11 avril 2010

Le carafon

J'ai une tendresse particulière pour le girafon. Je pense que cela vient de sa fragilité voire sa gracilité ; on dirait presque une miniature de porcelaine à côté des géants que ce sont ses parents. Je ressens la même impression avec un faon d'ailleurs ; il y  a certainement un lien avec la finesse de leurs pattes respectives. Cette  photo de Framboise, ayant ravivé mon émotion, m'a aussi remis en tête cette sympathique mélodie de Poulenc sur un texte de Maurice Carême : Le Carafon "Pourquoi, se plaignait la... [Lire la suite]
Posté par Mypianocanta à 15:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 avril 2010

Le Cygne

"Je m'appelle Isabella Swan" (mais non pas moi ! l'héroïne de Twilight) Dès le départ ce nom m'a intriguée sans que je sache pourquoi. Ce n'est qu'à la relecture (je ne dirai pas combien de fois) que je me rappelais la traduction du mot Swan.Stephenie Meyer sur son site explique approximativement comment elle a donné des prénoms aux deux héros : elle dit que ce sont les héros des romans de Charlotte Brontë (Mr Rochester) et Jane Austen (Mr Ferrars) qui lui ont donné l'idée d'appeler son vampire Edward. Quand à Isabella, c'est juste... [Lire la suite]
01 avril 2010

De la mort

 “Je n’ai jamais beaucoup réfléchi à la manière dont je mourrais […] mais je n’aurais pas imaginé que ça se passerait ainsi. Haletante, je fixai les yeux noirs du prédateurs, à l’autre bout de la longue pièce. Il me rendit mon regard avec affabilité.C’était sûrement une bonne façon d’en terminer. A la place d’un autre, d’un que j’aimais. Noble, pourrait-on dire. Ça devrait compter en ma faveur.[…] Quand la vie vous a fait don d’un rêve qui a dépassé toutes vos espérances, il serait déraisonnable de pleurer sur sa... [Lire la suite]
Posté par Mypianocanta à 21:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 mars 2010

Salon du livre

A l’occasion du Salon du livre, les JT de France 2 se sont intéressés aux écrivains. Nous avons donc pu entendre un des soirs de cette semaine qu’un écrivain publié gagnait en moyenne entre 5€ et 100 000 € par an (la différence est pour le moins importante !), et que seulement 37 écrivains français parvenaient à vivre décemment de leur plume.J’en conclus donc - que les écrivains riches mangent des plumes (de quel animal ? on ne sait pas) -  et que les autres vivent… d’amour et d’eau fraîche en écrivant sous les ponts - que voulez... [Lire la suite]
Posté par Mypianocanta à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 mars 2010

Duos - Duel

Les croisements de l’actualité Twilight m’entraînent vers cette étrange question : comment plusieurs duos ne tournent-ils pas en duel ? Dans la logique chevaleresque ou romantique, les relations entre Bella et Edward d’une part et Bella et Jacob d’une autre auraient dû amener un duel, oserais-je dire à mort, entre  Edward et Jacob. Finalement, il n’a lieu qu’à distance, ce qui rend quelques situations presque cocasses (Ah! la nuit sous la tente ...). Je crois que c’est pour cela que j’ai une préférence pour le tome 3 de... [Lire la suite]
16 mars 2010

Que serais-je sans toi

La mort de Ferrat m’a remis en mémoire ces quelques vers d’Aragon qui, à mes yeux, sont la plus belle déclaration qui puisse exister “Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontreQue serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormantQue cette heure arrêtée au cadran de la montreQue serais-je sans toi que ce balbutiement” - Le Roman Inachevé, Prose du bonheur et d’Elsa L’allusion à la belle au bois dormant qui dormit cent ans en attendant son prince charmant m’ a  tout de suite rappelé le plus charmant des vampires et cette si jolie... [Lire la suite]
Posté par Mypianocanta à 20:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 mars 2010

Adieu Ferrat

J’aimais l’homme : sa prestance, sa voix, son regard. J’aimais le personnage engagé, intransigeant mais pas dupe (un communiste sans carte et qui dénonce le stalinisme il y en avait peu !). J’aimais le musicien et le chanteur que j’avais découvert au lycée grâce à Aragon qui disait :“A chaque fois que j’ai été mis en musique par quelqu’un , je m’en suis émerveillé, cela m’a appris beaucoup sur moi-même, sur ma poésie. J’ai l’habitude de dire que la mise en chanson d’un poème est à mes yeux une forme supérieure de la critique... [Lire la suite]
Posté par Mypianocanta à 22:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 mars 2010

Berceuse

“ Mon cœur battait à tout rompre. Il se mit à fredonner une mélodie que je ne connaissais pas. On aurait dit une berceuse. […]Il étouffa un rire puis se remit à fredonner la même berceuse. Sa voix d’archange envoûtait mes tympans. […]La musique ralentit et se transforma en une mélodie plus douce. A ma grande surprise, je reconnus derrière la profusion de notes, le thème de la berceuse qu’il m’avait chanté.C’est toi qui as inspiré celui-ci, chuchota-t-ilLa composition devint infiniment tendre. J’étais muette de stupeur.” Stephenie... [Lire la suite]
Posté par Mypianocanta à 21:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 mars 2010

Clair de Lune

"Tripotant les boutons, il augmenta le chauffage et baissa le volume du lecteur CD. Nous sortîmes du parking. Décidée à ne pas lui décocher un mot de tout le trajet, j'adoptai une mine renfrognée de rigueur. Malheureusement, je reconnus la musique, et ma curiosité l'emporta sur mes résolutions.- Clair de Lune ? m'exclamai-je, surprise.- Tu connais Debussy ? riposta-t-il, tout aussi éberlué._ Pas bien, admis-je. Ma mère est une fan de classique. Je ne reconnais que mes morceaux préférés._ C'est également l'un de mes favoris.Les yeux... [Lire la suite]
24 février 2010

Bienvenue sur l' Ile d'Esmée

  "D'abord je ne vis que l'obscurité et la traîne blanche de la lune qui jouait sur les flots. A force de scruter la pénombre, je finis cependant par distinguer une forme noire et plate qui dérangeait l'éclat de lumière sur les vagues. Je plissai les yeux, et la silhouette se fit plus nette : un triangle irrégulier et bas dont l'un des côtés était plus long que les autres. Quand nous approchâmes, je m'aperçus que les contours en étaient touffus et agités par la brise.Soudain l'ensemble prit un sens. Un îlot émergeait, nous... [Lire la suite]