4e de couverture - éd. Milady
"Le territoire contrôlé par les Autres n'est pas soumis aux lois humaines, et nul ne devrait jamais l'oublier… Après son divorce, Vicki DeVine a repris un vieil hôtel abandonné sur les rives du lac du Silence, dans un village où rien ne sépare les humains des Autres. Dans un endroit dépourvu de frontières, nul n’est jamais sûr de qui l’observe, tapi dans l'ombre. Vicki espérait reconstruire sa vie. Mais quand sa cliente, Aggie Crowe, découvre un cadavre, les policiers voient en Vicki une coupable idéale en dépit des indices montrant qu'aucun humain n'a pu commettre le crime. Tandis que Vicki et ses amis cherchent à découvrir la vérité, des forces anciennes s'éveillent, dérangées par l'agitation qui règne sur leur domaine…"

MegCorbyn-monde1

Meg Corbyn (à l'instar de Mercy Thompson) est une des rares séries dont je guette les parutions. avec avidité et dont les tomes ne traînent pas longtemps dans les étagères avant d'être lus. Celui-ci n'a pas fait exception à la règle et même si je n'ai pas eu le coup de cœur de la série principale, j'ai passé un excellent moment de lecture ayant bien du mal à lâcher mon livre avant la fin (j'ai même relu certains passages).

Vicki DeVine est une jeune femme ordinaire qui se remet difficilement de son divorce en essayant de faire revivre un vieil hôtel que lui a laissé son ex-mari, sur les bords du Lac Silence (et non Argent comme traduit dans le titre,bizarrerie que je trouve regrettable). Mais un cadavre est retrouvé sur la propriété et les ennuis commencent.
L'héroïne de ce tome est en vérité une contre-héroïne : grosse (enfin c'est ainsi qu'elle se voit), mal dans sa peau et n'ayant que peu de confiance en elle, Vicki est tout le contraire des filles "badass et kickass" que l'on trouve habituellement en urban fantasy. Même Meg parait forte et déterminée à côté d'elle. Et pourtant c'est aussi ce qui fait son atout,  car elle est attentive - par prudence - à ceux qui l'entourent, ce qui lui permet de vivre aux côtés des Autres relativement facilement.
Et ici les Autres sont légion : les Boingueurs pour commencer qui m'ont fait sourire ne serait-ce que par leur nom, les vampires que l'on a déjà croisés mais qui sont toujours aussi attirants, quelques métamorphes avec leur particularités et surtout les Ainés toujours aussi impressionnants, avec une mention spéciale pour la Dame du Lac (et non rien à voir avec le Roi Arthur).
Le reste de l'entourage de Vicki est tout aussi intéressant car tous les personnages, qu'ils soient humains ou non, sont bien caractérisés sans être caricaturés (mis à part peut-être le méchant ex-mari). J'ai particulièrement apprécié Ineke qui tient l'auberge, Julian le libraire intuit ainsi que Grimshaw le policier solitaire qui va devoir mener son enquête avec tact et doigté pour réussir à ne vexer personne tout en découvrant la vérité (et pas celle qu'on veut lui servir).

L'intrigue est donc un mélange d'enquête policière et de reconstruction de soi. J'ai trouvé l'enquête vraiment bien construite avec une bonne dose de rebondissements, ce qui fait qu'on attend sans cesse la suite. Un semblant de romance est à peine esquissé mais cela ne gêne pas du tout. Quand à Vicki, elle évolue doucement mais la fin laisse présager des jours plus tranquilles pour elle (et sans doute pour Boing aussi).

Et puis il y a l'écriture d'Anne Bishop qui sait alterner moments de tension et petits mots humouristiques, qui fait rire des travers humains grâce au regard des Autres et en même temps qui rend pleinement la chaleur de la solidarité et des relations entre les personnes quelqu'elles soient. Un petit plus de ce tome est l' alternance de points de vue et de personnages : certains chapitres sont écrits à la première personne du singulier au plus près des pensées de Vicki ; les autres reprennent la troisième personne pour suivre d'autres acteurs de l'intrigue que ce soit des Autres ou des humains.

Au final, c'est un roman dans la droite lignée de la série principale - qu'il vaut mieux avoir lue avant -  avec un univers qui continuer à s'agrandir et s'approfondir tout en gardant les ingrédients de base qui fonctionnent (une héroïne un peu faible, des Autres sans pitié et en même temps extrêmement prenants et une histoire très addictive pleine de messages de tolérance). J'ai donc totalement adhéré et n'ai qu'un seul petit regret : l'apparition vraiment trop brève des Cassandra Sangue. Peut-être dans la suite :D

ABCImaginaire2019

LPDA-logo