Tome 1 : L'Exil

4e de couverture - éd. Milady
"Loethar est un tyran ambitieux et impitoyable. A la tête d'une terrifiante armée de mercenaires et de renégats, il a déjà conquis deux nations, ne laissant dans son sillage que dévastation et vies brisées. Il convoite maintenant le royaume de Penraven : un pays riche, doté d'un port important. d'un littoral étendu et d'abondantes ressources naturelles. Mais, cette fois, le tyran veut davantage qu'une couronne. il rêve d'empire et nourrit une obsession grandissante pour la magie. Et s'il veut renverser le roi Brennus de Penraven, neuvième de la lignée des Valisar, c'est parce qu'il possède le pouvoir de coercition: tous les héritiers valisars naissent depuis des siècles avec ce don sinistre qui leur permet de soumettre entièrement les gens à leur volonté. Si Loethar s'imprègne de la magie de ces êtres d'exception. nul ne pourra plus l'arrêter. Or, pour y parvenir, il est convaincu qu'il faut les consommer..."

Valisar1

Je me suis procurée ce livre suite à l'avis - insistant - de certaines copinautes alors même que j'avais trouvé la trilogie précédente - Percheron - en-dessous du Dernier Souffle que j'avais beaucoup aimé. Mais j'ai pris le temps pour le sortir des étagères afin de pouvoir réellement me plonger dedans. J'ai aimé ce premier tome mais je l'ai trouvé lui aussi moins prenant que le début du Dernier Souffle qui m'avait vraiment scotchée (je me répète mais tant pis).

J'ai particulièrement apprécié la construction de l'intrigue qui commence de manière plutôt originale et permet ensuite de suivre plusieurs points de vue. J'ai aussi aimé les nombreux retournements de situation même si j'en avais deviné quelques-uns à l'avance (l'inconvénient de lire trop de romans du même genre).
Parmi les personnages, j'ai trouvé que les deux héros Leo et Gabriel bénéficiaient quand même d'une certaine dose de chance, pour ne pas dire une chance certaine tant dans leurs démarches que dans leurs rencontres. J'ai détesté Loethar pour sa cruauté et son côté impitoyable mais en même temps je trouve que c'est le personnage qui ressort le plus de tout ce tome ; il semble aussi avoir encore bien des secrets.  Ressort aussi Maitre Freath qui est assez déstabilisant (il a une sacrée maitrise de ses émotions). Par contre, je n'ai pas du tout accroché avec le prince Leo et j'attends d'en savoir davantage sur certains autres comme Sergius, Kilas Firith et surtout les jumeaux De Vis - que devient le deuxième qu'on ne voit qu'au début ? - . Mais ce qui m'a surtout plu est le fait que au bout d'un certain temps, personne ne semble être réellement ce qu'il montre, ce qui réserve certainement son lot de surprises pour la suite.

J'ai quand même eu un peu de mal avec certaines scènes franchement glauques, même si elles s'estompent en deuxième partie, et avec les actes du roi Brennus qui sont pour l'instant souvent incompréhensibles. Puis j'aurais aimé que la magie prenne un peu plus de place et soit davantage exploité, j'espère que ce sera le cas dans les tomes suivants.

Reste l'écriture de Fiona McIntosh dans laquelle j'ai retrouvé le petit plus très accrocheur et qui fait que les pages se tournent toutes seules.

Au final, c'est un bon tome d'introduction plus déroutant et moins prenant de prime abord que celui du Dernier Souffle mais qui recèle un potentiel incroyable et je pense que je ne tarderai pas à lire la suite.
Lu en janvier 2019

ABCImaginaire2019

Tome 2 : Le Tyran

4e de couverture - éd. Milady
"Loethar a certes conquis son trône dans la violence et le sang, mais, depuis, il gouverne Penraven avec une sagesse inattendue. Pourtant, Leonel, le roi en exil, rêve de se venger de l'homme qui a usurpé son trône, ignorant qu'un autre possède la magie qu'il convoite : son propre frère. Piven est désormais un jeune homme puissant dont l'intelligence n'a d'égal que son implacable envie de s'emparer du pouvoir à son tour.
Cependant, les efforts des trois hommes pour garder ou reprendre le contrôle de Penraven risquent de se révéler vains. En effet, la véritable héritière de l'enchantement Valisar vient d'être appelée chez elle pour revendiquer sa couronne…

Valisar2

Un an après, je me suis enfin lancée dans la suite de cette trilogie plutôt prometteuse au vu de la situation à la fin du premier tome. Cependant, je suis  un peu restée sur ma faim.

On retrouve nos personnages dix ans plus tard et il m'a fallu quelques temps pour reprendre mes marques, savoir qui est qui et revenir dans l'intrigue (je me suis aperçue une fois ma lecture terminée qu'il y avait un glossaire à la fin du livre, je l'aurais préféré au début)
J'ai particulièrement apprécié le fait que Lœthar soit passé d'un homme sanguinaire avide de pouvoirs à l'image d'un tyran éclairé, alors que Leonel est devenu un jeune homme qui ne rêve que de vengeance sans réellement se soucier du reste. J'ai encore été accrochée par Maitre Freath et son assistant Kirin Felt.
A l'inverse j'ai vraiment détesté ce qu'est devenu Piven ; et j'ai trouvé relativement inutile les différents débuts de romance qui pour l'instant n'aboutissent à rien (et qui manquent un peu d'émotions).
J'ai aimé que la magie prenne davantage d'importance même si on ne voit pas encore très bien comment elle fonctionne réellement. Par contre les possibilités exploitées ont - comme souvent chez l'auteur - un côté un peu malsain et on comprend que les Investis essaient de se cacher.

