4e de couverture - éd. Panini (Crimson) - attention révélations !
"L’année dernière, Jane a frôlé la mort en anéantissant une famille de vampires sanguinaires qui semaient la terreur parmi la population. Après des mois de convalescence, la voilà de retour, prête à se battre à nouveau. Sauf que cette fois, elle a été engagée par ceux qu’elle a l’habitude de tuer : des vampires.
Jane Yellowrock est la dernière de son espèce : une porteuse de peau de descendance cherokee capable de prendre l’apparence de n’importe quel animal et qui traque les morts-vivants pour gagner sa vie. Elle est recrutée par Katherine Fonteneau, l’une des vampires les plus âgées de toute la Nouvelle-Orléans, mère maquerelle du Katie’s Ladies, pour chasser un vampire paria qui s’attaque à ses semblables.
Entre la maison close, pleine de véritables belles de nuit, et un motard Cajun sexy qui arbore une panthère tatouée sur l’épaule et qui réveille son désir, Jane doit rester concentrée pour remplir sa mission… ou la prochaine peau qu’elle devra sauver pourrait bien être la sienne."

Jane-Yellowrock1

Voilà un livre entré dans ma PAL par le biais de plusieurs copinautes qui recommandaient cette série d'urban-fantasy, à un moment où je les collectionnais un peu (je me suis calmée depuis, ou plus exactement j'en ai mis pas mal de côté pour ne garder que celles qui me plaisent vraiment). Mais je n'avais pas encore pris le temps de commencer celle-ci. Il aura fallu que je conjugue deux challenges pour me décider à me lancer et si je ne regrette pas ma découverte, je ne suis pas aussi enthousiaste que je l'aurais souhaité en commençant.

J'ai aimé
- l'héroïne elle-même et en particulier le fait qu'elle soit amérindienne et que la romancière exploite ses origines, ainsi que la créature qui sommeille en elle avec toutes les conséquences… et les questions que cela pose.
- l'univers vampirique avec les clans et leur hiérarchie, leur mode de vie à la fois très classique et très actuel, le monde de la nuit qu'ils contrôlent et évidemment leurs pouvoirs.
- et le décor de La Nouvelle-Orléans qui est une ville qui me fascine et qui semble tellement proche des clichés qu'on peut avoir.
- l'intrigue elle-même, sorte d'enquête en vue de retrouver un vampire tueur … et de l'exécuter ; mais bien entendu les choses ne se déroulent pas aussi facilement d'autant que Jane Yellowrock se retrouve bien malgré elle à collaborer avec une flic un peu particulière et un beau gosse pas très net.

J'ai regretté
- le côté "fille à paillettes" de l'héroïne que j'ai trouvé un peu paradoxal avec son métier de tueuse à gages ; ainsi il est pas mal question de fringues et de chaussures à talons aiguilles (pour aller danser sic!) ou de maquillage (j'ai ouvert de grands yeux quand dans le même paragraphe elle dit qu'elle n'emporte que peu de maquillage quand elle voyage léger… pour hésiter ensuite entre 3 teintes différentes de rouge à lèvres !). Dans le même temps elle ne sort jamais sans armes (anti-vampire bien entendu) et cache donc des pieux dans ses cheveux - passe encore - dans sa culotte - pardon ? - ou sous ses jupes etc Bref, j'ai trouvé que ces détails-là manquaient de cohérence et cela m'a un peu agacée.
- que les passages racontés par la Bête ne soient pas plus clairement identifiés ; certes il y a un réel effort pour changer d'écriture mais ce n'est pas toujours très flagrant et il y a des moments où on ne sait pas réellement qui a le contrôle.

Mais ce qui m'a le plus ennuyée sur l'ensemble du roman est la construction et les choix de narration : ainsi les chapitres sont très longs avec des découpages peu cohérents qui ne suivent pas les événements mais ne donnent pas non plus de suspense. Les actions de l'héroïne ont aussi tendance à se répéter - je comprends qu'il faille expliquer ce qu'elle est et ses pouvoirs mais cela m'a assez vite lassée - et j'ai fini par avoir l'impression de tourner en rond. Et par dessus tout cela, on est noyé par un flot d'informations quasi continu dont plus de la moitié ne sont pas exploitées dans ce tome. Cela donne un univers très riche que j'ai apprécié comme dit plus haut mais dans le même temps l'ensemble traîne en longueur et j'ai vraiment trouvé que cela manquait de rythme.

Au final, j'ai apprécié cette entrée en matière avec une héroïne originale et un univers vraiment intéressant mais j'aurais aimé une construction plus dynamique et équilibrée entre action et informations pour davantage entrer dans l'histoire. Cependant, j'ai été suffisamment intriguée pour avoir envie de lire la suite, ne serait-ce que pour La Nouvelle Orléans.

ABCImaginaire2020-logo

LPDA-logo