4e de couverture - éd. Hachette (Black Moon)
"Bella, dix-sept ans, décide de quitter l'Arizona ensoleillé où elle vivait avec sa mère, pour s'installer chez son père. Elle croit renoncer à tout ce qu'elle aime, certaine qu'elle ne s'habituera ni à la pluie ni à Forks où l'anonymat est interdit. Mais elle rencontre Edward, lycéen de son âge, d'une beauté inquiétante.
Quels mystères et quels dangers cache cet être insaisissable, aux humeurs si changeantes ? A la fois attirant et hors d'atteinte, Edward Cullen n'est pas humain. Il est plus que ça. Bella en est certaine."

Twilight-t1

Le blog a 10 ans cette semaine,  il est donc plus que temps que je vous parle enfin réellement du roman par lequel tout a commencé. Alors démarrons par le début :
Avec le recul, je m'aperçois que je suis incapable de dire comment j'ai découvert Twilight. Est-ce par une affiche de films ? est-ce en le voyant en bibliothèque ? ou en le croisant aux mains de certaines de mes grandes élèves lectrices ? Sans doute un peu des trois. Ce dont je suis sûre est qu'à peine lu, je l'ai immédiatement relu . Oui ! deux fois de suite, sans même chercher à savoir si il y avait une suite ; un véritable coup de foudre littéraire !
Et puis très vite, des dizaines de références se sont bousculées dans mon esprit, bien au-delà de tout ce que j'ai pu écrire sur le sujet d'ailleurs ; et j'ai eu besoin d'en savoir plus. C'est ainsi que j'ai découvert la blogosphère et en particulier la blogosphère littéraire, et les premières partenaires du blog, toutes "twilighteuses" acharnées.

Mais revenons à ma lecture, je n'ai pas mis longtemps à m'apercevoir qu' il existait trois autres tomes que j'ai dévorés aussi vite, et relus tout autant (ou presque) par la suite, pour me lancer à écrire moi aussi, ici même. L'été suivant, j'ai même passé mon temps à parcourir des dizaines de fan-fictions (dont une devenue très trop célèbre depuis, alors que ce n'était certainement pas la meilleure), puis j'ai guetté la sortie des films (enfin surtout le troisième) en relayant toujours ici quelques infos. Bref, j'ai lu, pensé, écrit, vécu Twilight pendant plusieurs mois, sans doute années, sans trop me poser de questions. Mais j'ai maintenant un regard plus critique et en voit aussi les défauts. Malgré cela, à chaque fois que j'ouvre ce premier tome, je retombe sous le charme et j'avoue sans aucune honte que j'aime toujours autant cette histoire. Mais pourquoi ?

D'abord c'est une histoire d'amour adolescente (n'en déplaise à des dizaines de commentateurs avant même d'être une histoire de vampires, d'interdits ou un roman fantastique),et pour peu qu'elles soient à peu près cohérentes et pas trop mal racontées, j'adore ce genre d'histoires : l'éveil du sentiment, les papillons dans le ventre, les dizaines de questions qui se bousculent dans la tête et la quasi obsession de l'Autre qui en résulte. Or, tous ces éléments sont présents dans ce roman, avec en prime une certaine touche de sensualité (oui même sans sexe - j'y reviendrai sans doute un jour) et de fantastique même si je le répète ce n'est pas le plus important en tout cas dans ce premier tome.

Je ne peux pas dire que je me sois particulièrement attachée à Bella qui se sous-estime constamment ; on est rapidement d'accord avec elle pour dire qu'elle est maladroite mais elle ne semble pas idiote et, si l'on en croit la version d'Edward et le nombre de jeunes gens qui lui tournent autour, doit avoir un physique un peu plus qu'insignifiant qu'elle semble le croire. Mais si j'ai réussi passer outre son manque de confiance en elle, sans doute plus ou moins habituel à 17 ans, j'ai eu plus de mal avec ses décisions et ses actions dont elle ne mesure que très rarement les conséquences. Bref, vous avez compris que je n'apprécie pas plus Bella que cela. Cependant, comme on vit l'intrigue à travers ses yeux, il est assez facile de comprendre pourquoi elle tombe amoureuse d'Edward ; et d'en faire autant à chaque lecture :)
Edward Cullen a tout du cliché du beau gosse de lycée mystérieux qui ne se laisse pas approcher, et ses réactions totalement imprévisibles qui soufflent le chaud et le froid - pour mieux les comprendre, il faut lire Midnight Sun - le rendent d'autant plus attirant. Et ça marche ! Finalement le fait qu'il soit un vampire  (un peu particulier je vous l'accorde, et dont le côté végétarien ou brillant au soleil semble vraiment risible aux yeux de certains)  n'apporte que le petit frisson supplémentaire du potentiel danger, risque (normalement moins mortel) qui existe dans toute relation.
Quand à Jacob, il n'est dans ce tome que le sympathique copain à qui on peut presque tout dire, et qui lui n'hésite pas à se confier ; celui qui, en trahissant le secret des légendes Quileutes va indiquer à Bella ce qu'est réellement Edward, déclencher l'action parallèle  et réveiller sa propre nature par la suite. Que serait-il passé si Jacob n'avait rien dit ? Son rôle est à la fois insignifiant dans l'histoire d'amour qui se noue et extrêmement important pour tout le reste. A côté de cela et bien qu' à l'instar de Bella je tombe amoureuse d' Edward à chaque relecture de ce tome,  j'ai toujours trouvé Jacob très touchant dans sa simplicité et son honnêteté qui s'oppose au côté sombre et torturé d'Edward. Mais il ne constitue pas (encore) une menace pour ce dernier.

