4e de couverture - éd.10/18 (Grands Détectives)
"Angus et Caleb.
L'un est homme d'affaires, l'autre est homme de fer. Deux frères jumeaux que tout oppose... sauf la disparition d'Angus qui fait de Caleb un suspect parfait. Quand Monk s'en mêle, les certitudes disparaissent... jusqu'au dénouement ! Avec Monk, l'Angleterre victorienne devient un élément romanesque. Ses lieux servent de territoires aux investigations du fringant détective. Au fond, Monk est bel et bien un héros de son temps."

Perry-Monk6

Sixième opus de la série du détective William Monk que je suis depuis quelques années maintenant, et encore une fois je n'ai pas été déçue du tout. J'ajouterai même qu'Anne Perry a réussi à me surprendre à plusieurs endroits même si j'avais en partie deviné l'astuce que dévoilera le dénouement.

L'intrigue reprend le schéma habituel de cette série : un fait, une enquête qui mène au procès, celui-ci permettant de faire toute la lumière sur l'affaire en question. Ici une jeune femme vient demander de l'aide à Monk car elle est persuadée que son mari, qui n'est pas rentré depuis 3 jours, a été assassiné par son frère qu'il est allé voir avant de disparaître.
L'intérêt principal de l'enquête est qu'elle nous montre Monk en pleine action dans toutes les couches de la société londonienne : des bas quartiers de Limehouse et des docks à la maison de l'aristocratique famille Ravensbrook, cela donne un panorama complet de la ville (et de ses mentalités) à l'époque victorienne, même si l'Histoire elle-même est reléguée en toile de fond.
La deuxième chose qui m'a marquée dans ce tome est la détermination de Monk à faire son travail et à le faire bien : il creuse chaque piste jusqu'au bout, revient à la charge si nécessaire et va même à la poursuite du principal suspect avec la police. Il m'a semblé qu'il prenait ici une nouvelle dimension dans son métier de détective, peut-être aussi parce qu'il est en première ligne et qu'on voit beaucoup moins Hester Latterly - même si son rôle reste important - que dans les précédents.
A côté de cela, les relations entre les personnages qui avaient beaucoup évolué dans le tome précédent marquent le pas, et Monk s'entiche d'une jeune femme qui pourrait bien lui créer quelques ennuis par la suite (à moins que les choses ne s'arrêtent là…).
Enfin, je ne peux pas passer sous silence le dénouement - surlignez pour lire, uniquement si vous connaissez déjà l'histoire - comme je l'ai dit dans l'introduction, j'avais compris avant la révélation finale que ce qu'on nous disait (ainsi qu'à Monk) n'était pas la vérité, mais je pensais qu'Angus menait tout simplement une double vie sous deux noms en se faisant passer pour son frère. Cependant cela n'expliquait pas tout et c'est là que j'ai trouvé qu'Anne Perry était remarquable car elle nous donne tous les indices pour qu'on comprenne et en même temps brouille les cartes jusqu'au bout ; ce qui donne une tension intense aux 80 dernières pages et est une vraie réussite à mes yeux.

Au final, ce tome est sans doute un des meilleurs de la série jusqu'ici. On retrouve un Monk au meilleur de sa forme intellectuelle et physique, tout en se posant encore beaucoup de questions sur son passé et l'intrigue est menée de main de maître dans une époque victorienne parfaitement restituée. Bien entendu, je lirai la suite qui est déjà sur mes étagères.

Challenge-10-18