4e de couverture - éd. 10/18 (Grands détectives)
"Londres,1864. Lizzie Martin accepte un emploi auprès d’une riche veuve dont la précédente dame de compagnie s’est enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvé dans le chantier de la gare St Pancras, Lizzie décide de mener sa propre enquête. Elle pourra compter sur l'aide d'un ami d'enfance devenu inspecteur, Benjamin Ross, pour découvrir la vérité sur la mort de cette femme… dont le sort semble étroitement lié au sien."

Lizzie-Martin1

Ce roman est le premier opus d'une série sur laquelle je lorgnais depuis certain temps, jusqu'à ce que je le reçoive en cadeau, ce qui m'a permis de me lancer. Si j'étais attirée par cette histoire, c'est qu'elle correspond à ce type de romans policiers victoriens que j'aime tant, et je n'ai donc pas pu m'empêcher de le comparer avec d'autres séries en cours et en particulier à celles d'Anne Perry dont j'ai déjà parlé sur ce blog. Les conséquences se sont très vite fait sentir : d'abord au niveau des attentes puisque j'aime beaucoup les séries de Perry, ensuite sur le ressenti qui n'a pas été tout à fait à la hauteur de ces attentes. Malgré cela, j'ai passé un bon moment de lecture, juste beaucoup moins marquant que les tomes avec William Monk en particulier.

Je vais donc commencer cette chronique par les points qui m'ont un peu moins plu que ce que j'aurais voulu :
- Le style (apparemment la traduction est plutôt fidèle) est assez léger, voire un peu facile. Une raison simple de prime abord puisque la narration est à la première personne du singulier, ce qui engendre presque automatiquement un langage moins soutenu ; à cela s'ajoute des conversations moins recherchées - un peu en raison d' une question de milieu social mais pas seulement - que chez Anne Perry (ou dans une autre époque Jean-François Parot). De plus, l'écriture est aussi moins incisive, le regard de l'héroïne restant davantage en surface, malgré quelques piques un peu ironiques. Enfin, j'ai eu l'impression que le contexte historique était moins fouillé mais comme c'est un premier tome, il faut aussi prendre le temps de présenter les personnages.
- Justement, les personnages sont le deuxième point que j'ai trouvé un peu faible dans ce roman. Lizzie Martin est assez attachante mais malgré ses 29 ans, elle m'a davantage fait penser à une jeune fille très spontanée qu'à une jeune femme sûre d'elle comme le sont Charlotte Pitt ou Hester Latterly. De plus elle est extrêmement curieuse, ce qui renforce ce côté-là, et ne peut s'empêcher de mettre son nez partout, parfois à son détriment. Son comparse, Benjamin Ross, connu dans l'enfance puis perdu de vu, est un jeune homme charmant mais il manque encore d'envergure dans ce tome. J'attends donc beaucoup de son évolution.

Malgré tout, j'ai apprécié ma lecture,
- d'abord pour le décor de ce Londres en pleine mutation avec la construction de la gare Saint-Pancras et la rénovation de plusieurs quartiers (qui fait un peu penser aux grands chantiers hausmanniens à Paris). De plus, le fait qu'une partie de l'enquête se déroule sur le chantier même complique l'enquête et lui donne une certaine originalité.
- L'intrigue elle-même, qui bien qu'elle mette un peu de temps à se mettre en place, est riche en rebondissements et révélations. Puis elle permet aussi de mettre en lumière la corruption quasi inhérente aux grands travaux de cette époque-là (mais cela a-t-il vraiment changé ?), et les petits arrangements sordides  de certains.
- Enfin, malgré les défauts cités ci-dessus, j'ai trouvé la relation entre Lizzie et Ben très touchante et j'ai très envie de savoir comment elle va évoluer, et de quelle manière ces deux-là vont mûrir (bien que sur le papier ils ne soient plus des adolescents)

Au final, ce roman très prometteur avec son titre accrocheur et sa très jolie couverture, est un peu en-dessous de mes attentes. On sent que c'est un premier tome car le temps de planter le décor et de faire connaissance avec les personnages prend un peu trop le pas sur l'enquête qui ne s'accélère qu'en deuxième partie. De plus, le style manque un peu d'approfondissement tant au niveau de l'écriture que du contexte. Cependant, l'intrigue est bien menée et l'ensemble donne envie de continuer, ne serait-ce que pour voir l'évolution des deux héros.

Challenge-10-18