J'ai regretté que l'intrigue manque de tension pendant plus de la moitié du livre, en particulier parce que la multiplication des points de vue donnent ici une multitude de petits faits qui ne se relient (et encore pas tous) qu'à la fin ; à cela s'ajoute des répétitions scénaristiques qui gâchent certaines révélations devenues complètement prévisibles.

Toutefois, l'écriture de Fiona McIntosh est toujours aussi addictive et rend l'ensemble plus qu'agréable à lire ; quand à la situation finale, elle donne bien envie d'aller plus loin et surtout de savoir comment et au profit de qui elle va se dénouer.

Pour conclure, après le premier tome qui paraissait être une longue introduction, celui-ci m'est apparu comme une sorte de transition ponctuée de quelques révélations et on attend longtemps qu'il se passe réellement quelque chose. J'aurais aimé avoir davantage de suspense et de surprises. Cependant, la suite m'attend déjà sur mes étagères et j'espère que le final sera plus explosif que ce tome-ci.

Lu en février 2020

ABCImaginaire2020-logo

Tome 3 : La Colère

4e de couverture - éd. Milady
"Loethar a certes conquis son trône dans la violence et le sang, mais, depuis, il gouverne Penraven avec une sagesse inattendue. Pourtant, Leonel, le roi en exil, rêve de se venger de l'homme qui a usurpé son trône, ignorant qu'un autre possède la magie qu'il convoite : son propre frère. Piven est désormais un jeune homme puissant dont l'intelligence n'a d'égal que son implacable envie de s'emparer du pouvoir à son tour.
Cependant, les efforts des trois hommes pour garder ou reprendre le contrôle de Penraven risquent de se révéler vains. En effet, la véritable héritière de l'enchantement Valisar vient d'être appelée chez elle pour revendiquer sa couronne…"

Valisar3

Et encore un an plus tard (je n'ai clairement pas enchaîné les tomes, contrairement à ce que je pensais lors de ma chronique du premier), je viens de terminer cette trilogie. Si j'étais relativement à fond pendant ma lecture, j'en garde finalement un souvenir mi-figue mi raisin, un peu dans la lignée du précédent.

Attention, à partir d'ici révélations sur ce tome.

J'ai regretté
- d'abord, comme dans le tome 2, que le glossaire (un peu trop détaillé) soit à la fin alors qu'un rappel des personnages en jeu (et non pas tous) m'aurait été utile au début ; c'est un détail mais ça m'a gênée.
- que la première moitié du livre tourne en rond, après les révélations (même prévisibles) du tome 2 et les actions de la fin, j'attendais une intrigue menée tambour battant sur l'ensemble du livre et ce ne fut pas le cas. Encore une fois Fiona McIntosh prend son temps pour placer ses pions là où elle veut dénouer son histoire. Malheureusement, cela se sent trop et traîne un peu.
- les facilités au niveau scénaristique comme le fait que les Valisar croisent tous une ou plusieurs égides (il n'est censé n'en naitre qu'une par personnage) les "résurrections" à la pelle ou le coup de foudre providentiel ; ainsi que les nombreux secrets qui se dévoilent (mais n'en reste-t-il pas encore ?) ; il y a un côté Deus ex machina un peu trop prononcé dans ce tome.
- la toute fin qui m'a clairement laissé un goût d'inachevé ; entre le fait qu'on ne sache pas exactement comment les choses vont se gérer et l'Epilogue, il y aurait largement de quoi écrire un quatrième tome.
Bref, l'ensemble donne une impression de longueurs par endroits et de pas assez à d'autres et donc un déséquilibre plus accentué ici que dans les précédents.

Mais… j'ai aimé
- l'évolution de la plupart des personnages - même ceux qu'on déteste au final car, là-dessus, l'autrice va jusqu'au bout et cela leur donne à tous un caractère à la fois plus affirmé et plus affiné que j'ai vraiment apprécié ;
- les touches d'humour (merci le docte Janus entre autres), d'amour (clin d'œil au personnage de Lily que j'ai adoré, même si son rôle est secondaire) et tous les petits détails qui rendent l'univers si réel ;
- le dénouement en lui-même et la surprenante résolution de la magie, ainsi que le fait que jusqu'au bout (à une ou deux exceptions près) les bons et les méchants ne sont pas toujours ceux qu'on croit ;
- et toujours l'écriture de Fiona McIntosh qui donne envie d'avoir la suite tout en restant soignée et agréable à lire.

Au final, c'est un bonne série de fantasy dont l'intrigue relativement originale aurait mérité d'être plus resserrée par endroits, mais qui se démarque par le traitement de ses personnages, la magie utilisée et son dénouement surprenant. J'ai beaucoup aimé sur l'ensemble malgré quelques défauts que je n'avais pas trouvé dans Le Dernier Souffle qui reste ma série préférée. À lire pour les amateurs du genre ainsi que les débutants à qui je conseille tous les écrits de Fiona McIntosh.

Lu en février 2021

ChallengeABCImaginaire2021-logo

chronique-express