Tome 1 : Avant la tourmente

4e de couverture - éd. 10/18 (Grands Détectives)
"En ce magnifique mois de juin 1914 à Cambridge, les journées s'étirent, ensoleillées, intemporelles. Mais pour Joseph Reavley, professeur à St. John, cet été idyllique est anéanti par la mort de ses parents dans un accident de voiture. En lui annonçant l'horrible nouvelle, son frère Matthew, agent des services secrets britanniques, lui révèle que leur père lui apportait justement un mystérieux document... Les deux frères se mettent alors en quête de ce fameux dossier concernant un sinistre complot, et rejoignent leurs sœurs Hannah et Judith dans la demeure familiale. Reine incontestée du polar victorien, Anne Perry nous invite, dans cette ambitieuse série, dont Avant la tourmente est le premier opus, à partager le destin de cette famille alors que la Première Guerre mondiale ravage toute l'Europe."

Reavley1

J'ai découvert Anne Perry grâce à un des Baby Challenges Livraddict avec la série des Pitt (dans laquelle j'avance tranquillement) puis avec celle de William Monk , les deux se déroulant pendant l'époque victorienne - dont elle dénonce quelques travers au passage - sur des schémas d'enquête assez classiques. Aussi quand j'ai croisé cette autre série sur le blog de Un chocolat dans mon roman j'étais très curieuse de voir ce qu'elle pouvait donner dans ce nouveau registre. Et j'ai vraiment passé un très bon moment, notamment parce que ce roman est totalement différent des sus-nommés.

D'abord en raison de l'époque évoquée - l'été 1914 - et du contexte social. On sent  rapidement que la société a déjà évolué par rapport au XIXe siècle et que la technologie commence à prendre davantage de place. Le milieu à la fois universitaire et campagnard dans lequel se déroule l'histoire, nous éloigne de l'aristocratie londoniennes et les idées brassées sont plus diverses mais aussi davantage fouillées.
Ensuite, les personnages m'ont tout de suite plu, la fratrie Reavley permet une belle palette de caractères et j'espère que nous verrons un peu plus les deux sœurs dans la suite car c'est peut-être le reproche que je ferais à ce roman : les femmes y sont plus en retrait que dans les autres que j'ai lus d'Anne Perry.
Quand à l'intrigue, elle fait se croiser un accident automobile (oui déjà) et deux meurtres sans qu'on sache si ils sont liés ou non, et fait la part belle à la personnalité des victimes, ce qui est relativement original et intéressant. Anne Perry nous balade jusqu'au bout de suspect en suspect et le coupable est une vraie surprise. Cerise sur le gâteau, on a le droit à une affaire fil rouge qui s'apparente davantage à de l'espionnage qui est mise en place et maintient le suspense pour la suite. 

Ce fut donc une chouette découverte pour conclure l'année.

Lu en décembre 2018

* * * * *
Tome 2 : Le temps des armes

4e de couverture - éd. 10/18 (Grands Détectives) - Attention révélations sur ce tome
"En 1915, la guerre s'embourbe dans les tranchées, plongeant des millions d'hommes dans un cauchemar quotidien. Depuis que leurs parents ont été assassinés, victimes d'un odieux complot politique, les membres de la famille Reavley ont chacun un rôle à jouer au coeur du conflit. Tandis qu'en Angleterre, Matthew, espion des services secrets, suit la piste semée de secrets d'Etat du commanditaire de la mort de ses parents, surnommé le Pacificateur, Joseph, son frère, aumônier dans les tranchées des Flandres et sa soeur, la rebelle Judith, volontaire sur le front, enquêtent sur l'assassinat d'un correspondant de guerre qui semblait lui aussi avoir beaucoup de choses à cacher... "

Reavley2

Deuxième tome de la série et après les prémices de la guerre, Anne Perry nous plonge au cœur des tranchées dans les environs d'Ypres en 1915.

Le point fort de l'histoire est donc le contexte historique qui est très bien rendu sans tomber dans le pathos ou le glauque, même si les attaques aux gaz et la description des conditions de vie des soldats font frémir. Anne Perry y ajoute aussi les petits détails du quotidien, les doutes et la peur mais aussi les grandes et petites idées qui leur font garder espoir et continuer à se battre. C'est vraiment une immersion très réussie.

Tellement réussie que j'ai été surprise à la découverte du meurtre, et que l'enquête reste longtemps au second plan. Ici c'est davantage le côté familial et le fil rouge espionnage qui prennent le pas. Cependant l'ensemble reste bien construit, les liens entre les événements apparaissent petit à petit ce qui maintient un certain suspense et l'intrigue avance bien. J'ai toutefois regretté quelques facilités de scénario en particulier dans les derniers chapitres, mais difficile de faire autrement vu les situations des héros.

