4e de couverture - éd. Le Livre de Poche
"Fin juillet 1914, Paul et Elisabeth Delroze, tout jeunes mariés, arrivent au château d’Ornequin situé au-dessus de la petite cité lorraine de Corvigny, à quelques kilomètres de la frontière allemande. Ce château, propriété du comte d’Andeville, le père d’Elisabeth, est fermé depuis la mort de sa femme, la comtesse Hermine. En visitant le château, Paul va faire une découverte atroce, qui va bouleverser sa vie. Et c’est la guerre…"

ArsèneLupin7

Ce roman est un de mes préférés dans la série des Arsène Lupin et je l'ai lu un nombre incalculable de fois au point de connaître l'histoire presque par cœur. Et pourtant, j'ai encore une fois pris un énorme plaisir à le relire dans le cadre du challenge que j'organise sur Livraddict. Alors il est temps de vous dire pourquoi je l'aime autant.

Un des points forts pour moi est le contexte historique extrêmement fouillé qu'offre Maurice Leblanc. Toute l'histoire tient sur les premiers mois de la Première Guerre Mondiale et pourtant ce n'est pas vraiment un roman de guerre. Bien sûr nous voyons les militaires en action, assistons à quelques faits d'armes mais l'ensemble forme plutôt un décor fort et n'est pas le sujet principal du roman, malgré l'importance qu'elle y joue. Car l'intrigue aurait moins d'intérêt placé dans un autre contexte.
Le deuxième que j'aimerais citer est le héros Paul Delroze, jeune marié qui, rattrapé par un passé tragique, va s'engager à corps perdu dans la bataille tout en cherchant à résoudre l'énigme de sa vie … et à sauver sa femme par la même occasion. Ce jeune homme est de la trempe des grands soldats, téméraire mais qui mène des actions réfléchies, meneur d'hommes mais que tout le monde apprécie, et qui n'a pas froid aux yeux même quand il s'agit de s'entendre avec ses supérieurs. Il semble parfait et pourtant il est touchant avec ses doutes, ses questions et ses émotions, car il réagit souvent à fleur de peau même si la raison reprend rapidement le contrôle. Et il va jusqu'au bout avec détermination.
Il est bien entouré par tous ses camarades - dont son beau-frère Bernard d' Andeville - mais parmi les autres personnages le plus intéressant est le méchant, le major Hermann, effrayant car il ne craint pas de tuer ou de torturer mais surtout insaisissable, ce qui donne par moments à l'intrigue une allure de partie de cache-cache mortelle, avec beaucoup de tensions.
D'ailleurs cette intrigue est excellente. Très bien construite, elle mêle habilement la petite et la grande histoire en croisant affaires de famille et espionnage militaire sur la frontière alsacienne. Le rythme est très bon aussi car Leblanc ménage son lot de surprises et de rebondissements comme il sait si bien le faire et malgré le contexte pesant, parvient à y glisser quelques notes d'humour.
A noter toutefois (et cela peut en choquer certains) qu'étant écrit en pleine guerre et parlant d'une région très marquée à l'époque, la vision des Allemands est extrêmement négative, voire haineuse. Mais il ne faut pas oublier qu'ils étaient l' Ennemi avec un grand E.

Mais allez-vous me dire : "quid d'Arsène Lupin ?" Il est difficile de parler de son rôle sans dévoiler un élément important de ce roman. Comme je l'ai lu pour la première fois il y a plus de 30 ans, je suis incapable de dire si il vaut mieux être prévenu de ce qui va suivre ou s'il est plus sympa de se garder la surprise. Aussi je vous laisse le choix donc surlignez pour lire la suite … si vous voulez !
J'ai toujours été surprise que ce tome soit classé parmi les romans du canon lupinien car ce cher Arsène n'apparait que sur une demi-page alors que c'est aussi le cas dans un autre roman de Maurice Leblanc qui n'en fait pas partie. Bref, il n'est là que pour donner le coup de pouce essentiel à Delroze, en effet il lui a suffi d'avoir accès à tous les documents du héros pour comprendre l'astuce des Allemands, que personne d'autre ne comprenait avant. Dans ce ce sens-là son rôle est primordial et on pardonne facilement son absence pour le reste de l'histoire.

Au final, ce roman est un des très bons de la série car il allie un héros charismatique à un contexte historique fort et une intrigue extrêmement prenante, avec beaucoup d'action et d'émotions. De plus, comme il n'est lié à aucun autre, c'est un de ceux que je conseille pour commencer à lire Maurice Leblanc. Et si vous voulez comprendre le rôle de l'éclat d'obus du titre, foncez !!!

Challenge-Lupin-logo
7/23