Résumé de l'histoire :
"Quel est le secret que cache Pauline ? Pourquoi fuit-elle le regard d'autrui ? Quel drame creuse son visage et altère son teint ? " Personne n'ignore par expérience que le danger inconnu est mille fois plus saisissant et plus terrible que le péril visible et matérialisé ", confie Pauline. En épousant le comte Horace de Beuzeval, un homme diabolique, la jeune femme a signé son arrêt de mort : chaque jour est devenu synonyme d'angoisse et d'effroi..."

Dumas-Pauline

4e de couverture - éd. Folio classiques - Ne pas lire si vous ne connaissez pas l'intrigue
"Pauline
(1838) est l'un des premiers romans de Dumas où Monte-Cristo se trouve en germe. C'est un livre qu'il a écrit seul et qui se déroule de son temps. La fiction brode sur les thèmes du roman gothique, en "noir", nuit, cottage en ruine, sentes perdues, passages secrets, brigands impitoyables, héroïne enterreée vivante, substitution de cadavres. Pauline fait face à un bourreau mystérieux, "homme fatal". C'est le roman d'une jeunesse déboussolée qui tente de se faire une place dans une société mesquine."[fin]

Après Les Mille et un fantômes et La Femme au collier de velours, troisième lecture de Dumas hors roman historique et j'ai encore une fois adoré.

J'ai particulièrement aimé
- la construction en abîme  - c'est Dumas, qui raconte ce que lui a raconté Alfred (de Nerval) qui lui-même raconte ce que lui a raconté Pauline - ce qui permet de voir l'intrigue de trois manières différentes et de poser le décor tranquillement, ainsi que l'habileté de Dumas qui amène malgré tout le lecteur à s'interroger sur ce qui s'est réellement passé alors qu'il connaît la fin ; 
- l'ancrage dans la réalité de l'auteur que ce soit par le nom du héros - hommage appuyé à son ami Gérard de Nerval - ou ceux des personnes citées dans les réceptions, à quoi s'ajoutent les nombreuses références aux artistes de l'époque  comme Gœthe, Walter Scott mais aussi Bellini, Liszt et j'en passe ;
- l'intrigue elle-même est donc très réaliste : bals, visites, promenades en bateau ou en calèche, chasses ou séjours dans les villes d'eaux et fait d'autant plus ressortir le côté gothique du livre et les événements assez horribles de la vie de Pauline. Le contraste entre cette vie agréable et facile et ce que lui réserve les découvertes qu'elle fait sur son mari parvient à créer une certaine tension et à faire comprendre l'angoisse qui l'étreint et l'empêche en partie de se remettre de ce cauchemar vécu et auquel elle n'est clairement pas préparée.
- Pauline justement, loin d'être nunuche, est d'abord et avant tout l'archétype de la jeune fille comme il faut, choyée et protégée de tout donc facilement éblouie voire influençable, ce qui explique qu'elle ne réussira pas à reprendre suffisamment le dessus pour vivre sa vie comme elle l'entend. On retrouve ce type de personnage chez Ann Radcliff mais aussi dans les œuvres de Gœthe, Byron et même Chateaubriand.
Pour continuer sur les personnages, l'attitude d'Alfred est plus ambiguë car, à aucun moment, il ne va désespérer de pouvoir la reconquérir entièrement alors même que ses actes sont répréhensibles - tuer son adversaire en se disant qu'on fait une bonne action n'en demeure pas moins un meurtre et le met à égalité avec Horace - et ne rentrent pas dans l'image que Pauline se fait de lui. Malgré cela son amour et son dévouement sont touchants et totalement romantiques.
- en parlant d'Horace, j'ai beaucoup aimé l'idée du brigandage qui m'a rappelé certaines pages de Stendhal dans ses récits de voyage ou de Berlioz dans Harold en Italie car eux aussi  sont à la mode à cette époque-là.

Enfin, bien que ce soit un des premiers romans de Dumas après le théâtre (et un de ceux qu'il a écrits entièrement seul), on retrouve bien l'écriture du maître peut-être d'une manière moins épique que dans les grands romans parce que plus contemporaine de l'auteur mais déjà très typée (il y a quelques répétitions de jeunesse dirons-nous mais rien de choquant non plus) et surtout ce sens du lecteur. Et il est facile de comprendre le succès de l'œuvre à sa parution tant cette histoire sombre et romantique à souhait recèle tous les ingrédients appréciés de l'époque.

Au final, c'est donc une excellente découverte que ce roman, et sans aller jusqu'au coup de cœur (j'ai déjà beaucoup lu d'intrigues du même genre) j'ai énormément apprécié cette lecture qui regroupe tout ce que j'aime dans la littérature du XIXe.

ChallengeDumas-logo