4e de couverture - éd. 10/18 (Grands détectives)
"Hester Latterly est engagée par une riche famille écossaise pour accompagner une vieille dame à Londres.
Son unique consigne ? Lui faire avaler son remède pour le cœur, qu'elle a fragile. Dans le train, Hester se lie d'amitié avec sa patiente, lui administre le médicament puis s'endort. À son réveil, la vieille dame a rendu l'âme. L'autopsie révèle qu'il s'agit d'un empoisonnement, et Hester, accusée du meurtre, est emprisonnée. Tous les amis de la jeune femme se mobilisent : Monk part pour Edimbourg afin d'y mener enquête avec le soutien de Rathbone, d'Hester et de Callandra.
Ensemble, ils finiront par découvrir la vérité... et bien plus encore. Cette nouvelle enquête de William Monk donne l'occasion à Anne Perry de nous fournir une illustration supplémentaire de l'ingéniosité parfois perverse avec laquelle elle explore les dessous de l'Angleterre du XIXe siècle."

Perry-Monk5

Cinquième opus de cette série que j'apprécie particulièrement, Des âmes noires tout en gardant un cadre type parvient à renouveler l'ensemble grâce à plusieurs points vus différemment :
- D'abord c'est un des héros principaux - en fait l' héroïne - qui est sur la sellette et jugée pour meurtre ; ce qui permet au lecteur de vivre l'histoire de l'intérieur que ce soit sur les conditions de détention ou  la tenue du procès. De plus, cela donne encore plus le sentiment d'urgence pendant l'enquête qui frôle par moments le désespoir et le découragement, émotions peu ressentis dans les tomes précédents.
- Ensuite, l'intrigue est délocalisée et quitte Londres que l'on voit très peu pour Edimbourg, dont il faut dire qu' on ne voit pas grand-chose mis à part les rues parcourues sans beaucoup de descriptions, mais cela implique des règles différentes au niveau de la justice et un tour de passe-passe de la part de l'auteur qui permet de relancer l'histoire.
- Et donc la construction de cette  intrigue diffère des précédentes. On pourrait la découper en 3 grandes parties : le meurtre et l'enquête, le procès en lui-même et enfin conclusion de l'enquête ; qui exceptionnellement se termine bien après le premier jugement.
Si j'aime toujours autant cette idée d'aller au bout de l'histoire avec le procès, souvent à rebondissements, j'ai eu un peu plus de mal avec la fin - surlignez pour lire - d'abord certains faits ne m'ont pas paru très réaliste ; ensuite, c'est une parole presque anodine qui va lancer Monk et Hester sur leur dernière piste et une erreur d'un complice qui permet d'arrêter le véritable coupable. De plus la toute fin qui va à toute vitesse clôt l'affaire d'une manière abrupte mais que moyennement satisfaisante à mon goût.

A côté de cela, j'ai aimé retrouver tous les personnages et les voir s'interroger sur leurs sentiments respectifs. J'ai aussi trouvé intéressant que l'auteur prenne davantage de temps dans ce tome pour replacer chacun et faire des rappels des tomes précédents - il peut quasiment se lire séparément -. Il m'a aussi plu de voir encore les conséquences de la guerre de Crimée mais aussi des guerres napoléoniennes qui donnent à cette série un fond historique solide.

Au final, j'ai aimé l'ensemble de ma lecture et trouvé cette enquête plus haletante et prenante que certaines auparavant, mêem si j'ai regretté certains faits qui cassent un peu cette atmosphère. Le fait que l'histoire se passe à Edimbourg peut ajouter un certain charme mais ne m'a pas paru si fort que cela. Et bien entendu, je vais continuer la série afin de savoir ce qu'il adviendra de nos 3 héros : Rathbone, Hester et Monk.

Challenge-10-18

chronique-express