histoire qui n'a jamais eu lieu" comme elle le dit elle-même.

Enfin, la construction de ce tome diffère un peu des précédentes. La première partie semble relativement calme comparée à la deuxième moitié, mais ce qui s'y passe et les choix que vont effectuer les personnages tant Imriel que d'autres d'ailleurs, ont des répercussions plus fortes que d'habitude sur la suite. Mais avant cela, chose exceptionnelle, se trouve au tiers du livre une pause heureuse, un moment qui permet à Imriel de se poser, de réfléchir sur lui-même et d'avancer dans un contexte que j'ai trouvé doux et plutôt joyeux.
Bien entendu, un énorme retournement de situation va se produire (je n'en dirai pas plus là-dessus) et la deuxième moitié du livre m'a littéralement tenue en haleine, prise à la gorge, noué l'estomac… Alors même que l'action et l'aventure semble passer au premier plan et que tout s'accélère, on entre encore plus au centre du sujet.
Car ce roman est d'abord et avant tout un questionnement sur l'identité ; que veut dire être soi et être chez soi ? Jusqu'où faut-il aller pour suivre son devoir ou assumer ses désirs et sa part d'ombre aussi ? quel prix est à payer lorsqu'on va au-delà de soi-même ? Et tout cela est exprimé à travers un flot d'émotions, un tourbillon de pensées, véritable maëlstrom qui mêle amour et tendresse, passion et envie, colère et vengeance mais aussi jeux de pouvoir et équilibre politique car tout est lié quand l'union de deux êtres peut faire basculer le monde.Et de nouveau, l'auteur a réussi à me toucher en plein cœur, portant son histoire avec son écriture si particulière et magnifique ; fine, travaillée avec la juste dose de sensualité (je rappelle que toute la série est pour public averti ; même si les scènes osées sont ici moins présentes et détaillées que dans Kushiel, simplement parce qu'elles s'adaptent au personnage qui les vit), et beaucoup, beaucoup de sentiments très divers particulièrement bien rendus.

Au final, ce roman fut une grande claque pour moi et résonne toujours au moment où je vous parle malgré plusieurs semaines passées et quelques livres lus depuis. Donc encore une fois je n'ai qu'une chose à dire : LISEZ KUSHIEL !!!

ABCImaginaire2018
3/13 - lettre C