Ceux-ci - en particulier Joseph et Matthew - évoluent bien et prennent de la profondeur. La "petite" sœur Julie a aussi un beau rôle dans ce tome alors qu'on aperçoit à peine Hannah restée à St Giles. Et j'ai trouvé particulièrement intéressant les rôles secondaires : Prentice le journaliste, Sam l'ami loyal (qui m'a fait un peu penser à un autre Sam chez Tolkien), le général blessé etc. L'autrice parvient à tous les rendre extrêmement vivants, peut-être encore plus que dans le tome précédent.

Au final, et malgré un contexte difficile, cet excellent roman historique est très prenant et se dévore avec une seule envie : la suite !

Lu en mai 2020

challenge-12-themes-logo

* * * * *

Tome 3 : Les anges des ténèbres

4e de couverture - éd. 10/18 (Grands détectives) - Attention révélations sur ce tome
"En 1916, l'Europe tout entière s'est embourbée dans la Grande Guerre.
Tandis que la famine menace l'Angleterre, la famille Reavley continue de subir dans sa chair les horreurs de la guerre : Joseph, aumônier sur le front des Flandres, est rapatrié dans son village natal de St Giles après avoir été grièvement blessé. Là, il retrouve son frère Matthew, membre des services de contre-espionnage et Hannah, sa sœur, qui prend en main sa convalescence. Depuis deux ans, ils traquent le Pacificateur, un personnage mystérieux et haut placé qui se cache derrière un complot international et l'assassinat de leurs parents.
Tandis que Matthew enquête auprès d'une séduisante agent double irlandaise, Joseph découvre le quotidien d'un pays en guerre loin du front. Mais, même à St Giles, la paix n'est pas au rendez-vous"

Reavley3

Je pensais lire ce roman aux environs du 11 novembre pour marquer les commémorations mais le hasard du tirage du Challenge Un mot, des titres me l'a fait repousser de quelques semaines. Ce qui ne m'a pas empêché de passer encore une fois un très bon moment en compagnie des Reavley.

Pour ce troisième tome, retour en Angleterre et en particulier à St Giles avec Joseph qui va y passer sa convalescence. [Révélation, surlignez pour lire]

J'ai aimé ce changement de décor par rapport au tome précédent qui permet de mettre en avant Hannah la deuxième sœur qu'on a peu vu jusqu'ici et, à travers elle, de nous faire vivre la guerre de l'arrière  avec son lot d'attentes et d' angoisses, les combats quotidiens des femmes pour pallier au rationnement, à l'absence de la plupart des hommes et continuer à faire tourner le pays coute que coute, même si pour certaines le changement est trop brutal et difficile.
On suit ainsi la vie du village rythmée par les retours des blessés et l'annonce des batailles et des morts qui mettent à mal les croyances et la foi (je rappelle que nous sommes en 1916) des uns et des autres, y compris celle de Joseph qui dans ce tome va se poser beaucoup de questions sur ce qu'il doit faire. Le tout au cœur du printemps dans la campagne anglaise, très joliment représenté comme un élément immuable et rassurant, et que j'ai grandement apprécié.
Dans le même temps, Anne Perry nous montre aussi tout un pan stratégique rarement exploité (en tout cas dans les livres que j'ai lus sur la Première Guerre Mondiale)  comme la mise au point d'armes tactiques dans les laboratoires de Cambridge et bien sûr la guerre du renseignement dans laquelle Matthew est plongée et de plus en plus actif.

Encore une fois, l'enquête ne démarre qu'assez tard dans le roman mais elle est très liée à l'intrigue fil rouge et on commence à en apprendre davantage sur celui que Matthew et Joseph appellent le Pacificateur. Le dénouement est surprenant et assez sombre, d'autant qu'il parait évident que la guerre est loin d'être terminée.

Au final, l'angle choisi par Anne Perry donne un roman intéressant au niveau historique mais aussi empreint de tristesse et de nostalgie tant elle nous ressentir que le monde change vite alors que personne n'y est vraiment prêt. Malgré cela, j'ai beaucoup aimé ce tome qui, comme le reste de la série, est toujours aussi bien écrit. La suite m'attend déjà sur mes étagères.

 

1mot-des-titres-logo2
Session 70 TÉNÈBRES

Objectif-mois-logo

chronique-express

Challenge-10-18