Twilight est aussi construit comme un véritable conte de fées - genre que j'apprécie particulièrement et que j'ai beaucoup lu, vu ou écouté depuis les versions vraiment enfantines à celles de Disney avant de lire les originaux et m'apercevoir que "non, tout n'est rose au pays de Grimm et Perrault" -, cela ne pouvait donc que me plaire, y compris la fin de ce premier tome que je trouve parfaite.

Avant de conclure parlons un peu des choses qui fâchent (mais qui ne m'avaient pas gênée à la première lecture tant j'étais prise dans l'histoire) :
- à commencer par le style que plus que facile je qualifierai de simple malgré quelques mots de vocabulaire un peu plus soutenu comme marmoréen ou vénusté ; mais ils sont tellement souvent répétés qu'ils en perdent toute crédibilité. J'ai aussi noté nombre de répétitions et tournures de phrases redites. Suite à certains commentaires lus ici ou là je pensais que cela venait d'une traduction plutôt médiocre ; mais après avoir lu quelques chapitres ainsi que Midnight Sun en VO il est clair que ce n'est pas le cas. Alors je veux bien accepter qu'au départ cette histoire n'était pas écrite pour être publiée, mais une fois le processus enclenché, l'écriture aurait pu être retravaillée, d'autant plus que l'expression des sentiments est assez fouillée et les dialogues souvent savoureux : c'est plutôt le reste - narration, descriptions -  qui pèche.
- Ce qui m'amène au point suivant :  la frustration de n'avoir finalement qu'un seul point de vue, vive la narration à la première personne ! ironie bien entendu, ce qui oblige presque l'auteur à passer systématiquement par des scènes quotidiennes assez redondantes et nous laisse tout juste deviner ce que pensent réellement les autres personnages alors même qu'on aurait sans cesse envie d'en savoir davantage.
- A cela s'ajoute ce que j'ai appelé plus haut l'action parallèle, à savoir pour être précise [attention, je raconte l'histoire] : toute les parties avec la bande de James que ce soit le match de base-ball, le départ précipité et l'espèce de combat du dénouement dont l'unique utilité me semble être qu' Edward peut goûter Bella sous contrôle parental. Mais le pire reste à venir et donc…
- Je clos ce chapitre avec une digression sur les autres tomes car même si je les ai lus et relus, je trouve que l'intrigue s'enlise au fur et à mesure, voire est émaillée de nombreuses incohérences. Et pourtant j'aime énorménent certains passages comme la transformation de Jacob et l'arrivée des loups-garous, la rivalité amoureuse avec Edward (là aussi j'en reparlerai) qui oblige un peu Bella à réfléchir à ses choix et même la lune de miel. Mais je dois avouer que lors de mes dernières relectures j'ai éludé toutes les histoires consécutives à James, les scènes de bataille (ou de non-bataille) à la limite du ridicule ; je me suis énervée sur les attitudes sur-protectrices d'Edward et les décisions qui en découlent, qui ne font qu'empirer jusqu'à ce que Bella devienne vampire  - ce qui aurait été une fin plus-que-parfaite sans le côté glauque de la naissance de Nessie et tout ce qui suit (l'imprégnation de Jacob, beurk, beurk, beurk !!! ).
Bref, j'aurais aimé qu'on reste sur l'histoire d'amour sans la compliquer autant, c'est pourquoi le premier tome demeure mon préféré.

Alors, finalement j'aime ce livre parce qu'il a su me transporter par sa romance adolescente à la fois très contemporaine et intemporelle avec son amour "interdit", son romantisme, les mythes et légendes qui s'y intégrent ou juste simplement parce qu'elle m'a touchée au cœur.

En cette année des 10 ans,  je vais donc continuer à explorer les correspondances qu'il m'inspire car j'ai encore quelques petites choses à vous raconter là-dessus. Alors à bientôt ;)