Tome 1 : La jeunesse de Djoser

4e de couverture - éd. Folio
"Alors que le souffle d'Osiris s'apprête à redonner vie aux rives du Nil, Djoser, fils cadet de Pharaon, et Thanys, la jeune bâtarde, reçoivent d'un vieil aveugle une prophétie énigmatique : Vous devez marcher dans les traces des dieux ! L'accession au trône du cruel Sanakht, frère aîné de Djoser, scelle le destin des jeunes gens : Djoser est enrôlé dans les armées du nouveau pharaon, et Thanys, que tout le monde tient pour morte, fuit vers la lointaine Nubie.

A partir de là révélations sur le tome et la série - surlignez si vous voulez lire - Sinon allez directement à mon avis

Djoser et Thanys surmonteront de terribles épreuves avant d'accomplir leur destin, être réunis sur le trône d'Egypte.
Djoser pourra alors donner libre cours à sa vocation de bâtisseur. Sous l'impulsion d'Imhotep, médecin astronome, inventeur de l'architecture de pierre taillée, la capitale connaîtra un essor sans précédent. En ce temps-là, les tombeaux des rois n'étaient encore que des édifices de faibles dimensions construits en brique. Sous le règne du grand Djoser, au début de la Troisième Dynastie, apparut un homme au génie incomparable, Imhotep, qui révolutionna l'architecture en y intégrant la pierre taillée.
C'est ainsi que s'éleva, sur le site de Saqqarâh, la première de toutes les pyramides."

premiere-pyramide1

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman historique se déroulant dans l’Egypte antique , encore plus écrit par un autre que Christian Jacq que j’ai beaucoup fréquenté à une époque. Ce roman n’est pas nouveau dans le paysage puisqu’il date de 1996 mais ce fut une agréable découverte pour moi.

J’ai aimé
- retrouver justement l’Egypte Antique avec sa hiérarchie, ses dieux et croyances, ses paysages de désert ou modelés par le Nil et tous les détails de cette vie qu’à force de lire on a l’impression de connaitre ;
- les personnages, ceux des deux jeunes héros - Djoser et Thanys - bien entendu mais surtout ceux qui les entourent tant les anciens Merithrâ, Meroura puis Imhotep ou leurs amis; mais aussi les plus secondaires avec une mention spéciale aux divers compagnons de route de Thanys et les méchants, Sanakht assez surprenants par moments, Nekoufer et certains que je ne nommerai pas pour ne rien dévoiler qui ne sont pas toujours ce que l’ont croit. Tous sont vraiment bien caractérisés mais ont aussi leurs failles, leurs doutes et évoluent dans un sens ou un autre ;
- l’intrigue elle-même en particulier le voyage de Thanys avec des rencontres inattendues surtout quand elle croise la route d’un étrange Noé ou celle du roi d’Aggar et de Gilgamesh ; mais aussi le parcours courageux à sa manière de Djoser ;
- le style très agréable qui porte le lecteur, très immersif, plein de détails mais équilibré entre dialogues, actions et descriptions, un vrai plaisir à lire ;

J’ai regretté
- des péripéties un peu convenues notamment celles qui arrivent à Thanys et Beryl ainsi que la fin plus que prévisible (mais en même temps historiquement il ne pouvait en être autrement) ;
- quelques tics d’écriture et répétitions d’expression qui ont freiné un peu mon enthousiasme et un léger manque de souffle et d’émotions.

Au final, c’est un bon roman avec une histoire prenante, que j’avais du mal à laisser de côté une fois le livre refermé. Non seulement je pense lire la suite mais je vais aussi chercher d’autres livres de l’auteur.

