4e de couverture - éd. Robert Laffont
"En 1911, les grandes puissances vivent leurs derniers instants d'insouciance. Bientôt la guerre va déferler sur le monde... De l'Europe aux Etats-Unis, du fond des mines du pays de Galles aux antichambres du pouvoir soviétique, en passant par les tranchées de la Somme, cinq familles vont se croiser, s'unir, se déchirer, au rythme des bouleversements de l'Histoire.
Passions contrariées, rivalités et intrigues, jeux politiques et trahisons... Billy et Ethel Williams, Lady Maud Fitzherbert, Walter von Ulrich, Gus Dewar, Grigori et Lev Pechkov vont braver les obstacles et les peurs pour s'aimer, pour survivre, pour tenter de changer le cours du monde.

Entre saga historique et roman d'espionnage, drames amoureux et lutte des classes, ce premier volet du Siècle raconte une vertigineuse épopée où l'aventure et le suspense rencontrent le souffle de l'Hisoire."

leSiecle1

Cela fait des années que je lorgne sur cette trilogie historique et cet automne je me suis enfin décidée à l'emprunter à la médiathèque, pour mon plus grand bonheur car je me suis régalée d'un bout à l'autre des presque 1000 pages de ce premier tome et depuis mes autres lectures me paraissent un peu fades.

Coup-de-coeur

C'est simple : j'ai tout aimé dans ce livre.

A commencer par l'intrigue, ou plutôt les intrigues car on suit plusieurs familles (au sens large) dans différents pays et de toutes les couches sociales ce qui permet une vue d'ensemble de la situation en Europe et aux USA de 1910/11 à 1924.
Les premiers chapitres avant la guerre placent chacun des personnages dans son contexte : mineur, ouvrier, syndicaliste ou patron, domestique et lady, noble ou diplomate. Du Pays de Galles à la Russie les ambiances se succèdent souvent assez rapidement et l'on passe d'un chapitre à l'autre de Dowton Abbey à Germinal sans oublier le luxe des clubs londoniens. L'auteur prend le temps de poser le décor, de détailler les modes de vie et de pensée ainsi que les réactions des uns et des autres ; l'ensemble est extrêmement bien documenté et réaliste au niveau historique : c'est une véritable immersion qui permet de mieux comprendre comment la Grande Guerre n'a pu être évitée.
Ce panorama complet se poursuit sur les chapitres pendant la guerre car en suivant tous les personnages présentés, l'auteur nous emmène sur tous les fronts des batailles, dans les tranchées comme du côté du commandement, à l'Est et dans les sphères politiques plus ou moins cachées anglaises, allemandes et américaines ; mais aussi à l'arrière, chez les civils avec la journée des Télégrammes par exemple, les meetings et la lutte des suffragettes à Londres ou celle des communistes en Russie… jusqu'à l'impossible arrêt des combats en 1917 et l'échec de la paix qui va pousser les Etats-Unis à s'engager.
Prise dans l'histoire et l'Histoire, il m'a même fallu près des deux tiers du roman pour m'apercevoir que les grands absents de cette série sont les français - à voir ce que cela donnera pour la suite -.
J'ai particulièrement apprécié la fin de la guerre et la suite, en particulier grâce à la reconstitution des tractations qui mènent à l'armistice et les explications tant économiques que politiques des réparations si élevées qui laisseront un gout si amer à l'Allemagne et engendreront les conséquences funestes que l'on sait ; de même pour le rôle des anglais dans la guerre civile russe souvent oubliée des livres d'Histoire à l'ouest ou la radicalisation des bolchéviques.

Tout cela ne serait rien sans une galerie de personnages importante et tous très caractérisés - certains peut-être même un peu trop comme le comte Fitzherbert tellement imbu de son rang et de ses convictions qu'il en devient imbuvable, ou Lev Pechkov véritable salopard égoïste (vous me pardonnerez le gros mot j'en suis certaine) - d'autres au contraire m'ont beaucoup plu tels que Ethel Williams qui malgré sa situation va continuer à réfléchir et à avancer, son frère Billy à la fois idéaliste et pragmatique ou le couple Maud / Walter vraiment très touchant ; et tous les personnages historiques réels que l'on croise au fur et à mesure du roman : Churchill, Lénine, le président des USA etc. Une pléiade de protagonistes qui peut sembler compliquée à suivre mais que Follett gère d'une main de maitre.

Bien sûr il y a quelques regrets (mais où sont les français ?! lol) et des facilités sur certains ressorts romanesques [révélations : surlignez pour lire] - la liaison entre Fitz et Ethel ; la fuite de Lev qui abandonne son enfant ou les retrouvailles de Maud et Walter dans des conditions peu réalistes  -, cependant la construction est plus que maîtrisée et fait passer le tout. De plus,  l'écriture travaillée, soignée et en même temps si vivante, rend tellement bien le souffle de l'Histoire tout en détaillant les dessous officieux et officiels que je me suis laissée emporter et ai dévoré ce tome avec gourmandise et jubilation, malgré un sujet pas très gai.

Aussi si vous aimez l'Histoire et les petites histoires, les aventures et l'espionnage portés par une plume entraînante, foncez. C'est du grand Follett ! La suite m'attend actuellement sur le dessus de la pile à lire ;)

PS : il peut être intéressant pour certains de noter que ce premier tome peut se lire indépendamment car il a une vraie fin.

1mot-des-titres-logo2
Session LE - LA - LES