Lu en avril 2019 dans le cadre des challenges

ABC2019-logo

1mot-des-titres-logo2

Session : PREMIER

* * * * *
Tome 2 : La cité sacrée d'Imhotep

Attention ! révélations sur le tome précédent
4e de couverture - éd. Folio

"Deux mille sept cents ans avant Jésus-Christ... Djoser a déjoué les pièges de l'usurpateur.
il est la nouvelle incarnation d'Horus et règne aux côtés de la belle Thanys. Ensemble, ils ont vaincu la malédiction qui pesait sur eux et, conformément à la prédiction du vieil aveugle, marchent dans les traces des dieux. Imhotep le bâtisseur est revenu de son long exil. Constructeur de génie et détenteur de secrets fabuleux, il commence l'œuvre de sa vie, la cité sacrée de Saqqarâh. Jamais le Double-Royaume n'a connu une telle prospérité : le commerce est florissant et les récoltes abondantes.
Pourtant, derrière cette effervescence, Thanys perçoit la menace d'une entité néfaste qui risque de replonger le Double-Pays dans le chaos. Bientôt, les événements lui donnent raison. Face à Horus, image du soleil, se dessine une divinité sombre, faite de ténèbres et de barbarie. Alors que s'élève la cité sacrée, une lutte sans merci va s'engager entre Djoser et cet ennemi effrayant..."

premiere-pyramide2

Un an après on prend les mêmes et on recommence … ou presque car ce deuxième tome voit le début de la construction de la première pyramide et c'est toujours un plaisir que de plonger de cette manière dans l'Egypte antique. Donc sans surprise j'ai beaucoup aimé cette suite dont voici les points forts

L' intrigue qui est assez différente du premier tome : en effet, plus de fuite avec ses voyages improvisés, moins d'antagonismes directs car Djoser et Thanys ont réussi et règnent maintenant sur les Deux Terres. Il leur faut donc marquer leur époque et bâtir leur monument funéraire. C'est là qu'intervient Imhotep le visionnaire qui va voir beaucoup plus grand que les mastabas ordinaires et construire un édifice qui dépasse tout ce qui a déjà été imaginé auparavant sur le site de Saqqarâh. C'est autour de ce projet que vont se concentrer les luttes intestines en particulier religieuses qui émaillent ce roman, car le mal continue à rôder et ni Djoser ni Thanys ne sont à l'abri du danger. Chasse qui tourne mal, pillages de tombe, malédiction ou étranges enlèvements participent entre autres aux multiples rebondissements de cette histoire qui ne manque pas d'action.
J'ai cependant regretté deux éléments : d'abord un côté un peu convenu au niveau de la construction de l'histoire ; ensuite le fait qu'on passe finalement peu de temps sur le chantier lui-même - à ce niveau-là La Pierre de Lumière de Christian Jacq donne une meilleure vision du travail des artisans -, même si on en voit  suffisamment les grandes lignes pour avoir une idée du côté titanesque de cette entreprise.
Malgré tout, Bernard Simonnay parvient par de petits détails distillés au fur et à mesure à retracer le quotidien des égyptiens de l'époque et à en brosser un tableau tout à fait convaincant.

J'ai aussi apprécié de voir l'évolution des personnages tant le couple phare toujours aussi uni y compris face à l'adversité que leurs amis, mais aussi de nouveaux arrivés comme Moshem - dont l'histoire se rapproche étonnamment de celle du Joseph de la Bible - et surtout le grand Imhotep que l'on voit enfin vraiment en action.
J'ai là aussi eu un petit regret car encore une fois certains ne sont pas ce qu'ils paraissent être et en tant que lecteur on s'en aperçoit un peu trop tôt dans le livre.

Au final, cette suite ne présente pas de grandes surprises quand on a l'habitude des romans autour de l'Egypte antique (il en a même quelques unes des facilités) mais il est bien écrit, agréable à lire et nous plonge avec délice dans cet univers fascinant  et si dépaysant des bords du Nil il y a près de 5 000 ans. Je lirai donc la suite avec plaisir afin de savoir comment Djoser, Thanys et Imhotep vont gérer les difficultés qui s'annoncent.

Lu en avril 2020 dans le cadre du challenge

ABC-2020

chronique-express